Par : Mohammad Mustafa

Traduit par Solivr de l’anglais du site This Week in Palestine

Comme annoncé par le New York Times en 1993, les accords de Oslo (1993), suivis du Protocole économique de Paris (1994), ont été signés, marquant ainsi le début de l’espoir historique, marquant le début d’une période de transition de cinq ans vers un Etat palestinien basé sur les frontières de 1967. Certains ont même surnommé cet Etat imminent le Singapour du Moyen-Orient en raison de son potentiel de devenir une puissance économique.
L’optimisme politique de cette période a alimenté une forte croissance économique, le PIB palestinien ayant enregistré une croissance à deux chiffres entre 1997 et 1999. Dans le même ordre d’idées, la période a été marquée par de forts investissements du secteur privé, de nombreux Palestiniens de la diaspora étant retournés dans leur pays natal pour y investir. le développement de secteurs palestiniens clés. Cette période a également vu la croissance du nombre de banques opérant en Palestine et la croissance du commerce. En 1999, le taux de chômage des Palestiniens est tombé à 11,8%, un niveau record.

Au tournant du siècle, l’optimisme politique s’est dissipé alors qu’une série de mesures israéliennes déformaient et renversaient les accords de paix, notamment l’extension progressive des colonies de peuplement, l’isolement de Jérusalem, le siège de Gaza et la construction du mur de séparation. comme le refus de céder le contrôle des ressources naturelles palestiniennes et des points de passage internationaux.
Aujourd’hui, 20 ans après le boom économique de courte durée, des données récentes et des experts font état d’une impasse politique et d’une économie affaiblie. Avec la captivité économique vis-à-vis d’Israël et l’aide des donateurs, les résultats sont clairs: taux de chômage sans précédent, faible revenu par habitant et réduction sensible de la part des secteurs productifs tels que l’agriculture, l’industrie et le tourisme l’économie palestinienne.

L’économie palestinienne est devenue une économie d’importations, les importations représentant trois fois la valeur des exportations; 85% des exportations palestiniennes sont destinées à Israël et les deux tiers des importations palestiniennes proviennent d’Israël. En outre, un pourcentage important de la main-d’œuvre palestinienne est employé en Israël et dans des colonies de peuplement (environ 130 000 travailleurs avec un revenu annuel de 2 milliards de dollars). Malgré ces chiffres sur l’emploi en Israël, le chômage a grimpé à près de 27%, le taux de chômage des jeunes (âgés de 20 à 24 ans) dépassant les 44%.
De même, la quasi-dépendance de la Palestine à l’aide des donateurs au cours des 20 dernières années – qui a servi principalement à couvrir les dépenses courantes, tandis qu’une petite partie a été consacrée aux investissements dans les infrastructures – a entraîné une augmentation considérable du budget actuel et une dépendance à l’aide. Des années de sous-investissement dans les infrastructures énergétiques, la santé et l’agriculture ont engendré une facture d’importation annuelle taxable – pour ces secteurs uniquement – de plus de 2,5 milliards de dollars américains, ce qui représente la moitié de nos importations en provenance d’Israël.

Compte tenu de l’impasse politique à laquelle nous sommes parvenus, les dirigeants palestiniens sont en train de revoir le cadre qui régit nos relations avec Israël. La notion de désengagement économique d’Israël est au centre des préoccupations des dirigeants palestiniens. et avec lui la nécessité de réviser / remplacer le protocole économique de Paris signé entre l’OLP et Israël en 1994. La pierre angulaire du protocole de Paris était la création d’une union douanière avec la libre circulation des personnes et des biens et une fiscalité unifiée.
Pour que le désengagement soit possible, il est clair que notre lutte nationale pour la liberté doit être associée à un programme national visant à renforcer la résilience économique et l’indépendance des Palestiniens, afin de leur permettre de subsister et de prospérer. Un tel programme doit inclure les éléments suivants:

  • S’efforcer de garantir les droits économiques, y compris l’accès aux ressources naturelles, aux côtés des droits politiques palestiniens complets.
  • Investir dans les infrastructures critiques dans le cadre d’un programme de développement national, visant en particulier les zones marginalisées telles que Jérusalem, Gaza et la vallée du Jourdain, afin de préserver nos droits nationaux et de soutenir la résilience des Palestiniens dans ces zones.
  • Investir dans le capital humain en mettant l’accent sur la création d’une main-d’œuvre hautement qualifiée afin de bâtir une économie fondée sur la connaissance, alimentée par la pensée critique, la créativité et l’innovation.
  • Optimiser l’utilisation de nos ressources financières publiques limitées en développant les partenariats entre entités publiques et privées afin de combler les besoins en investissements et les opportunités dans des secteurs vitaux.

De nos jours, le Fonds d’investissement palestinien (FIP), le fonds souverain de développement de la Palestine, a lancé un programme d’investissements à impact de 2,5 milliards de dollars sur sept ans pour la période 2018-2025. Le programme vise à créer une économie résiliente, innovante et dynamique qui permette au peuple palestinien de prospérer. Le programme a défini les objectifs d’impact suivants:

  • Diminution de moitié des importations en provenance d’Israël par le biais d’investissements dans les secteurs de l’énergie, de l’agriculture, de l’industrie, de la santé, du tourisme, de l’éducation et de la technologie.
  • Création de 100 000 emplois pour la jeunesse palestinienne
    Soutenir la croissance et le développement des PME et des jeunes entreprises technologiques palestiniennes, dans la perspective de la transition vers une économie fondée sur la connaissance est la voie à suivre pour la Palestine.
  • Soutenir les économies des zones marginalisées telles que Jérusalem, Gaza et la zone C.

Le succès de ce programme national nécessite un effort de collaboration entre les secteurs public et privé palestiniens, la communauté internationale et la diaspora palestinienne. D’une part, nous considérons que de véritables partenariats sont la solution pour combler le déficit en investissements publics et réduire la fragmentation des financements, à la lumière des finances publiques de plus en plus tendues et de la réduction de l’aide des donateurs. La mobilisation de capitaux privés pour le bien public peut également inciter à des solutions novatrices aux problèmes socio-économiques les plus épineux de la Palestine. D’autre part, ces partenariats stimuleront également la croissance du secteur privé et stimuleront la création d’emplois pour les jeunes Palestiniens.

La voie à suivre passe par la résilience économique et le désengagement.

Pour PIF, partenariats et «rassemblement de capitaux» sont devenus synonymes de stratégie d’investissement réussie. Au cours des dix dernières années, PIF a investi plus de 1,5 milliard USD dans des dizaines de projets essentiels dans des secteurs stratégiques, dont 1 milliard USD (deux tiers) provenant de partenaires du monde entier. PIF et ses partenaires ont soutenu plus de 69 000 emplois et 2 500 petites et moyennes entreprises. Ces projets ont également contribué pour environ 1,5% au PIB par an (environ 200 millions de dollars américains en 2017).

Coucher de soleil à Ramallah Photo avec l’aimable autorisation de Palestine Image Bank.

L’adoption par PIF d’une stratégie de réduction des risques fondée sur l’idée selon laquelle, pour amener des investisseurs en Palestine, nous devons réduire le risque de développement de manière raisonnable, a été rendue possible par le fait que PIF ait réussi à attirer des investisseurs dans des secteurs supposément à haut risque. Ainsi, PIF prend la tête des idées originales, supportant la totalité des coûts de développement, qui prennent souvent plus de sept ans pour recevoir des approbations de projets souvent refusées par Israël. Une fois qu’un projet est approuvé et que le risque de développement est réduit, PIF s’attache à attirer des investisseurs, partenaires financiers et financiers.
Le gouvernement palestinien et la communauté des donateurs peuvent reproduire et élargir l’approche de réduction des risques du FIP grâce à un ensemble de mesures incitatives et de partenariats public-privé afin de stimuler l’innovation afin de résoudre les défis les plus ardus et de libérer le potentiel des entreprises palestiniennes, grandes bien faire tout en faisant du bien.

Dr. Mohammad Mustafa est président du Palestine Investment Fund. L’expérience de M. Mustafa s’étend au gouvernement, aux institutions mondiales et au secteur privé. Auparavant, il a occupé les postes de Premier ministre et de Ministre de l’économie nationale et a occupé de hautes fonctions à la Banque mondiale dans les domaines du secteur privé et du développement des infrastructures.