Par : Mkhaimar Abusada

La bande de Gaza, située du côté est de la mer Méditerranée, ne dépasse pas 365 kilomètres carrés et compte deux millions d’habitants. La pression démographique a été critique dans une région où l’eau et les terres arables sont limitées et où les infrastructures sont insuffisantes (routes, réseaux d’égouts et réseau électrique) et de nombreux obstacles internes et externes résultant du siège et du blocus israéliens, qui l’ont transformé dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde.

Le premier numéro de Cette semaine en Palestine a coïncidé avec les jours d’or de Gaza en 1998. À cette époque, Gaza était le centre de la politique palestinienne après la signature des accords d’Oslo en septembre 1993 et ​​la création de l’Autorité palestinienne en 1994. La communauté internationale avait promis de faire de Gaza le Singapour du Moyen-Orient. En quelques années, l’infrastructure de Gaza a commencé à se développer, l’économie était en plein essor et, surtout, plus accessible. Le poste-frontière de Rafah entre Gaza et l’Égypte était ouvert 24 heures sur 24 toute l’année. En 1998, le regretté dirigeant palestinien Yasser Arafat a inauguré l’aéroport international de Gaza. Des vols de Gaza au Caire, à Amman, à Chypre et dans d’autres pays ont relié Gaza au monde extérieur. Le port de Gaza en construction lors de l’éruption de l’Intifada a été rapidement détruit par la suite par Israël.
Le déclenchement de la deuxième Intifada palestinienne en septembre 2000, ainsi que la violence et la résistance armée qui ont suivi contre l’armée et les colons israéliens à Gaza, ont déclenché des représailles massives de la part de l’armée israélienne contre les infrastructures et l’économie. Elle a surtout détruit complètement l’aéroport international de Gaza nouvellement inauguré et le mouvement à l’intérieur et à l’extérieur de Gaza.

Photo de Basel Al-Maqousi

Le lourd tribut financier et militaire de la deuxième Intifada a poussé Israël à se retirer unilatéralement de Gaza en septembre 2005. Israël a affirmé que Gaza n’était plus sous occupation, mais il a verrouillé les portes de Gaza; et un an plus tard, après que le Hamas ait kidnappé le soldat israélien Gilad Shalit, Israël a institué un siège extrêmement restrictif et un blocus contre Gaza dans toutes les directions – terrestres, maritimes et aériens – laissant les habitants de Gaza frustrés et désespérés.
La situation a empiré après la prise du contrôle de Gaza par le Hamas en juin 2007, marquant ainsi le début de la division politique entre la Cisjordanie et Gaza *. En conséquence, Israël a classé Gaza comme une entité hostile en septembre 2007 et a autorisé l’importation de produits alimentaires dont nous avons cruellement besoin pour prévenir la famine et le désastre humanitaire à Gaza. La fermeture israélienne a progressivement obligé Gaza à devenir de plus en plus dépendante de l’aide extérieure, même pour les éléments les plus élémentaires nécessaires à la vie quotidienne, et les conditions économiques se sont détériorées, entraînant une pauvreté généralisée. Le taux de chômage est supérieur à 40% et les chiffres des Nations Unies placent le chômage des jeunes à des niveaux critiques.
Le siège israélien a poussé le Hamas et les Gazaouites à construire des tunnels passant sous la frontière égyptienne pour acheminer du carburant, des matériaux de construction et des biens de consommation. Une nouvelle catégorie de propriétaires de tunnels et d’entreprises de contrebande a prospéré à Gaza entre 2008 et 2013. Toutefois, en juillet 2013, le nouveau régime égyptien a lancé une grave répression des tunnels, provoquant une pénurie de nombreux produits de base à Gaza. Les modifications apportées aux restrictions imposées par Israël aux importations en 2010 après la flottille turque ont entraîné une reprise de certaines activités économiques, mais les exportations régulières à partir de Gaza (par exemple, les produits agricoles tels que les agrumes, les fraises et les fleurs) et les meubles ne sont toujours pas autorisées. Les mesures du niveau de vie à Gaza restent inférieures aux niveaux observés au milieu des années 90.

Enfants de Gaza sur la plage

Un rapport des Nations Unies publié en 2012 indiquait que Gaza ne serait plus habitable en 2020 si le siège et le blocus israéliens restaient en vigueur. Selon le rapport, de nombreux habitants de Gaza vivent dans l’insécurité alimentaire, principalement à cause d’un manque de moyens économiques plutôt que d’une pénurie de nourriture. Quatre-vingt pour cent des ménages reçoivent une forme ou une autre d’assistance de la part de l’UNRWA, du PAM et d’autres agences de secours locales et internationales, et 39% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Gaza était autrefois une ville prospère sur la côte méditerranéenne, entourée d’agrumes et de champs fertiles. Aujourd’hui, Gaza se bat pour sa survie et sa gloire. Le symbole de Gaza, le phénix, représente les multiples renaissances de Gaza sur le même site au cours des 5 000 dernières années.

En plus du siège et de la fermeture, Gaza a subi trois grandes agressions (guerres) entre décembre 2008 et juillet 2014. La pire a été observée à l’été 2014, qui a entraîné la mort de plus de 2 200 personnes, plusieurs milliers de blessés et destruction massive d’infrastructures et de logements civils. Quatre ans plus tard, Gaza n’a pas été complètement reconstruite en raison du manque de financement international et des restrictions persistantes imposées par Israël sur les matériaux d’infrastructure.
Cependant, le pire est à venir. En avril 2017, l’Autorité palestinienne a mis en place un certain nombre de mesures visant à faire pression sur le Hamas pour qu’il renonce à son contrôle de Gaza * 2, paralysant encore plus une économie déjà extrêmement tendue, après plus de dix ans de blocus, et enfonçant davantage les habitants de Gaza dans la pauvreté. et le chômage. Mais les Gazaouis ont survécu au siège et aux mesures de l’AP en organisant une manifestation de masse non-violente le long de la barrière séparant Gaza et Israël qui a débuté le 30 mars 2018. Cette manifestation a entraîné la mort de plus de 200 habitants de Gaza, dont la majorité étaient des civils. une poignée de journalistes, d’ambulanciers paramédicaux et de personnes handicapées. La communauté internationale et les groupes occidentaux de défense des droits de l’homme ont condamné le recours excessif à la force par Israël contre les civils à Gaza, mais cela n’a pas empêché Israël de prendre pour cible des civils.
L’année 2017 a été marquée par 50 ans d’occupation militaire de la Palestine par Israël et par 10 ans de siège et de blocus de Gaza par Israël. Face à cette sombre étape, de nombreux jeunes à Gaza considèrent Israël comme la source de leur misère et de leurs souffrances. La promesse de Singapour du Moyen-Orient est devenue un cauchemar pour les Palestiniens à Gaza. Avec des niveaux sans précédent de pauvreté, de chômage et d’avenir, les rêves de la jeunesse de Gaza ont été brisés. Le suicide, la toxicomanie et le taux de criminalité ont considérablement augmenté au cours des deux dernières années, conséquence du désespoir. L’écrasante majorité des habitants de Gaza a perdu tout espoir d’un avenir meilleur à Gaza et est prête à changer de vitesse et à faire demi-tour. Des centaines de jeunes ont réussi à quitter Gaza pour l’Europe et beaucoup d’autres essaient. Mais tous les habitants de Gaza ne peuvent pas partir.
Le seul moyen de sauver les vies brisées à Gaza est de lever le siège et le blocus d’Israël et de mettre fin à la division politique interne entre les Palestiniens. Cela pourrait être le moyen de rétablir la normalité et de créer l’espoir d’un avenir meilleur.

  • 1 Peu après la victoire du Hamas aux élections de 2006 jugées ouvertes et justes par les observateurs internationaux, la communauté internationale a cessé de soutenir le gouvernement palestinien. Le Quartet, Israël et l’Autorité palestinienne ont boycotté le Hamas et lui ont demandé de reconnaître Israël et les accords d’Oslo et de condamner le terrorisme. Le Hamas a refusé car il considérait ces concessions comme les seuls points de négociation à leur disposition.
  • 2 Le Hamas affirme être engagé dans des négociations non officielles avec Israël et les rumeurs concernant les points de discussion vont des mesures humanitaires à la réouverture du port, voire de l’aéroport. Israël nie ces affirmations. L’Autorité palestinienne en tant que bénéficiaire officiel d’un soutien financier aux Palestiniens a protesté contre le fait que le Hamas n’a pas le pouvoir d’engager seul de telles négociations.

M. Mkhaimar Abusada est professeur associé et président du département de sciences politiques de l’Université Al-Azhar à Gaza. Il est l’auteur d’un livre et de nombreux articles universitaires et de courts essais dans des journaux et des revues universitaires de renommée locale et internationale.