Mois : août 2012

Abu Adnan, producteur d’huile d’olive

A travers ce témoignage et d’autres qui suivront, nous vous faisons découvrir l’histoire des producteurs d’huile d’olive de Palestine, pour la coopérative Canaan Fair Trade, notre partenaire. Grâce à eux, nous avons la possibilité de vous proposer une huile d’olive palestinienne réputée, solidaire, naturelle et chargée d’histoire.

Abu Adnan Abed El Salam, producteur d’huile d’olive équitable Canaan à Faqu’a , né écologiste.

Abu Adnan ne fait pas partie d’un mouvement mondial pour la sauver la planète. Abu Adnan ne connait pas grand chose à Green Peace ou au protocole de Kyoto mais il sait exactement comment conserver sa terre saine et fertile et les terrasses qu’il construit pour la protéger font de cette parcelle de terre montagneuse un paradis visuel. Paysan depuis son enfance passé dans son village natal de Faqu’a, dans la région de Jénine, Abu Adnan, 78 ans, a construit plus de 60 terrasses, pierre par pierre.

Quand les gens lui parlent de la nouvelle tendance de l’agriculture biologique, il sourit: “Toutes nos vies, mon grand-père, mon père et moi avons planté des arbres sans n’avoir jamais utilisé aucun produit chimique. Je possède environ un millier d’oliviers et je retire toutes les mauvaises herbes avec mes mains nues. Je ne me fatigue jamais”, dit-il fièrement. Il sait pertinemment que pour 70 shekels, il pourrait acheter de l’herbicide et en une demi-journée le travail serait fait, mais dans son monde, cette pratique serait considérée comme un crime.

Munie d’une vieille faucille et de ses mains nues, Abu Adnan plie les mauvaises herbes et les met de côté pour ses moutons. “Mes moutons ne mangent que ce qui pousse sur ma terre. N’y a-t-il rien de plus magnifique que la terre?” Et si vous passiez ne serait-ce qu’une journée avec lui dans ses champs, vous comprendriez qu’il a raison. Abu Adnan et sa femme, Siham, considèrent le temps passé ensemble à travailler dans les champs comme une expérience des plus romantiques. Ils ne vont jamais au cinéma ou dans de grands restaurants, non, ils préfèrent aller cueillir du zaatar, de la sauge et des feuilles de vigne. Ils se rafraîchissent près de leur puits où Abu Adnan récupère de l’eau de pluie saine pour sa femme. Ils grignotent quelques raisins, un morceau de pain et du zaatar. Selon la saison, ils mangent du “chardon de lait” et du “sinari”, une écorce sauvage dotée d’une tige juteuse qui aide à conserver le corps hydraté lorsque l’on travaille sous le soleil.

Père de 6 enfants, Abu Adnan est fier d’annoncer que son fils ainé, Adnan, un temps ouvrier en Israël, est revenu à la terre, ainsi que sa fille et toute sa famille ont rejoint la coopérative d’huile d’olive Canaan où elles y plantent désormais des amandiers et oliviers.  Avant que Canaan ne commence à acheter ses récoltes, Abu en était venu à un point où, malgré une vie dédiée à ses arbres, il avait presque cesse de les aimer, car peu importe combien il prenait soin d’eux, il savait qu’à la fin de la récolte, il n’aurait personne à qui vendre son huile d’olive et ses olives. “Aujourd’hui, dit-il, j’ai retrouvé l’amour des arbres et j’en ai même planté de nouveaux car maintenant je sais que mon travail sera apprécié par des gens du monde entier. Ce sera ma récompense à la fin de la saison. Pourquoi pensez-vous que je passe toutes mes journées dans mes champs? Car je veux fournir à Canaan les mêmes olives que je mange à la maison sachant que les gens les achèteront et les mangeront”. Aujourd’hui, son fils et sa fille, qui ont grandi à l’odeur de la terre, au goût de l’eau de pluie du puits de leur père et à celui des olives naturelles, perpétuent la tradition familiale de cultures de produits naturels. Cela rend heureux Abu Adnan: “je m’en irai en paix car je sais que mes enfants prendront soin de ma terre”.

Le lien de Abu Adnan à la terre ne se réduit pas à prendre soin de ses oliviers. Ni lui ni sa femme ne possèdent de téléphone portable et n’ont pas besoin de montre pour leur dire quand le jour se lève et se couche. Le soleil est leur montre et quand il se lève, cela signifie que c’est l’heure d’aller travailler et quand il commence à se coucher, ils chargent leurs herbes sur le dos de leur âne et reviennent au village, promenade magnifique jusque leur maison où ils préparent un dîner copieux et se préparent pour leur prochaine journée de travail. Ils attribuent tous deux leur force et bonne santé à leur mode de vie […] et à leur croyance que rien n’est plus sacré qu’un modeste repas et une vie simple.

Merci à @djouher pour la traduction.

Huile d’olive palestinienne pour les puristes

L’huile d’olive de Palestine, la touche fraicheur de vos salades!

Salade et huile d'olive de Palestine

C’est toujours l’été, il fait toujours beau et toujours chaud, alors pourquoi ne pas en profiter pour réaliser de délicieuses salades palestiniennes et les agrémenter de za’atar et surtout d’une vinaigrette à base d’huile d’olive de Palestine pour la touche fraîcheur?

La base d’une bonne vinaigrette est ultra simple: une cuillère de vinaigre (ou jus d’agrume) pour deux à trois cuillères d’huile d’olive, de Palestine bien sûr. C’est dire si la qualité de celle-ci est importante pour une vinaigrette. L’huile d’olive palestinienne est idéale, puisque pour profiter pleinement de sa saveur, il est conseillé de la déguster telle quelle, sans cuisson. Mélanger, assaisonnez: c’est déjà prêt! Pour des proportions plus généreuses, il suffit de doubler, tripler la dose d’huile d’olive de Palestine. On a tendance à l’oublier, mais la vinaigrette s’utilise aussi bien pour les crudités que pour les légumes cuits, mais aussi pour rehausser un plat fade.

S’il s’agit là d’une vinaigrette classique, il est possible de les égayer en y ajoutant des herbes (zaatar, persil, herbes de Provence, ciboulette…), ou en variant le vinaigre. Le vinaigre de framboise est absolument délicieux, le vinaigre de riz apporte une jolie note asiatique ou seulement un jus d’agrume comme un filet de jus de citron ou d’orange frais. Citons également la moutarde, le fromage blanc (ou yaourt, crème) le gingembre, le miel et les échalotes rappées qui feront merveille!

N’oubliez pas: le secret d’une bonne vinaigrette: faire d’abord fondre le sel dans le vinaigre, car celui-ci ne se dissout pas dans l’huile. Bien mélanger les ingrédients. La conserver au frais. Et c’est tout!

En photo, notre première salade en Palestine, en plein cœur de Jérusalem. Un long voyage, une journée difficile, un petit régal: légumes frais, huile d’olive, homos, pain, vivement le plat!

Keffiehs couleurs pour septembre

Nos keffiehs couleurs attendus pour Septembre.

La rentrée des classes sonne également chez nous. Une nouvelle collection de keffiehs couleurs, tout droit venu de Palestine est attendue courant septembre. Comme pour chaque nouvel arrivage, nous essayons de garantir la disponibilité des modèles qui ont plutôt bien fonctionné ou qui sont régulièrement demandés. Il y aura également des nouveautés. Nous ne saurons vous dire lesquelles pour le moment mais nous vous informerons au plus tôt. Vous pouvez d’ores et déjà nous écrire pour être tenus informés dès la mise en ligne et ainsi profiter des plus beaux modèles!

La photo proposée aujourd’hui a été prise dans la fabrique à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie. Elle met en avant les bobines de fil sélectionnées pour la confection d’un modèle de keffiehs mutli-couleurs. Ces bobines de fil sont placées judicieusement au dessus de la machine, pour obtenir le mélange de couleurs désiré. Chacun des keffiehs sortis de cet usine sont de ce fait unique et authentique.

« Des dattes succulentes, un emballage soigné »

C’est ce que nous avons pu lire en consultant nos e-mails, au sujet de nos dattes palestiniennes:

Je tenais vraiment à vous faire part de ma plus grande satisfaction quant à ma commande. Les dattes sont succulentes ma sha Allah, l’emballage est particulièrement soigné et le service a été rapide. C’est très agréable d’avoir affaire à des commerçants d’une telle remarquabilité. Je n’hésiterai pas à passer de nouvelles commandes et à faire la promotion de Soliv’r auprès de mon entourage.

Merci pour tout.

 

 

Page suivante »