Catégorie : Témoignages

Gaza – Vingt ans plus tard

Par : Mkhaimar Abusada

La bande de Gaza, située du côté est de la mer Méditerranée, ne dépasse pas 365 kilomètres carrés et compte deux millions d’habitants. La pression démographique a été critique dans une région où l’eau et les terres arables sont limitées et où les infrastructures sont insuffisantes (routes, réseaux d’égouts et réseau électrique) et de nombreux obstacles internes et externes résultant du siège et du blocus israéliens, qui l’ont transformé dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde.

Le premier numéro de Cette semaine en Palestine a coïncidé avec les jours d’or de Gaza en 1998. À cette époque, Gaza était le centre de la politique palestinienne après la signature des accords d’Oslo en septembre 1993 et ​​la création de l’Autorité palestinienne en 1994. La communauté internationale avait promis de faire de Gaza le Singapour du Moyen-Orient. En quelques années, l’infrastructure de Gaza a commencé à se développer, l’économie était en plein essor et, surtout, plus accessible. Le poste-frontière de Rafah entre Gaza et l’Égypte était ouvert 24 heures sur 24 toute l’année. En 1998, le regretté dirigeant palestinien Yasser Arafat a inauguré l’aéroport international de Gaza. Des vols de Gaza au Caire, à Amman, à Chypre et dans d’autres pays ont relié Gaza au monde extérieur. Le port de Gaza en construction lors de l’éruption de l’Intifada a été rapidement détruit par la suite par Israël.
Le déclenchement de la deuxième Intifada palestinienne en septembre 2000, ainsi que la violence et la résistance armée qui ont suivi contre l’armée et les colons israéliens à Gaza, ont déclenché des représailles massives de la part de l’armée israélienne contre les infrastructures et l’économie. Elle a surtout détruit complètement l’aéroport international de Gaza nouvellement inauguré et le mouvement à l’intérieur et à l’extérieur de Gaza.

Photo de Basel Al-Maqousi

Le lourd tribut financier et militaire de la deuxième Intifada a poussé Israël à se retirer unilatéralement de Gaza en septembre 2005. Israël a affirmé que Gaza n’était plus sous occupation, mais il a verrouillé les portes de Gaza; et un an plus tard, après que le Hamas ait kidnappé le soldat israélien Gilad Shalit, Israël a institué un siège extrêmement restrictif et un blocus contre Gaza dans toutes les directions – terrestres, maritimes et aériens – laissant les habitants de Gaza frustrés et désespérés.
La situation a empiré après la prise du contrôle de Gaza par le Hamas en juin 2007, marquant ainsi le début de la division politique entre la Cisjordanie et Gaza *. En conséquence, Israël a classé Gaza comme une entité hostile en septembre 2007 et a autorisé l’importation de produits alimentaires dont nous avons cruellement besoin pour prévenir la famine et le désastre humanitaire à Gaza. La fermeture israélienne a progressivement obligé Gaza à devenir de plus en plus dépendante de l’aide extérieure, même pour les éléments les plus élémentaires nécessaires à la vie quotidienne, et les conditions économiques se sont détériorées, entraînant une pauvreté généralisée. Le taux de chômage est supérieur à 40% et les chiffres des Nations Unies placent le chômage des jeunes à des niveaux critiques.
Le siège israélien a poussé le Hamas et les Gazaouites à construire des tunnels passant sous la frontière égyptienne pour acheminer du carburant, des matériaux de construction et des biens de consommation. Une nouvelle catégorie de propriétaires de tunnels et d’entreprises de contrebande a prospéré à Gaza entre 2008 et 2013. Toutefois, en juillet 2013, le nouveau régime égyptien a lancé une grave répression des tunnels, provoquant une pénurie de nombreux produits de base à Gaza. Les modifications apportées aux restrictions imposées par Israël aux importations en 2010 après la flottille turque ont entraîné une reprise de certaines activités économiques, mais les exportations régulières à partir de Gaza (par exemple, les produits agricoles tels que les agrumes, les fraises et les fleurs) et les meubles ne sont toujours pas autorisées. Les mesures du niveau de vie à Gaza restent inférieures aux niveaux observés au milieu des années 90.

Enfants de Gaza sur la plage

Un rapport des Nations Unies publié en 2012 indiquait que Gaza ne serait plus habitable en 2020 si le siège et le blocus israéliens restaient en vigueur. Selon le rapport, de nombreux habitants de Gaza vivent dans l’insécurité alimentaire, principalement à cause d’un manque de moyens économiques plutôt que d’une pénurie de nourriture. Quatre-vingt pour cent des ménages reçoivent une forme ou une autre d’assistance de la part de l’UNRWA, du PAM et d’autres agences de secours locales et internationales, et 39% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Gaza était autrefois une ville prospère sur la côte méditerranéenne, entourée d’agrumes et de champs fertiles. Aujourd’hui, Gaza se bat pour sa survie et sa gloire. Le symbole de Gaza, le phénix, représente les multiples renaissances de Gaza sur le même site au cours des 5 000 dernières années.

En plus du siège et de la fermeture, Gaza a subi trois grandes agressions (guerres) entre décembre 2008 et juillet 2014. La pire a été observée à l’été 2014, qui a entraîné la mort de plus de 2 200 personnes, plusieurs milliers de blessés et destruction massive d’infrastructures et de logements civils. Quatre ans plus tard, Gaza n’a pas été complètement reconstruite en raison du manque de financement international et des restrictions persistantes imposées par Israël sur les matériaux d’infrastructure.
Cependant, le pire est à venir. En avril 2017, l’Autorité palestinienne a mis en place un certain nombre de mesures visant à faire pression sur le Hamas pour qu’il renonce à son contrôle de Gaza * 2, paralysant encore plus une économie déjà extrêmement tendue, après plus de dix ans de blocus, et enfonçant davantage les habitants de Gaza dans la pauvreté. et le chômage. Mais les Gazaouis ont survécu au siège et aux mesures de l’AP en organisant une manifestation de masse non-violente le long de la barrière séparant Gaza et Israël qui a débuté le 30 mars 2018. Cette manifestation a entraîné la mort de plus de 200 habitants de Gaza, dont la majorité étaient des civils. une poignée de journalistes, d’ambulanciers paramédicaux et de personnes handicapées. La communauté internationale et les groupes occidentaux de défense des droits de l’homme ont condamné le recours excessif à la force par Israël contre les civils à Gaza, mais cela n’a pas empêché Israël de prendre pour cible des civils.
L’année 2017 a été marquée par 50 ans d’occupation militaire de la Palestine par Israël et par 10 ans de siège et de blocus de Gaza par Israël. Face à cette sombre étape, de nombreux jeunes à Gaza considèrent Israël comme la source de leur misère et de leurs souffrances. La promesse de Singapour du Moyen-Orient est devenue un cauchemar pour les Palestiniens à Gaza. Avec des niveaux sans précédent de pauvreté, de chômage et d’avenir, les rêves de la jeunesse de Gaza ont été brisés. Le suicide, la toxicomanie et le taux de criminalité ont considérablement augmenté au cours des deux dernières années, conséquence du désespoir. L’écrasante majorité des habitants de Gaza a perdu tout espoir d’un avenir meilleur à Gaza et est prête à changer de vitesse et à faire demi-tour. Des centaines de jeunes ont réussi à quitter Gaza pour l’Europe et beaucoup d’autres essaient. Mais tous les habitants de Gaza ne peuvent pas partir.
Le seul moyen de sauver les vies brisées à Gaza est de lever le siège et le blocus d’Israël et de mettre fin à la division politique interne entre les Palestiniens. Cela pourrait être le moyen de rétablir la normalité et de créer l’espoir d’un avenir meilleur.

  • 1 Peu après la victoire du Hamas aux élections de 2006 jugées ouvertes et justes par les observateurs internationaux, la communauté internationale a cessé de soutenir le gouvernement palestinien. Le Quartet, Israël et l’Autorité palestinienne ont boycotté le Hamas et lui ont demandé de reconnaître Israël et les accords d’Oslo et de condamner le terrorisme. Le Hamas a refusé car il considérait ces concessions comme les seuls points de négociation à leur disposition.
  • 2 Le Hamas affirme être engagé dans des négociations non officielles avec Israël et les rumeurs concernant les points de discussion vont des mesures humanitaires à la réouverture du port, voire de l’aéroport. Israël nie ces affirmations. L’Autorité palestinienne en tant que bénéficiaire officiel d’un soutien financier aux Palestiniens a protesté contre le fait que le Hamas n’a pas le pouvoir d’engager seul de telles négociations.

M. Mkhaimar Abusada est professeur associé et président du département de sciences politiques de l’Université Al-Azhar à Gaza. Il est l’auteur d’un livre et de nombreux articles universitaires et de courts essais dans des journaux et des revues universitaires de renommée locale et internationale.

Inter-Confessionnalisme en Palestine

Par : Sani P. Meo

Une femme musulmane a récemment posté sur sa page Facebook « Joyeux Noël à tous! » Un autre musulman a répondu: « Joyeux Noël à toi aussi! » Excusez-moi, mais ne célébrons-nous pas la naissance de Jésus-Christ? Paradoxalement, la même chose se produit pendant les fêtes musulmanes, lorsque les chrétiens envoient eux aussi leurs salutations à tous. Eh bien, c’est comme ça en Palestine. Quand j’ai écrit: «Je suis presque sûr que la Palestine occupe la première place dans le monde arabe (sinon dans le monde entier) parmi les nombreux vœux interconfessionnels lors des fêtes religieuses», la réponse a été très positive.

Comme chaque action a une réaction égale et opposée, cette histoire a un autre aspect qui n’est pas très rose. Heureusement, la troisième loi de la physique de Newton ne s’applique pas dans ce cas! Nous entendons encore des voix insinuant qu’il est sacrilège pour les musulmans de souhaiter de bons voeux aux chrétiens. Un bon ami à moi qui a offert ses salutations à ses amis chrétiens sur Facebook a été sévèrement réprimandé par un couple de ses « amis » avant qu’ils ne le désamorcent. D’autre part, mon ami a également reçu beaucoup de soutien. Un exemple d’un tel soutien qui s’est démarqué est le commentaire assez dramatique d’un prêtre samaritain: «Ces fêtes font partie de notre tissu social et leur interaction témoigne d’une appartenance sincère et constitue un bon exemple. Allez-y, soyez honnête avec vous-même et laissez la haine sanglante sur les autels du racisme. »Une autre réaction à la réaction est venue de Alaa Abu Diab, une militante sociale populaire qui a publié une vidéo audacieuse qui visait de front les fondamentalistes qui vivent parmi nous, qui attaquent les musulmans qui expriment leurs bons voeux aux chrétiens en vacances chrétiennes. Abu Diab a essentiellement accusé ces personnes d’être totalement désynchronisées et de se livrer à des actions vaines.

La société palestinienne est loin d’être parfaite, mais j’ose dire qu’en matière de tolérance et d’acceptation de l’autre, les Palestiniens s’en tirent beaucoup mieux que les autres habitants de la région, y compris, ou plus particulièrement, d’Israël. Les Palestiniens méritent en réalité un point supplémentaire pour maintenir leur humanité en acceptant très bien l’autre tout en restant sous une occupation inhumaine. Il faut cependant reconnaître que le racisme existe bel et bien en Palestine et qu’il revêt de nombreuses formes. La méfiance entre certains musulmans et chrétiens est une forme de ce racisme. Mais les gens ont de plus en plus de courage pour lutter contre ces malheurs sociaux, que ce soit sur les médias sociaux ou sur le terrain, par le biais d’interventions d’aînés de la société ou de personnalités religieuses, ou par le biais d’ONG et de législations, comme dans le cas de la discrimination à l’égard des femmes.

En réponse à mon message sur le haut rang de la Palestine dans le nombre d’échanges de voeux interconfessionnels, un chrétien a écrit: «Si seulement les voeux pouvaient changer la réalité». Ma réponse: «Existe-t-il une société utopique? Celui qui est sans péché parmi vous, qu’il soit le premier à jeter une pierre… »Un musulman a ensuite ajouté un autre beau commentaire:« C’est réel tant que la politique stupide n’est pas impliquée. »Alors, vous, Dajanis, Nusseibehs, Husseinis, et Nashashibis, par tous les moyens, continuez à souhaiter les vœux de Noël et de Pâques, et je suis certain que les Khoury, les Bullata, les Safieh et les Stavridis échangeront leurs vœux avec les fêtes de l’Aïd al-Adha et de l’Aïd al-Fitr! Vive la Palestine!

Sani Meo est copropriétaire et directeur général de Turbo Design (1985), éditeur des magazines This Week in Palestine et Filistin Ashabab. C’est un optimiste incorrigible, un ardent défenseur de la justice palestinienne et un fervent partisan du secteur privé. Socialement et politiquement, Meo est libéral et laïque. Il vit à Jérusalem, marié à Maha Khoury et père de Dina et Maya.

Défis, tradition et foi Palestiniens en hiver

Par : Ali Qleibo

Traduit par Solivr du site This Week in Palestine

L’hiver est sombre, sombre et humide. Il fait froid, gris et triste. En décembre et janvier, al-kawaneen, en arabe, il pleut et le vent ne s’ennuie jamais; « Plus sombre que Kanun » est proverbiale. Les heures de lumière du jour sont courtes et froides. Un ciel nuageux et couvert recouvre le paysage de nuances bleu plomb, sombres et moroses, chaudes et riches. Al-kawaneen, pluriel de kanun, correspond à la période d’obscurité glaciale. C’est la période de l’année où le kanun, le brasier de feu, s’installe dans le foyer et l’axe nord de la Terre est le plus éloigné du soleil.
« Il n’ya pas beaucoup de travail en hiver », a déclaré catégoriquement Mohammad de Kharbata Misbah, contre toute preuve du contraire. D’autres interviews avec des connaissances de divers villages palestiniens m’avaient déjà appris que la plupart des légumineuses et des fruits de printemps et d’été devaient être plantés «bil kawanin». En fait, les mois de décembre, janvier et février sont les plus intensifs en travail pour les Palestiniens. paysan. Selon le proverbe, la promesse d’un printemps florissant ou d’une sécheresse se trouve à Kanun, بالاربعينية يا بتربع يا بتقبع.

Les Palestiniens divisent l’hiver (al-shita ‘), littéralement la saison des pluies, en deux périodes: al-marba’aniyeh, les 40 premières journées extrêmement froides, du 21 décembre au 31 janvier. La deuxième phase, al-khamsiniya, fait référence aux 50 journées froides s’étendant du 1er février au 21 mars, appelées Shbat et Athar. Les noms arabes des mois juliens sont d’origine araméenne, assyrienne et babylonienne. Bien qu’ils constituent la base du calendrier liturgique grec orthodoxe, ils continuent de ponctuer l’année agricole dans la Grande Syrie et la Mésopotamie.
« Au contraire, l’hiver est la période de travail la plus pénible pour le paysan! » Haifa d’Abou Qash a contredit la déclaration de Mohammad selon laquelle il n’y aurait pas de travail en hiver. «Tous les légumes, légumineuses, olives et arbres fruitiers sont plantés à al-kawaneen.» Certains proverbes palestiniens découragent les paysans de se rendre soit pour rendre visite à leurs parents, soit pour organiser des mariages qui permettraient de perdre du temps pour travailler dans les champs. D’autres dictons recommandent aux paysans de travailler en hiver et préviennent que s’ils ne plantaient pas en hiver, ils mendieraient de la nourriture en été.

اللي ما بزرع في الشتوية بشحد في الصيفية. En plus de tous les travaux agricoles, le bétail et les poulets doivent être entretenus. Les arbres fruitiers et les vignes sont taillés à cette époque. Les conduites d’eau de pluie pour les oliviers, les abricots et les arbres fruitiers, y compris les auges autour des arbres, doivent être constamment entretenues. Abu Ahmad, de Bet Suriq, a appuyé son argumentation avec l’adage suivant: «سيل الزيت من سيل كانون» (l’huile d’olive dépend de son arrosage pendant la période de Kanun.

Photo prise le 7 décembre 2018 dans la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza. La région est considérée comme la plus pauvre de la ville, appelée la région de Nahr al-Bared. Les résidents souffrent de pauvreté extrême et de conditions de vie difficiles, et leur zone est située sous un site d’enfouissement. Photo de Abed Zagout.

«Des boues glissantes s’infiltrent entre les pierres des terrasses montagneuses qui s’abîment invariablement et doivent être reconstruites pour protéger de l’érosion des sols», a ajouté Khalil de Dura.
Le mythe selon lequel il n’y a pas de travail pour le paysan en hiver a indigné mon ami Khalil. Grâce aux appels téléphoniques internationaux en provenance de Kyoto, grâce à Internet, a confirmé que l’hiver était le mois le plus exigeant de l’année. La plupart des légumineuses et des légumes, à savoir les épinards, les poireaux, les gombos, les courgettes, les fakous, les lupins, les choux, les choux-fleurs, les pois, les haricots, les fèves (fuI akhdar), les tomates, etc., sont plantés à al-kawaneen.
Les Bédouins, qui mènent une vie plus tranquille que les paysans, traversent une période tout aussi difficile. Mon ami bédouin Ta’mari, Al-Ma’sara, Aziz, a expliqué les difficultés de l’hiver.
«Tout d’abord, nous devions démonter nos tentes des vallées et des endroits bas et nous déplacer vers des endroits plus élevés, proches des falaises, avec des grottes comme mesures de protection contre les crues éclair. Là, nous les installerions, chaque tente familiale à côté de sa grotte. »En réponse à mon silence, il expliqua:« Les Bédouins vivent dans des grottes en hiver. »Il a poursuivi:« Cependant, la majorité préfère rester dans sa chèvre- Tente à cheveux et réserve les grottes pour le bétail, principalement des chèvres, où il fait chaud. Kanun est aussi la période pour semer du blé et des graines d’orge. « 
«Quand est-ce que tu commences à préparer la terre?

Chou et brocoli palestiniens.

« Nous pas. Mon père et toute la famille ont l’habitude d’aller au champ de blé, marsat (le pluriel de maris), qui est le champ pour la plantation de céréales. Chaque membre de la famille suivrait le sillon de terre labouré l’année précédente. Une fois les graines semées, nous pelletterions le sol pour les recouvrir. Ceci est pour le pain et pour le fourrage l’année prochaine. « 
« Nous resterions dans la tente s’il pleuvait et qu’il pleuvait, sinon nous emmenions les chèvres paître … mais jamais trop loin. »
«Boire du café, le feu, la cafetière et se blottir sous l’abaya de laine (un manteau de poil de chameau ou de chèvre) sont les principales activités des hommes. Alors, imaginez ces rassemblements les jours de pluie où ils ne pourraient pas s’éloigner du camp! Ils restaient assis à bavarder, à raconter des histoires et à se vanter de leurs actes. Les femmes et les enfants ont été les plus touchés. Ils sont allés chercher le bois pour le brasero, al-kanun, dans le désert, ont soigné les moutons, ont fait la traite des chèvres, ont fabriqué le fromage et vendu les produits laitiers dans la ville.

«Dans les villages, les terres ne peuvent pas être abandonnées.» Haifa a décrit les difficultés du travail hivernal. «À mesure que les jours raccourcissaient et que le froid devenait plus intense, ils rentraient chez eux tôt dans l’après-midi. Affamé, battu, battu, et froid du travail dépensé dans le pays par mauvais temps. Ils pouvaient à peine faire l’effort de manger, se réchauffer autour du brasero ou du wijaq (foyer avec cheminée), avant de se retirer sous leur matelas respectif.
«Les fils mariés et leur progéniture partageaient la salle commune avec les parents», me dit Ala ’de Kufr al-Deek. «Chaque famille – père, épouse et enfants – a été choisie pour partager un consolateur commun entre eux!»
Haifa a décrit le rituel quotidien d’allumage du feu pour chauffer la chambre humide et humide. «Le kanun serait préparé dans l’après-midi. Le bois serait incendié à l’extérieur sur le kanun. Une fois que le bois est devenu rougeoyant et que la fumée a diminué, ils ont été transporté à l’intérieur.
«À cette époque, ils dormaient dans la chambre avec tous leurs animaux», a ajouté Abu Ahmad.

«C’était une pièce à deux niveaux; le bœuf, les mules, les ânes, les moutons et les poules étaient rangés en bas, et les membres de la famille se blottissaient autour du kanun dans leur logement où ils dormaient à l’étage », a détaillé Haifa. « Si leur résidence était une grotte plate, ils dormiraient dans le mastaba surélevé et laisseraient les moutons en dessous… .pour protéger les animaux du froid. »
La vie du paysan était très dure avec un travail constant. Les champs et les cultures ne pouvaient être laissés sans surveillance. Les légumes et les légumineuses ne devaient pas seulement être plantés mais devaient être constamment visités et désherbés. Ensuite, ils ont dû faire face à la peur du gel et de la neige en février et en mars, une fois que les nouveaux arbres ont commencé à germer, ce qui leur a fait perdre tout leur travail.
La survie de l’hiver était en soi un défi majeur, sans aucun produit frais du champ, à l’exception des céréales sèches du garde-manger, des lentilles, du blé grillé (freekeh), du blé concassé (burghul) et de la farine avec laquelle la bouillie appelée fatt, aliment de base quotidien, a été faite. À cette soupe s’ajouteraient des poireaux, des épinards, des citrouilles, ou tout autre légume que l’on pourrait trouver, ainsi qu’une grande quantité de pain qui l’épaississait suffisamment pour être mangée à la main dans une grande assiette commune, al-batya. ”

«Quand la neige tombait ou lorsqu’il faisait extrêmement froid, diraient-ils, aujourd’hui est un jour de maftul, اليوم مفتول. Un coq serait abattu et cuit avec des pois chiches dans un concentré de tomates maison du garde-manger. Le ragoût serait servi avec du maftul, des pâtes faites maison de la taille d’un grain de riz, en plus. « 
Les nuits d’hiver avec le vent hurlant à l’extérieur déclenchent des images de vie familiale chaleureuse, intime et joyeuse à l’intérieur. Tout le monde se blottit bikan’kinu ’, immobile autour du kanun, seule source de chaleur, avec ses braises rougeoyantes et sa bouilloire d’infusion d’eau ou de camomille mijotée, agrémentée de soupe aux lentilles ou aux figues et au cumin qui infuse lentement. Des croûtes de zeste d’orange grillée aromatisée, des châtaignes et du pain fusionnent avec ceux du bois de chauffage brûlant, du charbon de bois et du Jift (les gâteaux secs à base d’olives pressées restantes) pour conférer à l’hiver son caractère. Le vent hurlant, la pluie battante, le tonnerre et les éclairs en plein air contrastent avec les bruits de gaieté à l’intérieur. Des images de femmes de jadis attachées à tricoter des pulls en laine et à reprendre des chaussettes, des robes et des pantalons viennent à l’esprit. Ils échangeraient des blagues, raconteraient des histoires de bravoure personnelle et discuteraient du travail nécessaire dans les champs et des diverses tâches des prochains jours. Un conte de fées indiquerait l’heure de dormir, allégerait les longues nuits d’hiver et les aiderait à se détendre du travail intense d’Al-Kawaneen.
Kawaneen est dérivé de la racine KNN à trois lettres. En assyrien, araméen, nabatéen et arabe, le mot «savoir» signifie cacher, se réfugier et protéger. En tant que telle, la belle-fille, adoptée et protégée par sa nouvelle famille, est appelée kinna. En hébreu, parent, comme dans d’autres langues sémitiques, se réfère à la coopérative où les poulets sont gardés au chaud, à l’abri du froid et protégés des coyotes et des renards. L’idiome familier kin ya walad est souvent utilisé pour réprimander un jeune enfant hyperactif, agité, qui devrait rester immobile. À un niveau plus introspectif, le mot al-maknun a une signification symbolique et renvoie à ce qui bouge à l’intérieur mais reste caché de la vue.

Cultiver des produits d’hiver dans la vallée du Jourdain.

En fait, à Kanun, toutes les graines, à l’exception du blé, de l’orge et des lentilles, restent en dormance sous le sol. La vie ne retourne aux arbres gris et sans vie qu’à la fin du mois de février, d’où la nécessité de les planter pendant la période de dormance.
Le solstice d’hiver annonce le réalignement de l’axe de la Terre et son mouvement autour du soleil. Les civilisations anciennes ont présenté l’événement céleste comme un mystère. Chez les Cananéens, le retour du soleil était perçu comme la renaissance de Baal du Soleil et l’événement était célébré. Les premiers vers liturgiques de Noël, selon son éminence le érudit patriarche grec orthodoxe Théophile, sont dérivés de ces célébrations. À Kanun, al-maknun, le grand mystère de la vie et de la mort a trouvé son expression.
La période qui suit al-marba’aniyya est connue sous le nom d’al-khamsinyya. La tendance au réchauffement commence avec le mois de Shbat. Ceci est attesté par le dicton « bishabbet u billabet what el sef feeh », qui se traduit par « Il chasse la pluie et remue la boue, mais il porte la promesse de la chaleur estivale ». Le mois Athar, March, est toujours froid et perfide, Khabby fahmatak al-kbar la ‘ammak Athar, «Gardez les gros morceaux de charbon de bois pour le mois de mars.»

Gombo du pays.

L’inquiétude des paysans palestiniens quant au succès et à la survie de leurs cultures est exprimée dans la mythologie cananéenne ougaritique. Baal, le dieu de la pluie et de la fertilité, doit lutter contre les deux principaux ennemis qui pourraient gâcher les champs. Alors que le dieu Mot représentait la sécheresse, Yam, le dieu de la mer, représentait le danger de la neige, du gel, des fortes précipitations et des inondations qui détruiraient les cultures. Même lorsque les al-Kawaneen sont terminés, le danger demeure une possibilité toujours présente. Après la mi-février, les plantes commencent à germer et la vie s’infiltre dans les branches grises. le gel, la neige et les fortes pluies pourraient tout détruire.
Vers la fin du mois de février, la saison des légumineuses marque l’arrivée de la laitue, des épinards, des poireaux, des carottes, des pois, du chou, du chou-fleur et de la camomille, pour ne citer que quelques cultures, ainsi que des plantes sauvages telles que l’hindibah, l’akkube, etc. . Le printemps est de retour. Début mars, des amandes aigres vertes apparaissent sur le marché, signe du retour du printemps. Le paysan récolte maintenant les récoltes contre de l’argent; le travail d’al-Kawaneen a été récompensé.
Le mythe commun selon lequel l’hiver prive le paysan des travaux pénibles dans les champs et le soulage, malgré toutes les preuves du contraire, perdure. Il sous-tend l’idéalisation romantique et urbaine de l’hiver à la campagne et n’a aucun rapport avec la réalité.
«Assez épuisés et fatigués par le travail ardu dans des conditions météorologiques difficiles, ils rentrent chez eux pour chercher refuge contre les intempéries et dorment très tôt», a commenté Haifa.
Layali al-samar, passant la nuit à chanter et à raconter des contes folkloriques, se déroule exclusivement en été dans la maison de campagne pendant la période de transhumance. Il a lieu pendant la saison où les légumineuses et les fruits qui ont été plantés en hiver sont récoltés pour être vendus en ville. C’est la période où les paysans s’occupent de leurs charrues, de leurs pioches et de leurs pelles, mais c’est aussi la période où ils sont les plus heureux de voir leur travail récompensé; leurs produits des champs lorsque les produits acquièrent une valeur monétaire sur le marché.
«Dans la classification du travail, explique mon ami d’analyse introspectif Haifa, beaucoup de personnes ne voient pas le processus dans son ensemble; ils ont plutôt tendance à se partitionner. Ils séparent la notion de travail et d’effort d’un travail ayant une valeur marchande du stade préparatoire. Dans ce contexte sémantique, le travail dénote une transaction économique dans laquelle le produit devient une source d’argent générant des revenus. »Haifa a résumé la logique sous-jacente de la déclaration surprenante de Mohammad.

Épinards cultivés en Palestine.

En hiver, il n’y a pas de travail dans le sens où il n’y a pas de transactions économiques et il n’y a pas de flux de trésorerie. Il n’y a rien à vendre et rien à acheter. Augmenter ses attentes pour une bonne saison avec bénéfice et inclure le profit dans l’effort consenti est une affaire risquée qui dépend de nombreux facteurs échappant au contrôle individuel et qui, en tant que telle, est évitée. Mais ils doivent travailler. L’effort doit être dépensé conformément au proverbe palestinien, « Tout est avec espoir, à l’exception des revenus générés par l’effort. »
(كل شي بالامل ما عدا الرزق بالعمل).
Alors que je corrigeais cet article, j’ai reçu les salutations matinales de Mohammad.
«Kifak?» Répondis-je, «comment va le travail?»
« Toujours pas de travail, الحركة واقفة, al-hamdillah,
comme Dieu le veut. « Il a répondu.
En effet, conformément au dictum arabe, se plaindre à quiconque sauf à Dieu est humiliant, الشكوى لغير الله مذلة.

L’anthropologue Ali Qleibo, Ph.D., a enseigné à l’Université Al-Quds, a été boursier à l’Institut Shalom Hartman, a été professeur non titulaire à l’Université de Tokyo pour les études étrangères et est actuellement professeur invité à l’Université de Kyoto, au Japon. En tant que spécialiste de l’histoire sociale palestinienne et par son travail au Centre de recherches de Jérusalem, il a développé l’itinéraire touristique social et musulman palestinien. M. Qleibo est l’auteur de nombreux ouvrages sur Jérusalem et son histoire. Peintre à l’huile de renom, il a organisé de nombreuses expositions d’art. Vous pouvez le joindre à aqleibo@yahoo.com.

Changements et transformation Les familles arabes dans les territoires de 1948 Par: Baker Awawdy

La communauté arabo-palestinienne des territoires de 1948 représente 17,3% de la population d’Israël, à l’exclusion de la population de Jérusalem et du plateau du Golan. On estime à près de 1,5 million le nombre de personnes, dont plus de 300 000 familles, dont près de 51% vivent dans le nord d’Israël et en Galilée * 1.

Tableau de Nabil Anani intitulé Famille Al-Raffoul 1943, 2014.
Acrylique sur toile, 115 x 122 cm.
Photo fournie par la Galerie Zawyeh, Ramallah.

Quiconque surveille de près les développements de la famille arabe en Israël constatera que des changements majeurs sont en train de se produire, résultant principalement d’influences technologiques, économiques, scientifiques et même politiques. Lorsque le modèle de la famille nucléaire moderne est devenu dominant, il a remplacé la famille élargie, qui a ainsi perdu une partie de sa centralité historique. Il ne fait aucun doute que les influences mondiales modernes, telles que l’individualisme croissant et la démocratisation au sein de la famille, ont modifié les rôles historiques et traditionnels des pères et des mères, et les changements dans les modèles qui régissent les relations entre parents et enfants ont également modifié la structure de la société. famille à la fois en forme et en substance. Ces changements se reflètent clairement dans les changements démographiques observables dans la société, tels que le déclin de la taille moyenne de la famille, l’augmentation de la participation des femmes au marché du travail, la tendance croissante au mariage retardé, le taux de divorce élevé, l’évolution des habitudes de dépense, et les priorités changeantes au sein de la famille et dans d’autres domaines de la vie. Dans notre réalité palestinienne, il y a une tendance constante à la baisse du nombre d’enfants. Parmi la population arabe en Israël, le nombre d’enfants de moins de 14 ans a diminué de près de 6% au cours de la dernière décennie, tandis que le pourcentage de personnes âgées de 65 ans et plus a augmenté de plus du tiers depuis 2007.

Plus de 50% des ménages arabes en Israël vivent sous le seuil de pauvreté.

La diminution de la taille de la famille arabe est la preuve la plus évidente des changements survenus au sein de la famille arabe au cours des dernières décennies. En 1960, la famille arabe comptait en moyenne neuf personnes, mais avec le temps, ce nombre a diminué pour atteindre cinq personnes en moyenne en 2017. Cela indique un changement important impliquant un énorme coût économique et social. changement social qui affecte directement le rôle de la famille nucléaire et les rôles au sein de la famille. Il ne fait aucun doute que les dimensions économiques de la vie et le taux élevé de femmes diplômées universitaires sont des facteurs importants qui influent sur la taille de la famille. Un autre facteur souvent négligé est le manque de terrains disponibles pour la construction de logements pour les jeunes couples. la plupart des familles n’ont pas de terre pour construire des maisons pour leurs enfants. Selon les données disponibles, 59,5% des familles auront besoin d’unités résidentielles au cours des cinq prochaines années, mais 46,4% d’entre elles n’ont pas de terrain sur lequel construire ou n’ont pas les ressources nécessaires pour acheter une unité résidentielle. * 2 Les statistiques montrent que il faudra plus de 100 000 logements au cours des cinq prochaines années *. Par conséquent, la taille réduite de la famille est également liée au potentiel de revenus de la famille pour subvenir aux besoins de ses enfants dans des domaines tels que l’éducation, les diplômes, la construction, le mariage, etc. les parents manquent de potentiel de revenu et la capacité d’aider leurs enfants est limitée; les familles de plus petite taille sont considérées comme acquises, étant donné que la plupart des familles vivent en dessous du seuil de pauvreté. À cet égard, on ne peut ignorer le rôle des différentes politiques gouvernementales ayant eu une incidence sur la taille de la famille, telles que la fin des prestations d’assurance enfant et l’ouverture de possibilités d’éducation et de facilitation de la participation des femmes dans divers secteurs de la société, en particulier les femmes qui vivent dans le Naqab (Néguev). Mais le vrai problème est qu’il n’existe pas de politique efficace pour lutter contre la pauvreté dans la société arabe.

Enfants de bédouins arabes du Néguev. Photo de Ruth Oratz.

J’ai déjà mentionné le nombre croissant de femmes sur le marché du travail aux côtés des hommes, ce qui marque le début de l’émergence d’une société de la classe moyenne dans laquelle les femmes jouent un rôle égal dans les domaines du travail, de l’éducation et du soutien de la famille. Paradoxalement, malgré la participation croissante des femmes au marché du travail, les statistiques et les données indiquent que plus de 50% des familles arabes vivent sous le seuil de pauvreté et que leurs revenus ne répondent pas à leurs besoins vitaux. Diverses données montrent que le revenu de la famille arabe moyenne est inférieur de 30% à celui de la famille juive moyenne. Ce pourcentage était le même il y a plus de dix ans. Les données montrent qu’en 2007, le revenu mensuel moyen d’une famille arabe représentait les deux tiers du revenu moyen d’une famille juive: 6 500 NIS contre 10 000 NIS. En 2017, le taux de revenu a augmenté; Cependant, l’écart est resté le même: le revenu familial moyen arabe était de 10 000 NIS, alors que le revenu familial juif était de 15 000 NIS. * 4 Cela est significatif car la participation des femmes à la population active a doublé, mais ne semble pas suffire à combler le fossé. Si nous considérons que les coûts des services publics tels que l’eau, l’électricité, les transports, les communications et la nourriture sont les mêmes pour les familles arabes et juives, nous pouvons comprendre la pénurie provoquée par cet écart de revenu et les priorités de la famille arabe. Il n’est pas surprenant que plus de 30% des familles arabes remboursent actuellement des emprunts bancaires sans lien avec des prêts au logement. * 5

En ce qui concerne les sources de revenus dans les ménages arabes, on peut voir comment la société, au fil du temps, est passée d’une société agricole à une société de main-d’œuvre professionnelle, engagée dans divers domaines de travail. Près de 57% des ménages palestiniens des territoires de 1948 dépendent des salaires et traitements comme source de revenu de base. En 2007, le nombre de ménages dépendant du secteur privé arabe comme principale source de revenu a augmenté, tandis que le nombre de ménages dépendant du secteur israélien a diminué. Au total, 73,4% des ménages palestiniens dépendent du travail comme source de revenu, tandis que 20,8% dépendent des allocations du gouvernement et 4,4% de la retraite.

Environ 50% des ménages arabes en Israël n’ont pas de terrain sur lequel construire ou n’ont pas les ressources nécessaires pour acheter une unité résidentielle.

Malgré les conditions économiques et les défis de la vie, il est important de mentionner l’un des développements les plus importants dans les familles arabes, à savoir l’investissement dans l’éducation de leurs enfants. Cette priorité est évidente dans le taux croissant de dépenses consacrées à l’éducation en général par rapport aux années précédentes, ainsi que dans l’augmentation de 2% du nombre de titulaires d’un baccalauréat au cours des dix dernières années et dans la forte proportion de femmes inscrites dans des établissements d’enseignement supérieur. Les familles arabes reconnaissent que l’éducation est l’un des ingrédients de la survie et est nécessaire pour mener une vie décente dans un monde en mutation et instable.

Les citoyens arabes d’Israël sont confrontés à une grave crise du logement.
  • 1 Ce document est basé sur la récente étude intitulée «Les Palestiniens en Israël: la cinquième enquête socio-économique 2017», réalisée par la Société Galilée pour la recherche et les services de santé, disponible à l’adresse goo.gl/pZkB9G; ainsi que d’autres données et articles officiels.
  • 2 Ibid., P. 177-188.
  • 3 Emtans Shehadeh, «La crise du logement dans les villes arabes» (en arabe), Arab 48, disponible sur goo.gl/R2rpfp; et «La crise du logement dans la société arabe: causes et solutions» (en arabe), disponible sur www.arab48.com du 14/8/2018.
  • 4 Bureau central de statistique d’Israël, données sur les revenus et les dépenses des ménages de l’enquête sur les dépenses des ménages de 2015 – Résumé général, disponibles à l’adresse goo.gl/uGUdSL.
  • 5 «Palestiniens en Israël 2017», p. 31.

Baker Awawdy est le directeur général de la Galilee Society – Association nationale arabe pour la recherche et les services de santé. L’association a pour objectif d’améliorer les conditions sanitaires et environnementales de la population arabe en Israël et de promouvoir les initiatives et actions visant à changer les politiques dans ces domaines. En outre, la Galilee Society gère la base de données Rikaz, la base de données socio-démographiques la plus importante et la plus complète sur les Palestiniens en Israël. M. Awawdy a été directeur du Centre contre le racisme et a initié la création de l’Indice du racisme. En 2009, il a reçu le prix Green Globe en reconnaissance de son travail en faveur de l’environnement. En 2013, il a lancé et dirigé l’une des plus grandes initiatives de la société arabe visant à aider les réfugiés syriens en Jordanie.

Page suivante »