Mot-clef : Naturel

Aïe, ça fait mal à la peau!

Et même très mal :(

C’est noël et beaucoup recevront leurs petits cadeaux. Pour ne pas changer, un coffret d’une marque de parfumerie, ça le fait toujours! Et quel cadeau!?  Un savonnier publie sur son blog un billet particulièrement sévère sur les produits de beauté contenu dans ces coffrets cadeaux. Un extrait:

Le premier coffret donc /Aqua di Gio composé comme suit :
– Le parfum (que j’ai porté pendant des années).
– Un déodorant spray.
– Un déodorant stick .
Deux « déo » plus du parfum par dessus, si avec ça je sens pas le propre !

Le deuxième / Gucci By Gucci :
– Le parfum.
– Un gel douche.
– Une crème pour homme.

Je ne sais pas exactement quelle est la composition des parfums, mais en ce qui concerne les articles vendus avec, c’est une catastrophe, bienvenue au royaume du plus sournois de la pétro-chimie le tout emballé de luxe et de glamour !

Je vous cite quelques ingrédients dangereux piochés un peu au hazard :
Sodium Laureth Sulfate(présent dans la plupart des gels douche et shampoings industriels) : Le Sodium Laureth Sulfate est absorbée par la peau. Une fois qu’il a été absorbé, l’un des principaux effets du SLS est de mimer l’activité de l’hormone œstrogène. Ceci a de nombreuses implications pour la santé et peuvent être responsables d’une variété de problèmes de santé du syndrome prémenstruel et symptômes de la ménopause à l’abandon la fertilité masculine et l’augmentation de cancers féminins, comme le cancer du sein, où les niveaux d’œstrogènes sont connus pour être impliqués.

Triclosan: Un agent antifongique et antibactérien qui peux agir comme perturbateur endocrinien et favoriser les allergies. On trouve du Triclosan dans nos rivières, les cours d’eau et les boues d’épuration. Il a un effet toxique sur les algues, le phytoplancton et d’autres formes de vies aquatiques. Son absorption par ces organismes signifie qu’il peut se diffuser dans la chaîne alimentaire.

PPG-1, PPG-9, PEG-120 : PolyEthylene Glycol et PolyPropylene Glycol, les PEG et PPG sont fabriqués à partir de substances cancérigènes qui peuvent aussi être utilisées pour produire des gaz de combat.

Tetrasodium EDTA : Agent chélateur. Mais l’EDTA et son ersatz (Editronic Acid) se fixent dans l’organisme et sont difficilement biodégradables.

Methylparaben et Propylparaben (PARABEN DANGER !)

Surprise aussi avec des savonnettes d’un parfumeur de Grasse, Fragonard, encore un coffret cadeau. Le premier ingrédient de leurs savons est de la graisse animal :
Sodium Tallowate ! Il n’y a aucun danger, cette graisse animal est là juste parce que c’est le corps gras le moins cher à saponifier. Résultat : quatre savonnettes de 0,50g pour 10 euro, beaucoup plus cher qu’un savon naturel aux huiles végétales précieuses acheté chez n’importe quel savonnier à froid et qui possède au moins de vrai vertus.

Aïe ça fait mal!

Et quand nous vous disions que du suif dans nos savons, nous n’en voulions pas, que dire du reste?

Votre savon: suif ou huile d’olive?

Savon de Naplouse à l'huile d'olive de Palestine

Nous souhaitons revenir sur des articles parus il y a quelques semaines au sujet des « savons de Marseille ».

Cet article de Terra-economica nous rappelle combien il est difficile aujourd’hui de connaitre l’origine du produit (le « made in China » semblerait menacer aussi l’industrie du traditionnel savon de Marseille) et la composition du produit.

Qui ne connait pas le savon de Marseille? C’est le savon, traditionnel, ancestral, hydratant, et surtout naturel, qui lave tout, du slip au sol, mieux que n’importe quels gel douche ou lessive chimique.
Parfait me direz-vous, mais en y regardant de plus près, ce n’est pas aussi parfait que cela… Peu savent que ce fameux savon est composé en grande partie de corps gras issus d’animaux. Comme le rappelle Al-Kanz, ce savon ne conviendrait pas à beaucoup: du cochon dans mon savon, non merci!

« C’est de l’hypocrisie marketing : en Europe, on a toujours utilisé du suif », répond Yvan Cavelier, dirigeant de la Savonnerie de l’Atlantique, près de Nantes. Celle-ci, l’une des dernières savonneries industrielles françaises, produit 6 000 tonnes de savon de Marseille par an, vendues sous marques de distributeurs, dans la majorité des enseignes, comme Auchan, Carrefour ou Leader Price. Les corps gras utilisés sont, à 17 %, de l’huile de coprah philippine et à 83 % du suif.

Tout est dit.

Autre extrait:

Le groupe Henkel – « Le Chat, savon de Marseille » – explique du bout des lèvres le fabriquer en Allemagne et refuse de communiquer les quantités d’huiles utilisées. Le groupe Vendôme, filiale de l’Américain Johnson & Johnson, – « Le Petit Marseillais » –, reste muet. Les spécialistes affirment qu’il n’est pas rare que les savons aient beaucoup voyagé avant d’atterrir sur les marchés de la Canebière elle-même.Les spécialistes affirment qu’il n’est pas rare que les savons aient beaucoup voyagé avant d’atterrir sur les marchés de la Canebière elle-même. Alors que les cubes certifiés « authentiques » pullulent, l’historien Patrick Boulanger est formel : il n’existe plus que deux savonneries à Marseille. L’une, le Sérail, fabrique ses produits de façon artisanale. L’autre, la Compagnie des savons de Marseille, est passée à un procédé industriel et 6 000 tonnes de savon sortent de ses chaînes chaque année, dont 60 % sont exportés. Une partie, avec un beau packaging, est vendue comme produit d’hygiène so frenchy vers les Etats-Unis ou Hong Kong ; l’autre est empilée en palettes et envoyée en Afrique noire où l’on s’en sert toujours pour laver le linge.

Alarmant?

Oublions le « Petit Marseillais » et autres « le Chat, savon de Marseille »; consommons responsable!

L’alternative existe. Le savon d’Alep, par exemple, en est une (faire attention à l’origine et à la composition toutefois). A l’image du savon de Marseille, le savon d’Alep jouit d’une excellente image et les contrefaçons fleurissent. Le savon d’Alep, originaire de Syrie, est composé d’huile d’olive et d’huile de laurier (qui lui donne sa couleur verte).

Autre alternative, le savon de Naplouse, qui est pour nous le seul savon, dont l’origine et la composition nous est parfaitement connue et dont les propriétés bienfaitrices dépassent de très loin les précédentes. Si un magazine tel qu’Ethiscore le classe en haut de liste, ce n’est pas pour rien!

Chez Soliv’r, nous pouvons à la fois certifier l’origine du produit et sa composition. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: jusqu’à 75% d’huile d’olive de Palestine pour notre savon naturel de Naplouse contre 83% de suif pour le fameux savon de Marseille. Aucun autre savon dans le monde ne possède une proportion aussi élevée d’huile d’olive. Or, toutes les propriétés du savon résident dans le corps gras utilisé.

Lister les propriétés de l’huile d’olive sur le corps prendrait plus d’un billet: à la fois remède de médecine et produit de beauté, l’huile d’olive est ce qu’on appelle un produit miracle, à l’image de la datte.  L’article de Terra-economica parle de « résidu de production d’huile d’olive  » dans la recette traditionnelle du savon de Marseille. A Naplouse, terre des oliviers, ce n’est pas du résidu que l’on retrouve dans les savons mais de l’huile d’olive pure et véritable, qui en font un produit noble.

Petit rappel d’histoire: la recette du savon de Marseille fut importée en France, au port de Marseille, par les Croisés revenus de Jérusalem, ayant découvert que les Arabes palestiniens utilisaient du savon à l’huile d’olive pour se laver et nettoyer…