Mot-clef : Agriculture biologique

Huile d’olive de Palestine disponible

Notre nouvelle huile d’olive de Palestine est disponible en ligne.

huile-olive-palestine

C’est chose faite, l’huile d’olive tout juste arrivée la semaine dernière est disponible sur notre boutique en ligne. C’est une nouvelle variété que nous vous proposons cette fois. La « Rumi », dont la réputation en Palestine n’est plus à faire, mais totalement méconnue en France. Des oliviers centenaires? Millénaires? … Humm…ça ne laisse présager que le meilleur. Notre huile d’olive de Palestine est certifiée agriculture biologique et commerce équitable. D’autres billets arrivent pour vous la présenter comme il se doit!

Trees for Life – la plantation des oliviers

Mohammed Ruzzi, le manager du programme Trees for Life en Palestine.

trees-mohammed

La campagne de plantation d’oliviers dans le cadre de notre programme « Trees for Life » a débuté et s’achève d’ici peu. Planter un olivier  4 oliviers,  en Palestine, nous l’avons rendu possible grâce à vous et au formidable travail de la Palestinian Fair Trade Association, en Palestine. Ce programme se déroule toute l’année et au mois de janvier de chaque année, l’ensemble des dons collectés se transforme en plants d’oliviers, achetés à une pépinière palestinienne. Ces plants sont ensuite remis à des agriculteurs sélectionnés selon différents critères. La plantation 2014 se termine bientôt et nous avons reçu les premières photos. Une nouvelle fois, nous remercions tous les participants qui ont donné en 2013, dont les oliviers sont en train d’être plantés. Pour les participants en 2014, nous vous remercions déjà par avance pour les oliviers qui seront ainsi plantés en janvier prochain inchaallah!

Afin de vous rendre compte de l’importance de votre don, nous allons poster chaque jour une photo de l’opération.

800 oliviers à planter en Palestine

800 oliviers!!!

oliviers - Rumi

Quelle agréable nouvelle! Cette année 2013, nous avons collecté au travers de notre opération Trees for Life, 800 oliviers à planter en Palestine. 800! C’est énorme. Pourquoi? Parce qu’un olivier, ce n’est pas un arbre quelconque. C’est un arbre qui vit aussi longtemps que la terre qui le supporte le lui permet. Non pas 10 ans, 50 ans, 100 ans, mais 1000 ans, si ce n’est plus. Les oliviers millénaires en Palestine sont très nombreux, ils sont appelés « Rumi » , romain en arabe, en référence à l’époque où l’empire romain s’étendait en Palestine. Ces oliviers millénaires donnent une huile d’olive unique, mondialement réputée – que nous proposerons d’ailleurs très bientôt sur notre site. Imaginez, l’olivier qui a été planté grâce à vos dons, donner des fruits pendant 1000 ans. Incroyable!

Pour rappel, le programme Trees for Life a été initié par la Palestinian Fair Trade Association, notre partenaire en Palestine, oeuvrant auprès d’agriculteurs et producteurs palestiniens. Cette association dispose d’une certification commerce équitable et agriculture biologique, garantissant ainsi la qualité de son travail, et de ses produits. L’association sélectionne sur dossier les agriculteurs qui bénéficieront des oliviers offerts dans le cadre de ce programme. La sélection est stricte: adhérer au programme et à la charte de l’association (respect du commerce équitable et de l’agriculture biologique), développer l’agriculture dans le respect des traditions palestiniennes, scolariser les enfants, avoir subi la perte de terre, vol, ou oliviers brulés ou arrachés, donner du travail aux villageois, et réserver la production d’olive et d’huile à l’association qui la rachète au juste prix (non pas la brader aux premiers offrants).

La plantation va débuter d’ici quelques semaines. Janvier et Février sont les mois privilégiés pour la plantation d’oliviers en Palestine. Le programme Trees for life continue bien évidement en 2014 et nous espérons vous compter nombreux à nous soutenir.

Abu Adnan, producteur d’huile d’olive

A travers ce témoignage et d’autres qui suivront, nous vous faisons découvrir l’histoire des producteurs d’huile d’olive de Palestine, pour la coopérative Canaan Fair Trade, notre partenaire. Grâce à eux, nous avons la possibilité de vous proposer une huile d’olive palestinienne réputée, solidaire, naturelle et chargée d’histoire.

Abu Adnan Abed El Salam, producteur d’huile d’olive équitable Canaan à Faqu’a , né écologiste.

Abu Adnan ne fait pas partie d’un mouvement mondial pour la sauver la planète. Abu Adnan ne connait pas grand chose à Green Peace ou au protocole de Kyoto mais il sait exactement comment conserver sa terre saine et fertile et les terrasses qu’il construit pour la protéger font de cette parcelle de terre montagneuse un paradis visuel. Paysan depuis son enfance passé dans son village natal de Faqu’a, dans la région de Jénine, Abu Adnan, 78 ans, a construit plus de 60 terrasses, pierre par pierre.

Quand les gens lui parlent de la nouvelle tendance de l’agriculture biologique, il sourit: “Toutes nos vies, mon grand-père, mon père et moi avons planté des arbres sans n’avoir jamais utilisé aucun produit chimique. Je possède environ un millier d’oliviers et je retire toutes les mauvaises herbes avec mes mains nues. Je ne me fatigue jamais”, dit-il fièrement. Il sait pertinemment que pour 70 shekels, il pourrait acheter de l’herbicide et en une demi-journée le travail serait fait, mais dans son monde, cette pratique serait considérée comme un crime.

Munie d’une vieille faucille et de ses mains nues, Abu Adnan plie les mauvaises herbes et les met de côté pour ses moutons. “Mes moutons ne mangent que ce qui pousse sur ma terre. N’y a-t-il rien de plus magnifique que la terre?” Et si vous passiez ne serait-ce qu’une journée avec lui dans ses champs, vous comprendriez qu’il a raison. Abu Adnan et sa femme, Siham, considèrent le temps passé ensemble à travailler dans les champs comme une expérience des plus romantiques. Ils ne vont jamais au cinéma ou dans de grands restaurants, non, ils préfèrent aller cueillir du zaatar, de la sauge et des feuilles de vigne. Ils se rafraîchissent près de leur puits où Abu Adnan récupère de l’eau de pluie saine pour sa femme. Ils grignotent quelques raisins, un morceau de pain et du zaatar. Selon la saison, ils mangent du “chardon de lait” et du “sinari”, une écorce sauvage dotée d’une tige juteuse qui aide à conserver le corps hydraté lorsque l’on travaille sous le soleil.

Père de 6 enfants, Abu Adnan est fier d’annoncer que son fils ainé, Adnan, un temps ouvrier en Israël, est revenu à la terre, ainsi que sa fille et toute sa famille ont rejoint la coopérative d’huile d’olive Canaan où elles y plantent désormais des amandiers et oliviers.  Avant que Canaan ne commence à acheter ses récoltes, Abu en était venu à un point où, malgré une vie dédiée à ses arbres, il avait presque cesse de les aimer, car peu importe combien il prenait soin d’eux, il savait qu’à la fin de la récolte, il n’aurait personne à qui vendre son huile d’olive et ses olives. “Aujourd’hui, dit-il, j’ai retrouvé l’amour des arbres et j’en ai même planté de nouveaux car maintenant je sais que mon travail sera apprécié par des gens du monde entier. Ce sera ma récompense à la fin de la saison. Pourquoi pensez-vous que je passe toutes mes journées dans mes champs? Car je veux fournir à Canaan les mêmes olives que je mange à la maison sachant que les gens les achèteront et les mangeront”. Aujourd’hui, son fils et sa fille, qui ont grandi à l’odeur de la terre, au goût de l’eau de pluie du puits de leur père et à celui des olives naturelles, perpétuent la tradition familiale de cultures de produits naturels. Cela rend heureux Abu Adnan: “je m’en irai en paix car je sais que mes enfants prendront soin de ma terre”.

Le lien de Abu Adnan à la terre ne se réduit pas à prendre soin de ses oliviers. Ni lui ni sa femme ne possèdent de téléphone portable et n’ont pas besoin de montre pour leur dire quand le jour se lève et se couche. Le soleil est leur montre et quand il se lève, cela signifie que c’est l’heure d’aller travailler et quand il commence à se coucher, ils chargent leurs herbes sur le dos de leur âne et reviennent au village, promenade magnifique jusque leur maison où ils préparent un dîner copieux et se préparent pour leur prochaine journée de travail. Ils attribuent tous deux leur force et bonne santé à leur mode de vie […] et à leur croyance que rien n’est plus sacré qu’un modeste repas et une vie simple.

Merci à @djouher pour la traduction.

Page suivante »