Par: Mona Hajjar Halaby http://thisweekinpalestine.com/author/mona-hajjar-halaby/

Au siècle dernier, de nombreuses voix ont affirmé que la terre de Palestine était un désert stérile. Les peintres orientalistes, tels que David Roberts, ont représenté de petits villages agraires ruraux dispersés sur des collines rocheuses et des bergers bédouins s’occupant de leurs moutons dans des tableaux bibliques idéalisés, et des personnages historiques ont créé des mythes au service de leurs intentions coloniales.

Comme l’attestent ces photographies, la Palestine était une société dynamique dotée d’une infrastructure élaborée et sophistiquée, de chemins de fer et de ports, d’hôpitaux, d’orangeraies, d’un système éducatif avancé et de beaux hôtels particuliers. Rien n’était stérile sur la Palestine!


Gare d’Al-Lidd, 1932.

Au cours des années 1930, Al-Lidd est devenue l’un des plus importants carrefours ferroviaires du monde arabe, avec des lignes reliant Jaffa, Jérusalem et le Caire. Ancienne ville biblique, Al-Lidd était connue au XIXe siècle comme centre intermédiaire de caravanes et pour sa magnifique basilique byzantine sur la tombe de Saint-Georges. Sous la domination ottomane, c’était un centre important pour la fabrication de savon et d’huile d’olive.

Carte postale de Jaffa, représentant des pêcheurs jetant leurs filets, avec la ville en arrière-plan.

Le port de Jaffa est réputé pour être l’un des plus anciens ports du monde. C’était un centre animé pour les pêcheurs et pour l’exportation de ses légendaires oranges de Jaffa. Les ports de Jaffa et de Haïfa étaient considérés comme les principaux ports de Palestine et tous deux étaient détenus et exploités par le Gouvernement palestinien. Jaffa était la ville la plus avancée de Palestine dans le développement de ses industries commerciales, bancaires, de pêche et agricoles.

Ikram Budeyri avec son amie Margaret Donabedian lors d’un récital de piano à Swift Hall, école des amis de Ramallah, le 30 juin 1940. Source: Ikram Budeyri.

Fondée en 1869 par des quakers américains, l’école des amis de Ramallah est l’une des plus anciennes institutions éducatives en Palestine. Bon nombre de ses diplômés sont devenus des universitaires, des chercheurs, des éducateurs, des scientifiques, des artistes et des musiciens de renommée mondiale.

Intersection à Haifa

Haïfa était un port central et une plaque tournante pour le pétrole brut du Moyen-Orient. Ses raffineries ont facilité le développement rapide de la ville en tant que centre d’industrie lourde. Haïfa était également parmi les premières villes à être complètement électrifiées. En 1925, la Palestine Electric Company a inauguré la centrale électrique de Haïfa, inaugurant le début de l’industrialisation de la ville.

Le manoir d’Anis Jamal et Tabitha Ustinov à Talbiyyeh, 1928. Source: Cité dans Adnan Abdelrazek, La Renaissance architecturale arabe, 2017, p. 96.

En 1934, Anis Jamal, un homme d’affaires palestinien, a construit une belle et spacieuse demeure dans un vaste jardin à Talbiyyeh. Les fenêtres du deuxième étage étaient voûtées et une grande arche entourait l’une des entrées. Anis habitait au deuxième étage avec sa femme, Tabitha Ustinov, la tante de l’acteur Peter Ustinov et leurs deux enfants, Alexa et Alex.

Alhambra Cinema, Jaffa, 1937. Source: Bibliothèque du Congrès, American Colony Collection.

Le cinéma Alhambra a ouvert ses portes en 1937 dans un bâtiment Art déco de Jaffa, nommé d’après le célèbre palais de Grenade, en Espagne. C’était l’un des cinémas les plus grands et les plus luxueux de Palestine et était également utilisé comme théâtre, accueillant des artistes célèbres tels que Umm Kulthum, Farid al-Atrash et Leila Mourad.

L’hôpital du Dr Fuad Ismail Dajani, Jaffa, 1940.

Dr. Fuad Ismail Dajani (1890-1940) a fondé l’hôpital de Dajani en 1933 à Jaffa. Situé à proximité de la maison du Dr Dajani, il servait d’hôpital de maternité et d’hôpital chirurgical à la population locale et aux officiers britanniques.

Mona Hajjar Halaby est écrivaine et éducatrice. Elle est la créatrice du British Mandate Jerusalemites Photo Library, une page de la communauté Facebook qui publie chaque jour une photo de Jérusalem ou des habitants de Jérusalem de la fin de la période ottomane à la fin du mandat britannique. Mona est également l’un des chercheurs qui travaillent sur Jérusalem, We Are Here, un documentaire interactif qui permet aux spectateurs de visiter les rues du quartier de Katamon et des autres quartiers de Jérusalem.

Traduit par solivr de http://thisweekinpalestine.com/a-vibrant-society/