Catégorie : Initiatives

Villes, peuple et identité Patrimoine culturel inclusif

Par Ahmad Junaid Sorosh-Wali et Mohammad Abu Hammad Traduit du site This week in Palestine

Le patrimoine culturel, dans ses manifestations diverses qui vont des monuments historiques aux tissus urbains en passant par les pratiques traditionnelles et les musées, enrichit notre quotidien de différentes manières. Dans les villes, le patrimoine urbain incarne la fierté et le sentiment d’appartenance des citoyens, nourrit le sens de l’identité, favorise la cohésion sociale et peut favoriser l’ouverture et l’inclusion. En Palestine, comme dans le reste du monde, 75 pour cent de la population vit en zone urbaine Comme les villes sont devenues le foyer de la majorité de la population, l’UNESCO a fait les centrales à sa mission et a adopté des conventions culturelles qui ont tous La préservation du patrimoine urbain en tant qu’espace commun et inclusif dans lequel les citoyens ont la possibilité de choisir et d’exercer leur liberté est particulièrement nécessaire en Palestine, dans la mesure où elle renforce le sentiment d’identité auquel défis croissants résultant de l’occupation et de la mondialisation. Un patrimoine urbain inclusif et correctement préservé est un moyen puissant de transmettre l’identité nationale palestinienne aux générations futures.

Les zones urbaines en Palestine sont riches en atouts patrimoniaux. Les centres historiques de villes telles que Jérusalem, Naplouse, Hébron et Bethléem, ainsi que les nombreux sites archéologiques urbains que l’on trouve à proximité et le paysage culturel associé offrent des expériences uniques et variées pour les habitants et les visiteurs. Il est primordial de révéler le potentiel de tous ces endroits pour aider à construire une société inclusive dotée d’une identité forte et respectueuse de la diversité culturelle. Cela commence par garantir l’accès et implique en outre que la compréhension et la jouissance du patrimoine doivent être encouragées parmi tous les groupes sociaux, y compris les femmes, les hommes, les garçons et les filles, sur la base de l’égalité et de la liberté.

Le bureau national de l’UNESCO pour la Palestine, par le biais de son programme Culture et conformément aux objectifs de développement durable des Nations Unies, promeut l’inclusivité du patrimoine culturel en Palestine. Le patrimoine urbain dans les villes et agglomérations palestiniennes est le théâtre d’une expérience réussie à cet égard, en dépit de sa superficie relativement réduite dans les villes palestiniennes en expansion. Le patrimoine urbain peut offrir des lieux de créativité et répondre aux aspirations des personnes à vivre une expérience de vie distincte, car il est construit à une échelle humaine qui permet la promenade, l’interconnexion et des utilisations mixtes, et a la capacité de fournir des services dans des espaces extérieurs attrayants. En outre, les lieux patrimoniaux urbains sont des centres d’activités économiques pour les industries créatives et l’artisanat, générant des emplois grâce à des productions culturelles telles que le verre, la céramique et la poterie à Hébron, des artefacts en bois d’olivier et en nacre à Bethléem, ainsi que du savon et des friandises à Naplouse.

Vue panoramique de la veille ville de Naplouse
Photo de Junaid-Sorosh-Wali

L’expérience acquise par l’UNESCO en Palestine, acquise grâce à de nombreux types de projets relatifs au patrimoine culturel, révèle le rôle que le patrimoine urbain palestinien peut jouer dans l’application d’une société et d’une identité intégratrices dans les villes. L’UNESCO a récemment collaboré étroitement avec le gouvernement palestinien pour élaborer deux plans de conservation et de gestion des sites du patrimoine mondial «Lieu de naissance de Jésus: église de la Nativité et route du pèlerinage, Bethléem» et «Palestine: pays des oliviers et des vignes – Paysage culturel de Jérusalem méridionale, Battir. »Iii L’objectif de ces plans étant de fournir une gestion efficace des sites pour une utilisation durable, l’UNESCO a appelé à la mise au point de systèmes de gestion axés sur la population, englobant les connaissances et le savoir-faire du libre accès et utilisation des lieux patrimoniaux, et sécuriser leur conservation et leur transmission aux générations futures.

La poterie palestinienne se présente sous des formes et des motifs traditionnels et nouveaux.
Boite en nacre.
Le savon est empilé dans des tours délicates pour sécher.

Parmi les 13 sites figurant sur la liste indicative de la Palestine, la vieille ville de Naplouse et Sebastiya figurent parmi les 13 exemples figurant sur la liste indicative de la Palestine. Cette liste comprend les biens que la Palestine considère comme prioritaires. future proposition d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial. À la demande du gouvernement palestinien, l’UNESCO a fourni un appui technique en s’attaquant aux problèmes de développement urbain des sites archéologiques de l’hippodrome et de l’amphithéâtre romains, situés à proximité de la vieille ville de Naplouse et faisant partie intégrante du site la liste indicative de la Palestine en tant que «vieille ville de Naplouse et ses environs». v Un programme de développement urbain a été proposé par des promoteurs privés sur le site archéologique sans prendre en compte la valeur culturelle incontestable du site et son importance pour les habitants et l’identité de la ville. Bien qu’elles soient situées sur des propriétés privées et sans porter atteinte aux droits de leurs propriétaires, l’UNESCO a appelé le gouvernement palestinien à préserver le site en raison de ses valeurs patrimoniales uniques, en proposant de le transformer en un parc archéologique accessible à tous. Un site patrimonial au cœur de la ville peut jouer un rôle important dans l’éducation des jeunes et dans la promotion de l’inclusion sociale en organisant des réunions publiques et diverses activités communautaires.

L’UNESCO s’emploie activement à préserver le patrimoine culturel palestinien afin de créer un sentiment d’identité fort parmi les générations actuelles et futures et de créer des espaces publics propices à la cohésion sociale, fondés sur le principe de l’inclusion.

Même lorsque les sites sont dans un état dégradé, l’attention appropriée de la population et des autorités peut transformer le patrimoine urbain en lieux publics contribuant à compenser le manque d’espaces urbains inclusifs dans les villes palestiniennes d’aujourd’hui. L’UNESCO s’est rendu compte de cela en 2014 dans la région de Naplouse, lorsque le site archéologique abandonné de Tell Balata, vi identifié avec l’ancien Sichem et renfermant des vestiges uniques des âges du bronze moyen et tardif – datant d’environ 2000 à 1100 avant JC – a été transformé en site archéologique. parc qui fournit des explications et un contexte historique et dispose d’un centre des visiteurs. Construit après des recherches approfondies en matière de conservation et avec une gestion appropriée, le site a permis à la communauté locale de renouer avec le site, encourageant les individus et les groupes à interagir et à mieux comprendre le rôle important du site et du patrimoine culturel dans leur vie.

Le village de Battir. Photo par Inas Deeb.

Il en va de même pour le Forum romain de Sebastiya, qui est un espace ouvert qui attend la possibilité de reconquérir son ancien rôle central en tant qu’espace de rencontre et de lieu de négociations sociales. Le gouvernement palestinien est en train de mettre en œuvre un programme optimiste qui vise à régénérer la ville historique de Sebastiya et des villages environnants, et examine ainsi les potentiels d’un tel espace. L’UNESCO, tout en soutenant cette initiative, conseille au gouvernement palestinien sur les moyens appropriés d’appliquer des interventions physiques au forum sans porter atteinte à ses valeurs. Les principes directeurs, développés par l’UNESCO et approuvés par le gouvernement palestinien, ont été partagés avec l’architecte concepteur du projet. Ils soulignent les principes fondamentaux de la création d’un espace patrimonial commun accessible à tous les groupes sociaux sur la base de l’égalité, tout en répondant aux besoins de développement économique local.

Site archéologique de Sebastya (basilique et forum).
Photo avec l’aimable autorisation de Palestine Image Bank.

Le patrimoine urbain palestinien constituant une part importante de l’identité des villes et des peuples, les exigences en matière de préservation se multiplient de jour en jour. Les besoins socio-économiques, les pressions urbaines et la négligence, s’ils se maintiennent au rythme actuel, priveront cet héritage de ses valeurs fortes et attractives. La préservation du patrimoine urbain inclusif ne protégera pas seulement ses actifs physiques, elle transmettra également son esprit sous forme de diversité et de traits pluralistes aux générations futures, transmettant ainsi une identité intacte.

Parc archéologique de Tel Balata (au centre de l’image) Naplouse. Photo par le Dr Gerrit.

ONU Habitat: https://unhabitat.org/books/first-state-of-palestine-cities-report-recommends-national-urbanization-policy/.
ii La Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé de 1954 avec un règlement d’exécution de la Convention (adhésion le 22 mars 2012); le Protocole de 1954 à la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé (adhésion le 22 mars 2012); la Convention de 1970 sur les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites de biens culturels (ratification le 22 mars 2012); la Convention de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (ratification le 8 décembre 2011); le Deuxième Protocole à la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, 26 mars 1999 (adhésion le 22 mars 2012); la Convention de 2001 sur la protection du patrimoine culturel subaquatique (ratification le 8 décembre 2011); la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (Ratification le 8 décembre 2011); la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (ratification le 8 décembre 2011).
iii Palestine: biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial (3), UNESCO, disponibles à l’adresse https://whc.unesco.org/fr/statesparties/ps.
iv Disponible à l’adresse https://whc.unesco.org/fr/tentativelists/state=ps.
v Liste indicative: «La vieille ville de Naplouse et ses environs», UNESCO, disponible à l’adresse http://whc.unesco.org/fr/tentativelists/5714/.
vi Pour plus d’informations sur le projet et l’historique du site du parc archéologique de Tel Balata, consulter les adresses suivantes: https://www.youtube.com/watch?v=TB4vaRrHk38 et https://www.youtube.com/watch?v=2n_dbYJTxH0.

Ahmad Junaid Sorosh-Wali est à la tête de l’Unité Culture et spécialiste du programme Culture au Bureau de l’UNESCO à Ramallah. Il a travaillé pour l’UNESCO depuis 2003, d’abord à la Section du patrimoine matériel jusqu’en 2005, puis au Centre du patrimoine mondial en tant que point focal pour l’Europe occidentale, nordique, balte et sud-est de la Méditerranée avant de rejoindre le Bureau de l’UNESCO à Ramallah. M. Sorosh-Wali est titulaire d’une maîtrise en architecture et d’une autre en conservation du patrimoine.

Mohammad Abu Hammad est architecte et urbaniste. Il est titulaire d’un baccalauréat en architecture de l’université Birzeit et d’une maîtrise en études urbaines (4CITIES en études urbaines) de la Vrije Universiteit Brussel. Il a 13 ans d’expérience dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme et du patrimoine culturel en Palestine. Il travaille actuellement en tant que coordinateur de projet à l’unité culture du bureau de l’UNESCO à Ramallah.

Femmes menant contre vents et marées

Par: Ola Awad paru dans This Week in Palestine

Le leadership reste le principal talent recherché au milieu de toutes les avancées technologiques des organisations et des styles de gestion. La mission d’un dirigeant est pleine de défis et de responsabilités, mais elle peut aussi être extrêmement enrichissante sur le plan personnel. Un bon leader est non seulement un gestionnaire efficace, mais aussi un membre d’une équipe humaine, un communicateur et un influenceur qui croit sincèrement aux autres et cherche à créer des relations durables et positives au sein de l’environnement de travail. Cet équilibre délicat entre fermeté et souplesse, créativité et efficacité peut être très délicat à manœuvrer, mais il s’agit d’une qualité essentielle dans le profil d’un bon leader.

Certaines études suggèrent qu’il existe effectivement des différences dans la manière dont les hommes et les femmes perçoivent le leadership, et ces différences affectent leurs styles de leadership. Certains auteurs affirment que les femmes ont tendance à mettre davantage l’accent sur la formation et la communication et sont davantage «orientées sur les personnes», tandis que les hommes ont tendance à se concentrer sur les objectifs de l’organisation et sont davantage «axés sur les tâches». * 1 D’autres études suggèrent que les styles de leadership sont pas du tout lié au genre, mais à une question de style personnel, quel que soit le sexe. * 2

Réunion de l’Union des femmes arabes à Jérusalem le 14 septembre 1944.
Source: Matson Photo Service, photographe – Bibliothèque du Congrès.

L’observation selon laquelle les postes de direction sont dominés par les hommes ne peut être faite qu’en Palestine ou dans la région, elle est applicable dans le monde entier. Même aujourd’hui, le rôle stéréotypé de la femme est encore très présent dans l’esprit des gens, et nous accomplissons inconsciemment des tâches quotidiennes fondées sur ce stéréotype. Comme il est rare de trouver des femmes aux postes de direction dans le monde, il existe un manque de données permettant de comparer leur comportement à celui d’hommes occupant de tels postes. Bien qu’il y ait eu une augmentation substantielle du nombre de femmes occupant des postes de direction au cours des dernières décennies, cela peut toujours être considéré comme un travail en cours.

Les femmes palestiniennes sont les gardiennes du patrimoine de la société. Comme nos grands-mères, ce sont les conteurs qui forment la mémoire des jeunes. Ainsi, lorsque les personnes âgées disparaîtront, les jeunes n’oublieront jamais. Et nous n’oublierons jamais!

Des changements et des progrès majeurs ont été accomplis dans le monde arabe en matière de droits des femmes, en particulier dans les communautés qui acceptent désormais les femmes aux postes de direction, mais la Palestine présente un cas unique. Malgré le fait que la Palestine se caractérise par une structure de communauté tribale et une société conservatrice et patriarcale, les femmes en Palestine ont toujours été responsables d’une grande partie du travail. Les femmes ont été et sont toujours censées assumer l’entière responsabilité de l’éducation des enfants, de la gestion des affaires domestiques et de nombreuses autres tâches. Les femmes en Palestine sont traditionnellement les gestionnaires économiques du ménage.

Les associations de femmes en Palestine ont été créées avant Al-Nakba en 1948; leur tâche principale était de soutenir les familles de la communauté en jouant un rôle caritatif. Après Al-Nakba, les déplacements de Palestiniens et la fragmentation des familles, le rôle des femmes a pris une tournure dramatique. Les priorités ont été différentes: protéger les familles, soutenir les familles qui ont perdu leur principal soutien de famille, fournir des services à l’intérieur et à l’extérieur des camps de réfugiés et aider les enfants dans le besoin à poursuivre leurs études, en plus de s’éduquer eux-mêmes en tant qu’arme et outil de survie. Cela ressort clairement des données du recensement de 2017, qui montrent que le taux d’analphabétisme en Palestine est l’un des plus bas de la région.

Deux femmes palestiniennes assises sur un balcon et faisant de la dentelle de point palestinienne. La vieille ville de Jérusalem est à l’arrière-plan.
Source: Colonie américaine (Jérusalem) – Bibliothèque du Congrès.

Les femmes palestiniennes ont été impliquées très tôt dans la vie politique, en rejoignant les hommes pour résister à l’oppression de l’occupation – où des centaines de personnes avaient été arrêtées, y compris des enfants – jusqu’à la direction de hauts postes de juge, de ministre et de femme d’affaires.
La perception qu’a la société du rôle de la femme s’est considérablement améliorée et se reflète dans la participation croissante des femmes au marché du travail, où elle est passée de 13% en 2000 à environ 19% en 2017. En Palestine, les femmes sont également très instruites par rapport aux hommes; En 2017, environ 60% des femmes étaient inscrites dans l’enseignement supérieur. Néanmoins, ces indicateurs ne sont qu’une partie de l’équation de l’autonomisation des femmes.

Malgré toutes les difficultés, le gouvernement palestinien ouvre la voie à l’autonomisation concrète des femmes, leur permettant d’exercer leurs droits légitimes. Plus récemment, des lois ont été modifiées pour permettre aux femmes de se voir délivrer un passeport, d’ouvrir un compte bancaire et de changer d’école pour leurs enfants – des droits auparavant réservés aux hommes palestiniens. La route à parcourir est longue et pleine de défis, mais notre détermination nous assure qu’il ya une lumière au bout du tunnel.

  • 1 Voir Gary N. Powell, D. Anthony Butterfield, 2003, «Genre, identité de genre et aspirations à la haute direction», Examen de la situation des femmes dans la gestion, vol. 18 Issue: 1/2, pp.88–96.
  • 2 Sabina Nielsen et M. Huse, 2010, «La contribution des femmes aux conseils d’administration: aller au-delà de la surface», Gouvernance d’entreprise: une revue internationale, 18 (2), 136–148.

Ola Awad est présidente du Bureau central des statistiques de Palestine et ancienne présidente de l’Association internationale de la statistique officielle (2015-2017). Elle est titulaire d’un doctorat en administration des affaires de l’Université de Liverpool, au Royaume-Uni. une maîtrise en administration et gestion des affaires de l’Université de Boston, aux États-Unis; une maîtrise en statistiques appliquées de l’université de Birzeit, en Palestine; et un baccalauréat en économie de l’Université de Birzeit.

Noël en Palestine

Par Lucy Hishmeh

Noël est proche! En Palestine, cette fête a une saveur particulière. Après tout, la Palestine abrite Bethléem, la ville au centre des célébrations de Noël dans le monde entier, le lieu où Jésus-Christ est né il y a deux millénaires. Certains chrétiens célèbrent la veille de Noël le 24 décembre, selon le calendrier grégorien; Les chrétiens d’Est, cependant, célèbrent Noël le 6 janvier, selon l’ancien calendrier julien.

Les chrétiens palestiniens – qui, dans la première moitié du XXe siècle, représentaient environ 20% de la population – ont diminué en nombre ces dernières années. Aujourd’hui, les chrétiens palestiniens ne comptent que 50 000 personnes en Cisjordanie et environ 150 000 en Israël. Mais un grand nombre de touristes chrétiens célèbrent Noël en Palestine avec des chrétiens et des non-chrétiens locaux, comme cela a été déclaré fête nationale par le président Mahmoud Abbas il y a quelques années.

L’arbre de Noël de Bethléem avec l’église de la Nativité à l’arrière-plan.

Noël en Palestine est marqué par des services religieux et des célébrations sociales qui incluent des événements familiaux et des rassemblements sociaux, des cadeaux, des défilés, des dîners du Père Noël et de Noël. Les fêtes sociales commencent par de grandes manifestations rassemblant des milliers de personnes et organisées autour de l’allumage de sapins de Noël dans les centres des grandes villes chrétiennes de Cisjordanie, à Bethléem d’abord, à Ramallah et dans d’autres villes. Ces dernières années, chaque paroisse a commencé à célébrer l’allumage de son arbre de Noël. Les activités sociales et religieuses emplissent les villes et les villages chrétiens palestiniens d’esprit de Noël.

Alors que, par nature, Noël est un motif de joie, il est aussi pour certaines personnes une période de tristesse. Beaucoup vivent en dessous du seuil de pauvreté et Noël peut être une source de stress et d’anxiété sociale, car certaines familles n’ont tout simplement pas l’argent supplémentaire nécessaire pour acheter des cadeaux à leurs enfants, à leur famille élargie et à leurs amis. Beaucoup sont attristés, ont perdu des proches qui se trouvent dans des prisons israéliennes ou sont affligés par des proches tués par les forces israéliennes. Par conséquent, parallèlement aux préparatifs religieux de Noël qui commencent pendant la période de l’Avent, les bénévoles de la paroisse préparent diverses activités sociales, notamment des fêtes de Noël, des fêtes du Père Noël et des bazars de Noël; ils recueillent des dons de particuliers ou d’entreprises et d’institutions, telles que des banques, afin de collecter des fonds leur permettant d’aider les personnes dans le besoin. En plus du soutien matériel, les volontaires organisent également des visites sociales avec des personnes isolées et des familles, dans l’espoir de leur permettre de vivre la joie de Noël.

De plus, à Bethléem, Noël est un exemple de la façon dont les Palestiniens persévèrent et tiennent à profiter de fêtes festives, tout en vivant sous l’occupation militaire israélienne qui impose de grandes difficultés à la population, restreint sa liberté de mouvement, compromet ses moyens de subsistance et diminue son bien-être économique et social. Malheureusement, l’occupation et sa politique ont transformé Bethléem en ghetto autour duquel Israël continue de resserrer les liens avec l’empiétement et le développement des colonies de peuplement, l’accès restreint aux routes et la mise en place de zones de sécurité, de points de contrôle et d’installations militaires.

Mais malgré la situation difficile, la veille de Noël, des lumières et des banderoles sont placées tout autour de Bethléem. On peut entendre des chants de Noël partout sur la place animée de la crèche. La ville se prépare pour un défilé de deux heures, au cours duquel des éclaireurs marchent tout en jouant de la musique de Noël à la batterie, à la cornemuse, aux cors et aux clairons. Des Palestiniens, des pèlerins et des touristes se précipitent à Manger Square pour célébrer l’entrée du patriarche dans l’église de la Nativité, apportant la Sainte Lumière de l’église du Saint-Sépulcre, accompagnée par des troupes de reconnaissance de toute la Palestine jouant des chants de Noël. La messe de minuit à l’église de la Nativité est retransmise en direct dans le monde entier sur différentes chaînes satellite et dans différentes langues.

Défilé des scouts palestiniens dans la rue de l’Etoile

Bethléem vous invite à vivre et à explorer le caractère unique du Noël palestinien: participez à des défilés de reconnaissance, écoutez des chorales sur les places publiques, assistez à la messe de minuit à l’église de la Nativité avec des dignitaires et diplomates nationaux et internationaux, et expérimentez de nouveaux goûts, de nouvelles saveurs et différentes fêtes culturelles et traditionnelles de Noël. Vous êtes invités à participer à cet esprit unique en étant là!

La veille de Noël, dans les villes palestiniennes, on peut voir des familles quitter l’église après la messe du soir, se saluer et se rendre chez elles pour apporter la touche finale au dîner de Noël – et pourquoi pas? Noël est le moment des réunions de famille. les gens discutent, mangent et boivent en attendant que le père Noël apporte ses cadeaux. Noël a sa propre saveur, avec des plats spéciaux, des biscuits, des chocolats et du café. Noël crée une atmosphère unique, avec des échanges de visites entre parents et amis. C’est une occasion pour les personnes qui sont généralement occupées par leur routine quotidienne tout au long de l’année de se réunir et de se rencontrer. Noël est ce que nous en faisons.

Lucy Hishmeh est titulaire d’un BA en littérature anglaise et d’une MA en méthodes d’enseignement de l’anglais de l’Université de Birzeit. Avec plusieurs années d’expérience en gestion, Lucy est directrice des relations publiques de l’Université ouverte Al-Quds depuis neuf ans et a récemment rejoint le personnel académique en tant que chargée de cours.

Cuisine sacrée

Par: Aisha Mansour traduit du site This week In Palestine

Préserver les traditions et expérimenter avec l’innovation

J’ai d’abord expérimenté la cuisine sacrée lors d’une soirée tacos au Garage Restaurant à Ramallah à l’automne dernier. Chaque assiette était servie avec des tacos au tofu ainsi que du riz et des haricots. Des saveurs subtiles mais distinctes ont émergé à chaque bouchée. Quelques mois plus tard, le créateur et chef de la Cuisine Sacrée, Izzeldin Abdul Aziz Bukhari, s’est proposé de préparer un dîner de collecte de fonds avec des salades d’épinards, de betteraves, de feta et de poivron farci au quinoa.


Photo prise par Rasha Sansur

Izzeldin explique que l’initiative de la cuisine sacrée offre l’occasion de combiner sa passion pour la nourriture avec les divers éléments de ses racines ancestrales. Ses descendants sont arrivés à Jérusalem en 1616 en provenance de Bukhari (Ouzbékistan) pour établir un centre soufi, qui existe toujours près du Haram dans la vieille ville. Chaque jeudi, après la méditation, les Boukhariens préparaient un repas à partager avec la communauté. Sacred Cuisine adopte les bonnes pratiques et les principes avec lesquels Izzeldin a grandi dans sa famille soufie à Jérusalem: préparer un aliment simple, acquis avec un minimum de dommages et de souffrances afin de nourrir sa communauté. Le menu consiste donc en des repas végétaliens et végétariens à base de produits locaux, d’ingrédients naturels et d’un emballage minimal. Selon Izzeldin, sa nourriture vise à assurer un gagne-pain durable tout en rappelant l’histoire et les faits pour le mangeur consciencieux.

Vous pouvez découvrir la cuisine sacrée à travers ses cuisines pop-up sur les marchés locaux à travers la Palestine, ainsi que lors de soirées spéciales organisées par des restaurants locaux. En plus de préparer des repas dans des cuisines éphémères et des restaurants locaux, Izzeldin développe une gamme de produits végétaliens pour ses fidèles végétaliens et soucieux de leur santé. Vous pouvez acheter du pesto végétalien, du gâteau au fromage à l’avocat et du gâteau au fromage à la myrtille. Izzeldin explique qu’il utilise autant que possible les produits locaux pour créer ses produits. Les gâteaux au fromage végétaliens, par exemple, sont édulcorés avec de la debess (mélasse de raisin) et aromatisés à l’eau de rose. De nombreuses recettes végétaliennes contiennent des ingrédients très difficiles à trouver ici.

De plus, Sacred Cuisine organise une série d’aventures de randonnée et de cuisine à partir du printemps. Les participants apprendront à chercher des plantes sauvages comestibles et à les cuire dans la nature. Le premier événement se concentrera sur la fabrication de maqluba à l’état sauvage. Sacred Cuisine collabore également avec la Fondation Al-Ma’amal à Jérusalem pour mettre au point une série de visites gastronomiques afin de célébrer et de préserver le savoir-faire et les recettes de nos ancêtres, contrant ainsi l’appropriation par Israël de notre culture culinaire autochtone. Au cours des cinq prochaines années, Izzeldin espère élargir sa gamme de produits végétaliens et créer une communauté de consommateurs consciencieux. Il envisage que Sacred Cuisine serve de plate-forme à d’autres chefs et producteurs aux vues similaires.

Vous pouvez suivre Sacred Cuisine sur Facebook et Instagram pour obtenir les dernières nouvelles sur les événements à venir et les opportunités de restauration. Vous pouvez également contacter Izzeldin à l’adresse thesacredcuisine@gmail.com ou au 058-442-5568.

Izzeldin a généreusement partagé sa recette de salade d’épinards, de betteraves et de féta.
Salade de betteraves et d’épinards
Avec sumac, vinaigrette à la mélasse de raisin (Debess)

Recette pour 5 portions

Ingrédients
1 bouquet d’épinards
1 betterave moyenne
1 poignée de noix grillées
1 poignée de feta en cubes

Pour la vinaigrette
2 cuillères à soupe de mélasse de raisin (debess ‘ennab)
½ cuillère à café de sumac
½ cuillère à café de poivre noir fraîchement concassé
2 cuillères à soupe de jus de citron
3 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de vinaigre de gingembre
Sel au goût

Instructions
Lavez, épluchez et coupez la betterave, en jetant les extrémités, puis déchiquetez-la.
Faire griller les noix dans une casserole sur la cuisinière à feu doux, en secouant fréquemment la casserole pour éviter les brûlures.
Retirez les tiges des épinards et jetez les feuilles non désirées. Ensuite, lavez, rincez et hachez les feuilles en rubans de ¼ de pouce.
Couper la feta en cubes.

Servir
Mélanger les épinards avec une petite quantité de vinaigrette. Séparément, mélanger la betterave râpée avec la vinaigrette en laissant un peu de vinaigrette sur le côté pour plus tard. Placez d’abord les épinards dans le bol de service, puis montez la betterave râpée au centre. Ajouter la féta, puis saupoudrer les noix. Terminez en ajoutant davantage de vinaigrette (à votre convenance) et dégustez-le avec des amis ou des amants. Sahha!

Aisha Mansour passe son temps libre à faire à manger et à s’occuper de son poulet et de son chien baladi, Sam. Elle blogue sur www.seasonalpalestinian.wordpress.com. Elle est également cofondatrice de l’initiative de volontariat Sharaka, qui vise à soutenir les petits agriculteurs palestiniens.

« Page précédente Page suivante »