Afficher les prix?

Afficher les prix lors d’un salon , bonne idée ou pas?

Une question qui peut paraitre simple mais y répondre soulève bien des interrogations.

Tout d’abord, distinguons les deux raisons qui peuvent nous pousser à participer à un salon et d’y tenir un stand: communiquer, faire découvrir nos produits et disons le franchement, faire du chiffre!

En fonction de ce choix, quelles stratégies appliquées? Indiquer les prix au risque de faire fuir le client ou ne rien indiquer et saisir le moment où le client demande le prix pour communiquer sur le produit?

Les raisons qui nous poussent à participer aux salons et autres expositions ponctuelles est de pouvoir faire connaitre nos produits, la tradition et la culture palestinienne. Nous faisons du commerce équitable ce qui signifie créer un lien entre le producteur et le consommateur, qui n’existe pas pour un produit de grandes consommations. Ce n’est donc pas le prix qui doit attirer le client mais bel et bien le produit, son origine, son histoire.

Nous pensons que communiquer sur la qualité, l’origine, les conditions de fabrication du produit est un travail qui portera ses fruits sur du moyen et long terme. Changer les habitudes de consommation est aussi notre but. Ainsi, nous hésitons toujours à afficher les prix sur nos stands, à l’instar des brocantes dans lesquelles le badaud curieux et intrigué par un objet, le saisit, le contemple, le désire puis questionne pour connaitre le prix. Bonne ou mauvaise surprise à l’annonce du prix, le potentiel-futur acheteur ayant déjà apprécié le produit entre ses mains, aura de fortes chances d’acheter le produit, ou éventuellement négocier pour l’obtenir.

Les avantages sont bien évidement de pouvoir saisir l’occasion où le client intéressé par le produit demande le prix, pour communiquer sur le produit et convaincre l’acheteur hésitant. C’est l’instant très rare où le client est attentif et écoute présenter le produit, pour enfin donner le prix. Satisfait du prix, le client achète. Insatisfait, il repart mais conscient de l’existence de l’artisanat palestinien, du commerce éthique et solidaire. Sa conscience peut éventuellement lui faire changer d’avis ;-) pour revenir acheter!

Si maintenant notre but est de faire du chiffre, alors il faudrait afficher les prix, mais quels prix? Pour une grande majorité de consommateurs, le commerce équitable est une notion abstraite, sans réelles contraintes. Un produit reste un produit, le prix doit être le plus bas possible! Principe inapplicable pour des produits équitables. Afficher les prix est une chance de moins d’interpeller le visiteur: celui-ci regarde le prix au loin, fait les grands yeux, et s’en va! Sans avoir bien compris pourquoi l’huile d’olive de Palestine est si chère comparée à l’huile d’olive qu’il a l’habitude d’acheter au supermarché du coin!

Le consommateur est conditionné à distinguer clairement le prix, qu’il peut ainsi comparer du regard, étudier son budget, puis se laisser tenter en s’intéressant d’avantage au produit. C’est en fait la démarche inverse de la précédente… C’est le prix qui convainc et non le produit: c’est la démarche du consommateur dans sa forme la plus pure et dure! Tandis que le consommateur de produits équitables est un consommateur responsable.

Comment concilier les deux? Communiquer et faire du chiffre ( qui est le but de tout commerce, il ne faut pas l’oublier)?

Alors votre avis? Afficher ou ne pas afficher les prix?