Catégorie : Témoignages

Esprit de Noël à Bethléem Par: Muna Nassar

Décoration de l’arbre de Noël de Bethléem. Photo par Elias Halabi.

Venez, tous fidèles
Joyeux et triomphants,
Venez, venez à Bethléem.

Pour ceux qui ont grandis à Bethléem, on attendait décembre, avec beaucoup de parents et d’amis avec impatience. Le mois de décembre est et sera toujours le dimanche des mois, la crème de la crème, la Suisse à la fin du XXe siècle comme définition du laxisme et du faste. Décembre est la touche de velours, décembre est le week-end et décembre est la star au sommet du sapin de Noël.

Les gens du monde entier ont tendance à se rendre à Bethléem en décembre, lieu où tout a commencé. En tant qu’enfant vivant à Bethléem, les traditions de Noël riches et centenaires étaient et sont partout autour de nous. Il y avait la décoration dans toute la ville ou les vacances d’un mois que nous avions à l’école, car à Bethléem, Noël ne vient pas seulement une fois, ni deux fois, mais trois fois depuis la célébration de la Noël catholique le 25 décembre. Noël orthodoxe le 7 janvier et Noël arménien le 19 janvier. De nombreuses années ont passé et, en tant qu’adulte qui travaille, je n’ai pas l’occasion de prendre un mois de congé, mais je me souviens toujours de ces jours avec une tendresse qui me laisse avec des sentiments profonds de gratitude et de joie. Je me souviens clairement de Noël alors que je grandissais. C’était le mois de la joie pure: la joie de manger les délicieux biscuits de Noël alléchants que ma mère préparerait, la joie d’acheter de nouveaux vêtements pour le jour de Noël, la joie d’attendre les cadeaux du Père Noël – bien qu’après l’âge de sept ans, intelligent et impertinent, Muna savait que le père Noël n’est pas réel, qu’il est l’un de mes cousins ​​aînés vêtu d’un costume de père Noël rouge et portant une barbe blanche ressemblant à un faux, juste pour nous duper. Je savais peut-être que le Père Noël qui nous rendait visite chaque année n’était pas réel, ou j’espérais peut-être que le véritable Père Noël ne pourrait pas se rendre dans la partie occupée du monde, la Palestine, qui est troublée et occupée.

Photo par Elias Halabi

La période précédant Noël est la période la plus occupée de l’année, à Bethléem et dans le monde. De nombreux magasins prolongent leurs heures d’ouverture, des milliers de calories sont brûlées en prévision des fêtes de Noël – mais pourrais-je dire qu’elles ont été récupérées pendant les fêtes de Noël – en particulier à Bethléem, où Noël est célébré de la manière la plus palestinienne, à travers la nourriture. Les familles, les amis et les proches ont tendance à se rendre visite à Noël et les jours suivants. et quel autre moyen, meilleur ou plus satisfaisant, existe-t-il de passer un bon moment que d’associer une bonne ambiance de Noël à de délicieux plats de Noël. Les visites de vœux de Noël sont accompagnées de la célèbre hospitalité et de la générosité séculaires des Palestiniens.

Ce qui est unique à Bethléem, et ce qui distingue Bethléem d’autres endroits du monde, c’est non seulement le fait que Jésus est né dans cette petite ville, mais aussi l’authenticité et l’originalité que Bethléem tend à avoir à Noël. Comme Noël à Bethléem n’est pas seulement une fête religieuse, c’est aussi une fête sociale. Les Bethelehmites ont tendance à le célébrer ensemble, que ce soit en marchant dans Star Street pour assister aux festivités qui accueillent le patriarche, les éclaireurs jouant dans la rue comme ils l’accueillent; en regardant les petits enfants tenant des ballons; ou en assistant à la messe de minuit qui a lieu la veille de Noël, toutes les personnes habillées sous leur meilleur dimanche pour la célébration de la fête. Venez donc profiter de l’authenticité et de l’originalité de Bethléem.

Bethléem en décembre est la muse d’un artiste qui attend depuis un certain temps de s’inspirer. Bethléem en décembre est votre repas maison préféré, préparé par votre mère. C’est un derviche qui danse et tourbillonne, divertissant tout le monde autour de lui et ravissant les yeux. Bethléem est à la fois un régal pour les yeux et un aliment pour une âme douloureuse qui aspire depuis longtemps à être libérée. Bethléem est l’orchestre qui joue le Lac des cygnes de Tchaïkovski en totale harmonie et avec une perfection absolue. Les lumières de Bethléem vont vous inspirer. Bethléem vous fera sentir au chaud comme les conséquences de boire Gluhwein. La ville est un gala de lumières colorées qui brille d’amour, d’espoir et de spiritualité.

Une procession de Noël traditionnelle avec des cornemuseurs jouant pour accueillir un patriarche.

Noël ne serait pas complet sans un arbre. L’arbre de Noël de Bethléem est placé sur la place de la mangeoire. Des centaines de Palestiniens et de pèlerins se rassemblent sur la place pour célébrer le début des célébrations de Noël. L’événement, qui illumine les arbres, accueille un certain nombre de représentants palestiniens et d’éminents invités. Il est largement diffusé, car c’est le coup d’envoi de la saison de Noël. L’allumage de l’arbre ressemble au jour du couronnement de Bethléem, alors que tout le monde se réunit sur la place de la Nativité pour regarder Bethléem porter sa couronne colorée et lumineuse. Une fois l’arbre de Noël allumé, Bethléem devient la reine qui vient de porter sa couronne lumineuse et colorée qui brille à des kilomètres de distance. L’ambiance de joie et de bonheur se répand rapidement parmi les cueilleurs. Si vous êtes mécontent parce que pour de nombreuses personnes dans le monde, le sapin de Noël semble caractériser et dominer Noël – des sapins somptueux et volumineux décorés avec les derniers ornements les plus extravagants – vous serez heureux de venir à Bethléem. Pour nous, Palestiniens, Noël est représenté par la modeste petite grotte dans laquelle Jésus est né. Si Noël autour du monde est la lumière, les décorations, les cadeaux – à Bethléem, Noël est sans prétention, Noël est modeste et Noël est authentique.

Le cadre unique des activités de Noël à Bethléem est un autre élément riche à la fois sur le plan historique et culturel. Située dans la partie historique de Bethléem, juste en face de l’église de la Nativité, la place du mangeoire est la place principale de toutes les célébrations de Noël. À partir de début décembre, elle accueille le marché de Noël qui a lieu chaque saison de Noël et constitue un endroit idéal pour trouver des cadeaux magnifiques et uniques. Le marché propose un large éventail de produits d’art et d’artisanat: broderies et bijoux faits à la main par des Palestiniens, artisanat en bois d’olivier et en nacre – anciennes professions de Bethléemites – ainsi qu’une grande variété de friandises de Noël traditionnelles: spécialités locales et délices gastronomiques spéciaux. pour la table de dîner de Noël. L’événement attire des centaines de visiteurs qui viennent errer dans les vieilles rues étroites de Bethléem. Comme la place du Mangeoire est située à seulement quelques minutes de la rue de l’Etoile, flâner sur ce site unique classé au patrimoine mondial et observer le magnifique style architectural de ses bâtiments peuvent être très amusants et constituent certainement une expérience unique strictement palestinienne.

♦ Je ne crois pas à la lumière au bout du tunnel; Je crois que nous portons la lumière en nous et qu’elle nous guidera à travers les ténèbres des allées.

Ayez vous même un joyeux petit Noël, Que votre cœur soit léger!
À partir de maintenant, vos ennuis seront hors de vue.

Rue de l’Etoile à Bethléem

Un chant de Noël important et ancien souligne l’espoir que nous devrions en avoir dans nos cœurs et nos esprits, quels que soient notre religion ou nos antécédents. Noël est le temps pour nos cœurs d’être légers et sans problèmes. Par conséquent, nous aurons l’espoir en nous de nous guider à travers l’obscurité des allées, un espoir qui nous inspirera à avoir de l’amour et de la compassion dans nos cœurs même si nous vivons dans des conditions difficiles qui ne pourraient générer que de la haine et malgré l’autre . Mais nous aurons foi dans nos cœurs et nos esprits; nous aurons de l’amour et de la compassion. Pour nous Palestiniens, l’espoir est crucial pour nos vies. Il peut sembler difficile, voire impossible d’espérer dans nos cœurs alors que nous subissons chaque jour des injustices et des pratiques inhumaines. Cependant, il y a des choses qui ne peuvent être vues que par un œil qui pleure et une âme qui fait mal. L’espoir, l’amour et la foi sont essentiels et indispensables aux personnes nées sans, aux personnes qui doivent souffrir chaque jour pour survivre dans un monde dur et injuste où rien ne peut être pris pour acquis mais qui doit être gagné par la sueur. , sang innocent et grands sacrifices. Bien que la vie actuelle ne semble pas être humaine, nous, Palestiniens, luttons pour un monde juste et humain. Nous vivons maintenant dans les âges sombres, mais nous atteindrons bientôt la lumière au bout du tunnel et nous aurons notre propre renaissance. Chaque jour est une preuve que la lumière a vaincu les ténèbres; chaque lever de soleil est une preuve d’espoir et de nouveaux commencements. Il est vrai que chaque aube est une histoire de la lutte entre l’obscurité et la lumière. Mais sans l’obscurité, nous n’aurions pas pu être témoins, ni même connaître le sens de la lumière et du nouveau départ.

Décembre est le mois le plus éclairé, littéralement et métaphoriquement, valsant toute l’année. Décembre est la lumière des mois et des mois où nous éclairons nos sentiments et nos souhaits, dans l’espoir d’une année meilleure. C’est un moment merveilleux de l’année! Ce n’est peut-être pas toujours parfait, mais si Noël peut nous amener à aimer et à espérer un avenir meilleur, nous aurons toujours de l’espoir et nous ne vivrons jamais sans.

♦ “Je ne crains pas que la bougie allumée en Palestine, il y a des années, soit éteinte.” Dean William Inge, 1860-1954.

Muna Nassar est une traductrice indépendante, écrivain et passionnée de lecture. Elle passe son temps libre à lire, à écouter de la musique classique et à rêver d’un avenir meilleur. Elle est impliquée dans le domaine culturel à Bethléem, a travaillé au Centre pour la préservation du patrimoine culturel (CCHP) et travaille actuellement avec Kairos Palestine.

Article traduit de l’anglais du site This Week In Palestine

Redonner l’espoir à Gaza

Par: Jamie McGoldrick

Traduit par Solivr du site This Week in Palestine

La situation humanitaire à Gaza atteint un point critique, parallèlement à une économie en rapide détérioration et à une menace sans précédent pour la fourniture de services de base à la majorité de la population. Sans des efforts importants sur le terrain, près de deux millions de personnes risquent maintenant de perdre le soutien et les services limités sur lesquels elles comptent depuis plus de dix ans pour survivre.

Il y a un an, l’équipe de pays des Nations Unies dans le territoire palestinien occupé a publié un rapport intitulé «Gaza: dix ans plus tard» qui soulignait la tendance à la baisse de la situation humanitaire et socio-économique dans la bande de Gaza. Voilà maintenant onze ans que le Hamas a pris le contrôle de Gaza, le blocus subséquent d’Israël, l’aggravation de la division interne palestinienne et trois hostilités armées, tous les indicateurs de développement à Gaza diminuent avec une augmentation marquée du chômage, une baisse du pouvoir d’achat et une détérioration des services de base.

La pauvreté et le chômage ont atteint des niveaux sans précédent à Gaza.

Une assistance internationale importante a permis de maintenir une certaine stabilité à Gaza; Toutefois, cette situation est désormais menacée et les conditions de vie des deux millions de personnes à Gaza se sont rapidement dégradées. Dans le même temps, l’absence de trajectoire politique, que ce soit pour mettre fin au conflit avec Israël ou pour la réconciliation entre factions palestiniennes rivales, contribue à créer un sentiment de frustration accablant.

Au cours de l’année écoulée, les importantes réductions salariales imposées par l’Autorité palestinienne à des dizaines de milliers de fonctionnaires à Gaza, la réduction des fonds humanitaires et la diminution de l’aide à la reconstruction après le conflit de 2014, ont abouti à ce que la Banque mondiale décrit « Un effondrement rapide des conditions socio-économiques dans la bande. » I

Cinquante-trois pour cent des habitants de Gaza sont pauvres.Photo de Shareef Sarhan.

Les restrictions imposées à la capacité des Palestiniens de quitter Gaza, en particulier à des fins professionnelles, sont en augmentation constante depuis la deuxième Intifada. En conséquence, près de la moitié des deux millions d’habitants de Gaza sont nés isolés et n’ont jamais quitté Gaza.

Les services de base à Gaza sont presque effondrés

Un récent sondage du Bureau central palestinien de la statistique ii a révélé que plus de la moitié (53%) de la population de Gaza vivait dans la pauvreté, contre 40% il y a quelques années seulement. Près de la moitié (49,1%) de la population active est au chômage, un des taux les plus élevés au monde; et le PIB par habitant est en chute libre, ce qui a entraîné une réduction du pouvoir d’achat. De plus en plus, les familles vivent à crédit et s’endettent pour subvenir à leurs besoins quotidiens.

En 2017, le pourcentage d’enfants (âgés de 0 à 14 ans) à Gaza avoisinait les 45%, et les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) représentaient plus de 21%. Photo de Shareef Sarhan.

Gaza connaît un déficit chronique en électricité depuis plus de dix ans, perturbant gravement la fourniture des services de soins de santé de base, d’approvisionnement en eau et d’assainissement, ainsi que les conditions de vie. Au cours des deux dernières années, l’approvisionnement en énergie a encore diminué, du fait de la réduction des paiements et des subventions de l’Autorité palestinienne pour l’électricité et le carburant nécessaires au fonctionnement de la seule centrale électrique de Gaza. Cette querelle politique entre l’Autorité palestinienne et le Hamas et le mauvais état des infrastructures électriques dans la bande de Gaza a eu pour résultat que les Palestiniens vivant à Gaza vivent maintenant avec environ quatre heures d’électricité par jour.
Outre le fait qu’il affecte la vie quotidienne de deux millions de personnes, le manque d’énergie affecte également la fourniture de services essentiels de santé, d’eau et d’assainissement. L’approvisionnement en eau est très irrégulière et les eaux usées ne sont pas traitées. Depuis plus d’un an, ce qui correspond à plus de 40 piscines d’eaux usées brutes ou partiellement traitées de taille olympique est déversé chaque jour dans la mer Méditerranée, les installations de traitement des eaux usées ne pouvant plus fonctionner.

Les services de santé sont particulièrement sollicités. Depuis le début de la «Grande Marche du Retour» le 30 mars de cette année, plus de 100 Palestiniens ont été tués et 14 600 autres blessés lors de manifestations récurrentes le long de la barrière de périmètre avec Israël. Depuis le 30 mars, quelque 450 patients ont été évacués prématurément pour faire place à de nouvelles vagues de pertes attendues et quelque 6 000 chirurgies non urgentes ont été reportées (dont des chirurgies pour le cancer, des chirurgies cardiaques non urgentes, des chirurgies orthopédiques et de nombreuses autres chirurgies non urgentes).

Sur un total de près de 4 000 personnes blessées par des balles réelles, environ un tiers auront probablement une invalidité de longue durée. Pour de nombreuses familles, l’impact de ces manifestations se fera sentir pendant des années et s’ajoutera aux traumatismes récurrents pour les familles de la bande de Gaza. Une enquête récente a révélé que 95% des enfants à Gaza – des enfants ayant déjà connu trois phases de conflit dévastatrices – manifestent des signes de détresse psychologique.iv

Même avant le début des manifestations près de la clôture à la fin du mois de mars, de nombreux hôpitaux et cliniques avaient dû annuler ou différer de nombreux traitements et opérations non critiques en raison de la pénurie de médecins, d’électricité et de médicaments essentiels. Il existe actuellement moins de 50% des médicaments essentiels disponibles pendant un mois.

Dans le passé, une assistance internationale importante a permis d’éviter l’effondrement des services de base et de réduire les vulnérabilités humanitaires. En particulier, les services fournis par l’UNRWA aux 1,3 million de réfugiés de Gaza vivant à Gaza ont été essentiels pour garantir des niveaux relativement élevés de soins de santé de base et des normes minimales d’éducation dans la bande de Gaza. Toutefois, les faibles financements internationaux sans précédent menacent maintenant ces filets de sécurité, qui maintiennent Gaza à flot.

Malgré les généreuses promesses faites récemment, l’UNRWA a actuellement un déficit de financement de 250 millions de dollars. Sans financement supplémentaire, 275 écoles de l’UNRWA à Gaza pourraient ne pas être en mesure d’ouvrir leurs portes au début de la nouvelle année scolaire en août, laissant potentiellement 272 000 enfants sans accès à l’éducation. L’UNRWA exploite 22 centres de santé, qui fournissent des soins de santé primaires à plus d’un million de personnes. Près d’un million de réfugiés vulnérables risquent de perdre l’aide alimentaire fournie par l’UNRWA. Les services publics étant à la limite, aucune assistance ni aucun service de remplacement ne sont offerts aux réfugiés de Gaza. L’appel humanitaire conjoint pour les projets à Gaza restant financé à moins de 14%, la crise du financement a touché d’autres organisations humanitaires cruciales que celle de l’UNRWA.

L’assistance internationale, qui maintenait auparavant Gaza à flot, est maintenant menacée. Il est essentiel que la communauté internationale trouve le moyen de maintenir les services essentiels de l’UNRWA afin de maintenir l’accès des réfugiés à l’éducation, aux soins de santé et à l’assistance alimentaire à un moment où Gaza est le plus vulnérable.

Des agences humanitaires sont sur le terrain à Gaza et travaillent jour et nuit pour apporter un soutien aux prestataires de soins de santé, aux installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement et aux écoles, ainsi que pour fournir une assistance aux plus vulnérables. Quelque 13,9 millions de dollars US sont nécessaires d’urgence pour faire face aux pires conséquences des manifestations de masse qui ont eu lieu à la clôture jusqu’au 30 septembre, en fournissant des soins de santé vitaux et un soutien psychosocial aux personnes blessées ou touchées, ainsi qu’une protection et un suivi généraux.

Le financement humanitaire et l’action politique sont essentiels pour la population de Gaza.

Tout en faisant face à la crise immédiate, nous devons également trouver un moyen de redonner espoir en l’avenir aux jeunes de la population de Gaza – en leur donnant la possibilité d’obtenir un emploi, une éducation, un avenir. Cela nécessite avant tout une injection rapide d’argent dans l’économie de Gaza. L’appui aux programmes de création d’emplois et de travail contre rémunération gérés par la Banque mondiale, l’UNRWA, le PNUD et d’autres créerait des emplois et générerait des revenus pour de nombreuses familles de la bande. Deuxièmement, l’amélioration de l’approvisionnement en électricité aurait un impact positif sur la vie quotidienne de tous les habitants de Gaza. Parmi les autres mesures possibles figurent l’élargissement de la zone de pêche et l’octroi de permis de travail aux Palestiniens de Gaza pour travailler en Israël.

Les derniers mois ont été marqués par des améliorations dans la circulation et l’accès des Palestiniens à Gaza avec l’ouverture du terminal de Rafah avec l’Égypte pendant le mois de Ramadan. Il y avait également une augmentation des approbations israéliennes d’articles habituellement limités à l’importation à Gaza. Cependant, il faudra beaucoup plus pour remédier à la détérioration de la situation humanitaire à long terme.

À court et à moyen terme, il est essentiel que nous travaillions sur plusieurs fronts à la fois. En priorité, nous devons assurer un soutien suffisant à l’assistance humanitaire sur le terrain. Deuxièmement, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à ce que l’UNRWA continue de fournir ses services essentiels à la population. Troisièmement, nous devons rechercher des mesures immédiates pour renforcer l’infrastructure de Gaza afin que les systèmes d’énergie, d’eau et de santé restent intacts. Enfin, l’appui à l’économie de Gaza avec des programmes visant à créer des emplois et à re-dynamiser les secteurs industriels de Gaza devrait progresser. Sans progrès sur tous ces fronts, l’ONU ne sera pas en mesure de répondre aux besoins et de redonner espoir aux habitants de Gaza.

i Banque mondiale, Rapport de suivi économique présenté au Comité de liaison ad hoc, 19 mars 2018, paragraphe 5, disponible à l’adresse http://documents.worldbank.org/cured/en/324951520906690830/pdf/124205-WP-PUBLIC-MAR14- 17H00-2018-AHLC-Report.pdf.
ii Bureau central de statistique palestinien (PCBS), Enquête sur les dépenses et la consommation des ménages, octobre 2016 – septembre 2017, disponible à l’adresse http://www.pcbs.gov.ps/Downloads/book2368.pdf.
iii PCBS, Enquête sur les forces de travail (janvier à mars 2018), disponible à l’adresse http://www.pcbs.gov.ps/portals/_pcbs/PressRelease/Press_Fr_8-5-2018-LF-en.PDF.
iv Save the Children, la génération d’enfants à Gaza au bord d’une crise de santé mentale, selon une nouvelle étude, 1 juin 2018, disponible à l’adresse https://www.savethechildren.net/article/generation-children-gaza-brink- santé mentale-crise-nouvelle-recherche-montre.

Jamie McGoldrick a été nommé coordonnateur humanitaire et coordonnateur résident des Nations Unies pour le territoire palestinien occupé en février 2018. Au cours de ses précédentes missions, il a été nommé représentant résident du PNUD et coordonnateur régional pour le Yémen et le Népal en 2015. et 2013, respectivement, et en tant que représentant résident du PNUD et CR en Géorgie à partir de 2009.

Artiste du mois Naseem Alatrash

Le violoncelliste palestinien Naseem Alatrash est né le 4 octobre 1991. Sa performance au violoncelle est créative, non traditionnelle et unique. Alatrash est un musicien accompli ayant une formation classique, profondément enraciné dans la tradition musicale arabe et influencé par le jazz et d’autres styles contemporains. Il a acquis la réputation d’élargir sans crainte les horizons du violoncelle sur la scène internationale en l’utilisant dans des contextes non traditionnels. Après avoir étudié au Conservatoire national de musique Edward Said en Palestine, il a suivi un programme de préparation à l’université en Allemagne. Alatrash a ensuite été le premier Arabe à se voir attribuer une bourse d’études complète basée sur le mérite présidentiel pour se rendre au prestigieux Berklee College of Music, à Boston, dans le Massachusetts, où il a obtenu les plus grands honneurs pour l’interprétation au violoncelle. Plus tard, il a obtenu une maîtrise en interprétation au violoncelle au Global Jazz Institute du Berklee College of Music, ainsi qu’un diplôme post-master.


Le violoncelliste palestinien Naseem Alatrash

Soliste, musicien d’enregistrement, musicien de chambre, compositeur et professeur, Alatrash poursuit sa carrière dans le domaine de la performance. En tant qu’éducateur, Alatrash est artiste enseignant au programme d’orchestre inspiré par Josiah Quincy El Sistema basé à Boston depuis 2014. Il a enseigné des ateliers d’improvisation pour violoncelle / musique arabe dans le monde entier, dans des institutions telles que la Interlochen Arts Academy du Michigan et Fedu Jazz Institute en République dominicaine.
En tant qu’interprète, Alatrash a participé à de nombreux festivals internationaux, dont le festival de jazz de Newport, le festival de jazz de la République dominicaine, le festival de musique d’Abou Dhabi, le festival international Zouk Mikael au Liban, le festival de jazz de Nancy, le festival Beit Aldeen au Liban, Aix-en-Provence Festival et Festival de Jerash. Il a joué dans des lieux prestigieux tels que le Kennedy Center, le Lincoln Center, le Lincoln Theatre, le Wigmore Hall, le Koerner Hall, le Schoenberg Hall de l’Université du Michigan, la série Ann Arbor Music, le NYU Abu Dhabi Arts Centre, le Royal Opera of Oman, Le Royal Albert Hall et le Concertgebouw d’Amsterdam. Il a joué aux côtés de musiciens de renommée mondiale, dont Ron Carter, Roger Waters, Terri Lyne Carrington, Eugene Friesen, Kenny Aronoff, Rami Jaffee, Luis Conte, Javier Limon, Jorge Drexler, Alejandro Sanz, Scott Page de Pink Floyd, Carmine Rojas de David Bowie, Mike Garson de David Bowie et beaucoup d’autres.

Alatrash a été salué par les médias du monde entier, notamment The National et Al Arabiya, pour son arrangement musical de la chanson des Beatles, «Drive My Car». En collaboration avec l’émission de radio de Public Radio International, The World et le Berklee College of Music, il a arrangé / adapté la chanson des Beatles avec une touche arabe. Le monde de PRI, The World, a publié la chanson le jour de la levée de l’interdiction de conduire des femmes saoudiennes, afin de célébrer cet événement.
Alatrash continue à être une voix pour la culture palestinienne et un défenseur de sa musique. Il fait des tournées internationales avec le Rivers of Sound Large Ensemble d’Amir ElSaffar. Il a récemment rejoint The Global Messengers, un projet du célèbre pianiste panaméen Danilo Pérez qui vise à retrouver la fonction de l’artiste en tant qu’outil permettant de rediriger l’humanité dans une direction positive. En outre, il se produit avec le légendaire oudiste / violoniste virtuose américano-américain Simon Shaheen, avec l’orchestre national arabe, et avec ses cordes Duo Qawsaan et Trio Ayn.

Article traduit de l’anglais de This Week In Palestine par solivr

Contribuer à la richesse du panier alimentaire en Palestine

Les gouvernorats du nord de la Cisjordanie Par: Nader Hrimat

Traduit de l’anglais de http://thisweekinpalestine.com/contributing-palestines-rich-food-basket/ 

Retrouver tous nos produits issus de l’agriculture palestinienne sur solivr 

Le nord-ouest de la Cisjordanie est riche de vastes et magnifiques plaines dont la verdure provient d’une part des pâturages naturels riches en plantes, arbustes et arbres sauvages et colorés, et d’autre part des terres agricoles bien organisées et soigneusement entretenues. qui sont cultivés avec des arbres fruitiers, des légumes et des cultures de plein champ, et produisent les principaux ingrédients frais de la célèbre cuisine palestinienne qui nourrit et nourrit ses habitants. Cette zone est appelée zone agroécologique semi-côtière, qui a une forme de croissant et comprend principalement les gouvernorats de Jénine, Tulkarem et Qalqilya. (À ne pas confondre avec le croissant fertile qui va de la Basse-Égypte au Levant en passant par l’Iraq et le golfe Persique.) En termes de climat, cette région est considérée comme une extension de la région méditerranéenne avec des altitudes allant de 100 à 400 mètres. Le niveau de la mer et se caractérise par des précipitations annuelles moyennes relativement élevées qui varient entre 624 mm pour Qalqilya, 602 mm pour Tulkarem et 507 mm pour Jénine. La région semi-côtière contient de bonnes quantités de puits d’eau souterraine, ce qui la rend propice à la culture de divers types de cultures, notamment des cultures de plein champ, des légumes et des arbres fruitiers. Il existe 257 puits artésiens d’une capacité annuelle d’évacuation d’eau atteignant 12,1 millions de mètres cubes.

Tomates plantées dans une serre.

Les autorités d’occupation israéliennes convoitent ces ressources riches et précieuses et ont confisqué des terres agricoles et des puits d’eau à des fins de colonisation; d’autres zones ont été isolées par le mur de ségrégation. Cette zone est appelée zone de jointure et ici le mur de ségrégation isole 48 000 dunums (1 dunum = 1000 m2) de terres agricoles et fertiles et 23 puits artésiens. Des restrictions ont été imposées à l’accès des agriculteurs à leurs terres et à leur eau, dans le but de les rendre incultes, condition qui les transforme automatiquement en terres publiques, au profit de l’occupation. Les zones agricoles les plus isolées se trouvent dans le gouvernorat de Qalqilya et sont clairement présentées sur la carte (1).

Utilisation des terres / couverture des terres dans la partie nord-ouest de la Cisjordanie, y compris les terres agricoles, les puits et le mur de séparation. (ARIJ, 2018)

Le dernier recensement agricole, publié par le ministère de l’Agriculture et le Bureau central des statistiques palestinien (PCBS) en 2010, a estimé que la superficie totale des terres agricoles en Palestine représente environ 1 207 061 dunums. Parmi ceux-ci, 91,6% ou 1 105 146 dunums sont situés en Cisjordanie et 8,4% ou 101 915 dunums dans la bande de Gaza. Il y a dix ans, la superficie totale des terres arables cultivées par les agriculteurs palestiniens atteignait 1,9 million. Cependant, les restrictions imposées par l’occupation israélienne sur l’accès des agriculteurs palestiniens à leurs ressources en eau et à leurs terres agricoles ont généré deux types de pertes pour le secteur agricole palestinien: premièrement, la quantité de récolte pouvant être récoltée sur les terres cultivées a été réduite, Israël a limité l’accès des Palestiniens à l’eau. Ainsi, la superficie des terres agricoles pouvant être irriguées a été réduite à seulement 12% des terres cultivées en Palestine. En outre, l’accès limité aux ressources en eau pour l’agriculture est exacerbé par la concurrence avec la demande croissante en eau à des fins domestiques et industrielles – augmentant également de manière significative le prix de l’eau. Deuxièmement, l’accès physique limité des agriculteurs à leurs terres et la pénurie d’eau d’irrigation pour fournir même une irrigation supplémentaire aux arbres et aux cultures plantés ont réduit les terres agricoles cultivables de 32%. Avec une possibilité de culture entravée, la productivité de ces terres est devenue irréalisable, ce qui a forcé les agriculteurs à cesser de les cultiver. Iv

Comme le gouvernement israélien ne fournit aux Palestiniens que 138,5 millions de mètres cubes, soit 20% de la quantité d’eau convenue dans les accords d’Oslo, la superficie des terres inaccessibles aux Palestiniens – bien que propice à la culture et à l’irrigation – est estimée à 32 400 dunums. Ces terres requièrent chaque année 189 millions de mètres cubes d’eau d’irrigation (soit 27% des ressources en eau palestiniennes). Si ces zones agricoles inexploitées devaient être rendues accessibles, irriguées et cultivées, la gamme supplémentaire de terres agricoles et forestières qui en résulterait se traduirait par une valeur ajoutée supplémentaire de 704 millions de dollars EU pour l’économie palestinienne (soit 7% du PIB en 2011), et l’augmentation de la contribution de l’agriculture au PIB palestinien atteindrait 14 à 20%.

Près de 90 pour cent des terres agricoles irriguées en Palestine sont concentrées dans les régions semi-côtières et de la vallée du Jourdain.vi La région semi-côtière de la Cisjordanie contient 336 998 dunums vii de terres agricoles (36,2 pour cent du total des terres cultivées) et produit 149 369 tonnes de légumes, de fruits et de grandes cultures par an (42,3 pour cent de la production végétale totale) .viii Les arbres fruitiers occupent la plus grande superficie des terres cultivées, avec 28 types d’olives, d’agrumes, d’avocat, de grenade et d’ananas ( crudités), goyave, etc. Les cultures et les cultures fourragères comprennent également 28 types de blé, d’orge, d’oignon sec, de pois chiche, de luzerne, de pomme de terre et d’herbes telles que cichorium, anis, aneth, sauge, thym et menthe. , camomille, cumin noir, cumin, etc. Viennent ensuite les légumes, où les agriculteurs cultivent 27 types de cultures: concombres, tomates, courges, haricots verts et jaunes, paprika, chou-fleur, chou, fenouil, etc. est considéré principal contributeur au panier alimentaire palestinien en Cisjordanie (fig. 1). Les légumes irrigués sont principalement cultivés dans des champs ouverts ou sous des tunnels (protégés par des bâches en plastique) et dans des serres. Cette méthode donne aux agriculteurs la possibilité de produire des légumes toute l’année, en raison des températures modérées à élevées dans cette région.

Une moissonneuse-batteuse dans les champs de blé de Silet El-Harthieh, dans le gouvernorat de Jénine.

La proximité de cette région semi-côtière avec la mer Méditerranée lui confère une singularité par rapport aux conditions climatiques dominantes qui se rapprochent du climat tropical. Cela a permis aux agriculteurs d’introduire de nouvelles cultures telles que la pomme pâtissière, la goyave, l’opuntia ficus, l’avocat, la mangue et l’ananas. Ces variétés contribueront à la diversification des cultures et augmenteront les opportunités de commercialisation pour les agriculteurs palestiniens. Par exemple, la culture de la goyave a progressivement augmenté au cours des 10 dernières années et la superficie cultivée totale a atteint 3 000 dunums (la majeure partie de cette zone est concentrée dans le nord-ouest de la Cisjordanie), produisant chaque année jusqu’à 15 tonnes de fruits. Une partie des fruits de goyave produits est exportée vers le marché jordanien. x

Le secteur agricole est l’un des principaux secteurs économiques de la Palestine et le seul secteur pouvant accueillir les forces de travail qui viennent d’autres secteurs, en particulier en période de conflit politique. Bien que la contribution de ce secteur au PIB ait diminué à 3%, il accueille 7,5 à 10,5% des travailleurs en Palestine. Xi

Les agriculteurs de cette région, où l’agriculture domine comme l’un des principaux secteurs économiques, sont très créatifs et actifs car ils ont hérité leur carrière de leurs pères et grands-pères. L’agriculture est considérée comme faisant partie de la structure socioéconomique de cette zone; ainsi, 10 205 agriculteurs possèdent des exploitations agricoles, qu’il s’agisse de la production végétale, de l’élevage ou d’une combinaison d’entreprises de production végétale et animale. Les activités agricoles sont pratiquées ici dans le cadre d’un système agricole autonome et de l’agroalimentaire. Ce nombre d’exploitations agricoles existant dans la région semi-côtière représente 37% du total des exploitations agricoles de la rive ouest.

La région semi-côtière se distingue également par ses exploitations d’élevage, tant en termes de nombre que de diversification. Les trois gouvernorats élèvent 6 627 têtes de bétail pour la production de lait et de viande, ce qui représente 27% du nombre de bovins en Cisjordanie. En outre, les agriculteurs élèvent 93 499 têtes de mouton, dont diverses souches, dont Assaf et Baladi, ainsi que des hybrides, formant 18% des têtes de moutons élevées en Cisjordanie. En outre, les agriculteurs élèvent 24 240 têtes de diverses races de chèvres, y compris des chèvres locales (Samar), Shami et hybrides, formant 11% des têtes de chèvre élevées en Cisjordanie. En ce qui concerne l’élevage d’oiseaux dans cette région, les agriculteurs élèvent 1,15 million de poulets de chair et 637 000 poules pondeuses. Au cours des dix dernières années, les agriculteurs palestiniens ont entamé la nouvelle pratique d’élevage de dindes et les agriculteurs de cette région ont réussi à récolter un total de 348 000 dindes, soit 71% du nombre de dindes en Cisjordanie.

Oliveraies dans le gouvernorat de Tulkarem.

« La valeur des exportations agricoles a augmenté de 32% depuis 2011, atteignant 56,7 millions de dollars EU en 2013, soit 6,3% de la valeur totale des exportations palestiniennes. xv De plus, l’agriculture joue un rôle majeur dans la conservation de l’environnement et fournit des intrants à d’autres secteurs. « 

« Le fermier palestinien:

Analyse de production et défis, Institut de recherche appliquée – Jérusalem.

Contribuant pour 37% à la production alimentaire locale en Palestine, les agriculteurs des gouvernorats de Tulkarem, Jénine et Qalqilya, au nord du pays, sont les principaux contributeurs au panier alimentaire palestinien, fournissant de nombreuses variétés de fruits, légumes et herbes à la cuisine palestinienne délicieuse et saine. La particularité de la partie nord de la Cisjordanie provient des conditions climatologiques dominantes, de la proximité de la mer Méditerranée, des sols fertiles, des vastes étendues de plaines agricoles, des précipitations abondantes et des températures chaudes, qui se traduisent par un environnement propice à la croissance. Une gamme diversifiée de cultures et d’arbres. Cette zone contribue à hauteur de 119,1 millions de dollars par an au PIB palestinien en Cisjordanie14. Elle contribue non seulement à l’autosuffisance de production de légumes, de figues, de viande de volaille, d’œufs et de miel en Cisjordanie, mais cela contribue également à réduire la demande d’importations de fruits tropicaux mentionnés ci-dessus et contribue largement au marché du dindon en Cisjordanie. Ce secteur crée des emplois pour 3 461 travailleurs salariés, qui représentent 27% des travailleurs salariés en Cisjordanie, dont 19% de femmes. Il convient de mentionner que 24 990 personnes parmi les citoyens du nord de la Cisjordanie travaillent dans l’agriculture en tant que travail non rémunéré, car elles travaillent avec l’agriculture de leur famille. Cela montre que ces communautés dépendent fortement de l’agriculture. Ils restent des zones rurales, où tous les Palestiniens peuvent profiter du sentiment et du goût de la nature et de la nature sauvage.

L’ingénieur Nader Shehadeh Hrimat est directeur général adjoint de l’Institut de recherche appliquée de Jérusalem (ARIJ), un centre palestinien de premier plan qui mène des recherches sur l’agriculture, l’environnement, les ressources naturelles et les énergies renouvelables. Hrimat est également le coordinateur du projet intitulé « Amélioration des capacités des autorités locales pour développer et mettre en œuvre des pratiques d’efficacité énergétique durables et des actions de démonstration en matière d’énergies renouvelables – Palestine ». Vous pouvez le contacter à nader@arij.org.u

« Page précédente Page suivante »