Nous poursuivons notre série sur nos keffiehs palestiniens avec l’épisode 6. Pour lire l’épisode précédent, ici.

Nous vous présentons aujourd’hui la partie commerciale du keffieh en Palestine. Le keffieh palestinien, le vrai, est essentiellement vendu en Palestine. Le keffieh chinois ou indien quant à lui est proposé partout dans le monde, comme vous vous en doutez.

Le marché du keffieh en Palestine connait un nouvel essor, certes limité, mais prometteur tout de même. A ce jour, le keffieh est écoulé dans une dizaine de grandes villes palestiniennes, situées en Cisjordanie. Parmi les plus connues: Hébron, la ville du keffieh et de la céramique, Naplouse, connu pour ses savons à l’huile d’olive, Bethléem, Jérusalem of course et Ramallah, ville connaissant un développement économique grandissant. Il est donc possible de trouver parmi les imitations de véritables keffiehs made in Palestine. Cependant, certains commerçants palestiniens, dans l’enceinte de Jérusalem, ville la plus visitée de toute la Palestine, n’hésitent pas à proposer aux touristes le keffieh étranger, plus rentable que l’original.

En dehors du marché domestique, le keffieh made in Palestine s’exporte en premier lieu dans les pays voisins du Moyen Orient. Le Qatar, les Emirats sont les principaux clients. En europe, en France, soyons en fiers, nous sommes les premiers a voir importé de façon structurée et régulière le véritable keffieh palestinien :). Auparavant, quelques associations, de visite en Palestine, profitaient de l’occasion pour acheter quelques unités et les proposer à leurs adhérents. Aujourd’hui, nous avons pu constater l’émergence de nouvelles boutiques en ligne proposant certains modèles de nos keffiehs. En Angleterre, le véritable keffieh palestinien est aussi commercialisé. Outre atlantique, il existait une filière d’importation il y a quelque temps au Canada. De façon générale, le keffieh palestinien reste très peu exporté, peut être 10% seulement de la production de la fabrique Hirbawi, à peine plus. Izzat Hirbawi, l’un des fils du fondateur, n’est pourtant pas opposé à sa commercialisation au delà des frontières palestiniennes, mais il ne transige pas sur un point: « Le keffieh est une tradition en Palestine, et il doit être fabriqué en Palestine. Nous devons être les seuls qui le fabriquent ».

Crédit