Depuis le lancement de notre boutique, nous proposons un keffieh « Made in Palestine », authentique et de qualité. Une certification officielle « commerce équitable » serait logiquement un plus, autant pour rassurer le client sur l’origine du produit, la qualité, les conditions de fabrication, et l’engagement à respecter, que pour améliorer les conditions de travail du fabriquant. Ceci étant, connaissant l’état du commerce du keffieh en Palestine, autant dire qu’elle est quasi… inutile.

En effet, nos keffiehs ne sont pas certifiés équitable sur l’emballage, mais l’histoire du produit, son origine, sa situation actuelle, font qu’ils le sont. Plus aucune fabrique de keffiehs ne tourne ou presque. Les dernières se comptent sur les doigts d’une main. En particulier une, celle de M. Hirbawi, la plus connue de tous, car la plus importante depuis le début de la fabrication de ce foulard il y a plusieurs décennies maintenant. Cette fabrique fut le sujet de nombreux reportages, dans les plus grands journaux internationaux. Dans ces articles, toujours les mêmes mots, les mêmes propos: l’activité du keffieh « Made in Palestine » tend à disparaitre. Faute à la Chine, faute à l’Inde, faute aux importateurs qui inondent le marché d’un ersatz de keffieh, parce qu’il ressemble, de loin, voire de très loin, au véritable keffieh palestinien. Ce n’est pourtant qu’une copie jetable après quelques lavages, à un prix imbattable. C’est une concurrence indirecte, mais qui fait de l’ombre au keffieh traditionnel. Les palestiniens les plus inquiets pour ce tissu noir et blanc, qui symbolise une lutte, un peuple, s’unissent contre cet envahisseur mais cela ne suffit plus. Il faut un souffle nouveau, un souffle venant de l’extérieur pour que cette activité puisse perdurer. C’est ce que nous essayons de faire, en distribuant les keffiehs Hirbawi en France.

Une certification commerce équitable est nécessaire quand un même produit local, de consommation courante – comme le riz, l’huile d’olive, le sucre –  est fabriqué aussi bien par des industriels en quantité importante, que par des petits fabricants de la région, qui eux, ont toujours vécu de cette fabrication artisanale. Ces artisans sont souvent alors contraints de fermer boutique, vendre leur terre, leurs outils de travail, pour laisser place nette, entraînant perte de revenus, régression sociale et parfois misère. Une certification commerce équitable est nécessaire donc lorsqu’une activité ancestrale vivrière se meurt face à une concurrence industrielle galopante, écrasant tout sur son passage, à l’image des industries céréalières, des fruit ou des agrumes…

Or, pour nos keffiehs de Palestine, il n’y a tout simplement plus personne qui les fabrique. Il n’y a aucune industrie qui confectionne le véritable et authentique keffieh « Made in Palestine ». Les gens qui achètent un foulard ressemblant à un keffieh ne savent pour la plupart rien de ce qu’il représente. Après qu’il ait été porté sur un podium de mode, puis par un chanteur sur scène ou un acteur au cinéma, la demande explose. La Chine et l’Inde fabriquent alors en masse. Pendant ce temps, le véritable keffieh palestinien meurt. Plus personne n’en veut.

Tous ces éléments, plus le fait que nos prix d’achats soient ceux proposés par Hirbawi, sans négociation tant notre but est de voir ce commerce repartir, font qu’il n’y a aucun doute. Nos keffiehs sont bel et bien équitables, éthiques et authentiques.

Crédit photo: l’une des deux machines à tisser encore en activité de la fabrique Hirbawi