Mot-clef : Palestine

Redonner l’espoir à Gaza

Par: Jamie McGoldrick

Traduit par Solivr du site This Week in Palestine

La situation humanitaire à Gaza atteint un point critique, parallèlement à une économie en rapide détérioration et à une menace sans précédent pour la fourniture de services de base à la majorité de la population. Sans des efforts importants sur le terrain, près de deux millions de personnes risquent maintenant de perdre le soutien et les services limités sur lesquels elles comptent depuis plus de dix ans pour survivre.

Il y a un an, l’équipe de pays des Nations Unies dans le territoire palestinien occupé a publié un rapport intitulé «Gaza: dix ans plus tard» qui soulignait la tendance à la baisse de la situation humanitaire et socio-économique dans la bande de Gaza. Voilà maintenant onze ans que le Hamas a pris le contrôle de Gaza, le blocus subséquent d’Israël, l’aggravation de la division interne palestinienne et trois hostilités armées, tous les indicateurs de développement à Gaza diminuent avec une augmentation marquée du chômage, une baisse du pouvoir d’achat et une détérioration des services de base.

La pauvreté et le chômage ont atteint des niveaux sans précédent à Gaza.

Une assistance internationale importante a permis de maintenir une certaine stabilité à Gaza; Toutefois, cette situation est désormais menacée et les conditions de vie des deux millions de personnes à Gaza se sont rapidement dégradées. Dans le même temps, l’absence de trajectoire politique, que ce soit pour mettre fin au conflit avec Israël ou pour la réconciliation entre factions palestiniennes rivales, contribue à créer un sentiment de frustration accablant.

Au cours de l’année écoulée, les importantes réductions salariales imposées par l’Autorité palestinienne à des dizaines de milliers de fonctionnaires à Gaza, la réduction des fonds humanitaires et la diminution de l’aide à la reconstruction après le conflit de 2014, ont abouti à ce que la Banque mondiale décrit « Un effondrement rapide des conditions socio-économiques dans la bande. » I

Cinquante-trois pour cent des habitants de Gaza sont pauvres.Photo de Shareef Sarhan.

Les restrictions imposées à la capacité des Palestiniens de quitter Gaza, en particulier à des fins professionnelles, sont en augmentation constante depuis la deuxième Intifada. En conséquence, près de la moitié des deux millions d’habitants de Gaza sont nés isolés et n’ont jamais quitté Gaza.

Les services de base à Gaza sont presque effondrés

Un récent sondage du Bureau central palestinien de la statistique ii a révélé que plus de la moitié (53%) de la population de Gaza vivait dans la pauvreté, contre 40% il y a quelques années seulement. Près de la moitié (49,1%) de la population active est au chômage, un des taux les plus élevés au monde; et le PIB par habitant est en chute libre, ce qui a entraîné une réduction du pouvoir d’achat. De plus en plus, les familles vivent à crédit et s’endettent pour subvenir à leurs besoins quotidiens.

En 2017, le pourcentage d’enfants (âgés de 0 à 14 ans) à Gaza avoisinait les 45%, et les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) représentaient plus de 21%. Photo de Shareef Sarhan.

Gaza connaît un déficit chronique en électricité depuis plus de dix ans, perturbant gravement la fourniture des services de soins de santé de base, d’approvisionnement en eau et d’assainissement, ainsi que les conditions de vie. Au cours des deux dernières années, l’approvisionnement en énergie a encore diminué, du fait de la réduction des paiements et des subventions de l’Autorité palestinienne pour l’électricité et le carburant nécessaires au fonctionnement de la seule centrale électrique de Gaza. Cette querelle politique entre l’Autorité palestinienne et le Hamas et le mauvais état des infrastructures électriques dans la bande de Gaza a eu pour résultat que les Palestiniens vivant à Gaza vivent maintenant avec environ quatre heures d’électricité par jour.
Outre le fait qu’il affecte la vie quotidienne de deux millions de personnes, le manque d’énergie affecte également la fourniture de services essentiels de santé, d’eau et d’assainissement. L’approvisionnement en eau est très irrégulière et les eaux usées ne sont pas traitées. Depuis plus d’un an, ce qui correspond à plus de 40 piscines d’eaux usées brutes ou partiellement traitées de taille olympique est déversé chaque jour dans la mer Méditerranée, les installations de traitement des eaux usées ne pouvant plus fonctionner.

Les services de santé sont particulièrement sollicités. Depuis le début de la «Grande Marche du Retour» le 30 mars de cette année, plus de 100 Palestiniens ont été tués et 14 600 autres blessés lors de manifestations récurrentes le long de la barrière de périmètre avec Israël. Depuis le 30 mars, quelque 450 patients ont été évacués prématurément pour faire place à de nouvelles vagues de pertes attendues et quelque 6 000 chirurgies non urgentes ont été reportées (dont des chirurgies pour le cancer, des chirurgies cardiaques non urgentes, des chirurgies orthopédiques et de nombreuses autres chirurgies non urgentes).

Sur un total de près de 4 000 personnes blessées par des balles réelles, environ un tiers auront probablement une invalidité de longue durée. Pour de nombreuses familles, l’impact de ces manifestations se fera sentir pendant des années et s’ajoutera aux traumatismes récurrents pour les familles de la bande de Gaza. Une enquête récente a révélé que 95% des enfants à Gaza – des enfants ayant déjà connu trois phases de conflit dévastatrices – manifestent des signes de détresse psychologique.iv

Même avant le début des manifestations près de la clôture à la fin du mois de mars, de nombreux hôpitaux et cliniques avaient dû annuler ou différer de nombreux traitements et opérations non critiques en raison de la pénurie de médecins, d’électricité et de médicaments essentiels. Il existe actuellement moins de 50% des médicaments essentiels disponibles pendant un mois.

Dans le passé, une assistance internationale importante a permis d’éviter l’effondrement des services de base et de réduire les vulnérabilités humanitaires. En particulier, les services fournis par l’UNRWA aux 1,3 million de réfugiés de Gaza vivant à Gaza ont été essentiels pour garantir des niveaux relativement élevés de soins de santé de base et des normes minimales d’éducation dans la bande de Gaza. Toutefois, les faibles financements internationaux sans précédent menacent maintenant ces filets de sécurité, qui maintiennent Gaza à flot.

Malgré les généreuses promesses faites récemment, l’UNRWA a actuellement un déficit de financement de 250 millions de dollars. Sans financement supplémentaire, 275 écoles de l’UNRWA à Gaza pourraient ne pas être en mesure d’ouvrir leurs portes au début de la nouvelle année scolaire en août, laissant potentiellement 272 000 enfants sans accès à l’éducation. L’UNRWA exploite 22 centres de santé, qui fournissent des soins de santé primaires à plus d’un million de personnes. Près d’un million de réfugiés vulnérables risquent de perdre l’aide alimentaire fournie par l’UNRWA. Les services publics étant à la limite, aucune assistance ni aucun service de remplacement ne sont offerts aux réfugiés de Gaza. L’appel humanitaire conjoint pour les projets à Gaza restant financé à moins de 14%, la crise du financement a touché d’autres organisations humanitaires cruciales que celle de l’UNRWA.

L’assistance internationale, qui maintenait auparavant Gaza à flot, est maintenant menacée. Il est essentiel que la communauté internationale trouve le moyen de maintenir les services essentiels de l’UNRWA afin de maintenir l’accès des réfugiés à l’éducation, aux soins de santé et à l’assistance alimentaire à un moment où Gaza est le plus vulnérable.

Des agences humanitaires sont sur le terrain à Gaza et travaillent jour et nuit pour apporter un soutien aux prestataires de soins de santé, aux installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement et aux écoles, ainsi que pour fournir une assistance aux plus vulnérables. Quelque 13,9 millions de dollars US sont nécessaires d’urgence pour faire face aux pires conséquences des manifestations de masse qui ont eu lieu à la clôture jusqu’au 30 septembre, en fournissant des soins de santé vitaux et un soutien psychosocial aux personnes blessées ou touchées, ainsi qu’une protection et un suivi généraux.

Le financement humanitaire et l’action politique sont essentiels pour la population de Gaza.

Tout en faisant face à la crise immédiate, nous devons également trouver un moyen de redonner espoir en l’avenir aux jeunes de la population de Gaza – en leur donnant la possibilité d’obtenir un emploi, une éducation, un avenir. Cela nécessite avant tout une injection rapide d’argent dans l’économie de Gaza. L’appui aux programmes de création d’emplois et de travail contre rémunération gérés par la Banque mondiale, l’UNRWA, le PNUD et d’autres créerait des emplois et générerait des revenus pour de nombreuses familles de la bande. Deuxièmement, l’amélioration de l’approvisionnement en électricité aurait un impact positif sur la vie quotidienne de tous les habitants de Gaza. Parmi les autres mesures possibles figurent l’élargissement de la zone de pêche et l’octroi de permis de travail aux Palestiniens de Gaza pour travailler en Israël.

Les derniers mois ont été marqués par des améliorations dans la circulation et l’accès des Palestiniens à Gaza avec l’ouverture du terminal de Rafah avec l’Égypte pendant le mois de Ramadan. Il y avait également une augmentation des approbations israéliennes d’articles habituellement limités à l’importation à Gaza. Cependant, il faudra beaucoup plus pour remédier à la détérioration de la situation humanitaire à long terme.

À court et à moyen terme, il est essentiel que nous travaillions sur plusieurs fronts à la fois. En priorité, nous devons assurer un soutien suffisant à l’assistance humanitaire sur le terrain. Deuxièmement, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à ce que l’UNRWA continue de fournir ses services essentiels à la population. Troisièmement, nous devons rechercher des mesures immédiates pour renforcer l’infrastructure de Gaza afin que les systèmes d’énergie, d’eau et de santé restent intacts. Enfin, l’appui à l’économie de Gaza avec des programmes visant à créer des emplois et à re-dynamiser les secteurs industriels de Gaza devrait progresser. Sans progrès sur tous ces fronts, l’ONU ne sera pas en mesure de répondre aux besoins et de redonner espoir aux habitants de Gaza.

i Banque mondiale, Rapport de suivi économique présenté au Comité de liaison ad hoc, 19 mars 2018, paragraphe 5, disponible à l’adresse http://documents.worldbank.org/cured/en/324951520906690830/pdf/124205-WP-PUBLIC-MAR14- 17H00-2018-AHLC-Report.pdf.
ii Bureau central de statistique palestinien (PCBS), Enquête sur les dépenses et la consommation des ménages, octobre 2016 – septembre 2017, disponible à l’adresse http://www.pcbs.gov.ps/Downloads/book2368.pdf.
iii PCBS, Enquête sur les forces de travail (janvier à mars 2018), disponible à l’adresse http://www.pcbs.gov.ps/portals/_pcbs/PressRelease/Press_Fr_8-5-2018-LF-en.PDF.
iv Save the Children, la génération d’enfants à Gaza au bord d’une crise de santé mentale, selon une nouvelle étude, 1 juin 2018, disponible à l’adresse https://www.savethechildren.net/article/generation-children-gaza-brink- santé mentale-crise-nouvelle-recherche-montre.

Jamie McGoldrick a été nommé coordonnateur humanitaire et coordonnateur résident des Nations Unies pour le territoire palestinien occupé en février 2018. Au cours de ses précédentes missions, il a été nommé représentant résident du PNUD et coordonnateur régional pour le Yémen et le Népal en 2015. et 2013, respectivement, et en tant que représentant résident du PNUD et CR en Géorgie à partir de 2009.

Ecoles Anciennes en Palestine

Paru en anglais dans This week in Palestine

Par: Hamdan Taha

Les premières formes d’écriture ont émergé peu à peu des représentations imagées de la nature et des activités humaines, éventuellement à des fins cultuelles, à la tenue de registres et à la comptabilisation, ce que de nombreux érudits considèrent comme une forme de proto-écriture, et enfin, les écritures picturales (telles que les hiéroglyphes écriture cunéiforme) et les premiers alphabets (tels que l’écriture proto-cananéenne, l’alphabet consonantique phénicien et l’alphabet grec qui indiquaient également des voyelles). L’invention de l’écriture nécessitait un besoin évident de l’apprendre, et l’histoire de l’homme a donc été l’avènement d’un nouveau métier: l’enseignement. La Palestine et la Mésopotamie ont été parmi les premiers lieux d’exposition de cette compétence émergente, comme en témoignent les preuves archéologiques, épigraphiques et philologiques. Les premières sources incluent les notes écrites par un enseignant inconnu à un élève sumérien sous la forme d’un dialogue qui décrit les procédures quotidiennes à la House of Tablets en Irak. Dans une autre source, un enseignant cananéen d’une école du site archéologique de Tell Balata, près de Naplouse, demande son salaire dans une lettre datée de 1400 av. Et comme en Irak, de nombreux exercices d’entraînement écrits par des élèves de cette première école ont été retrouvés.


Tell Balata près de Naplouse

Tell Balata * 1 présente un centre urbain cananéen, identifié avec l’ancien Shikmu (Sichem) sur la base de preuves indirectes, aucun document historique n’ayant été trouvé sur place qui corroborerait cette identification. Le site a été habité il y a 6000 ans et a atteint son apogée à l’âge du bronze moyen (environ 2500-2000 av. J.-C.), lorsque son mur cyclopéen, ses portes monumentales, son temple fort et ses quartiers domestiques ont été construits. À la fin de l’âge du bronze, Labaya devint roi de Shikmu. Il a reconstruit la ville qui a prospéré pendant cette période, comme en témoigne sa culture matérielle. Les tablettes cunéiformes datent de cette période de l’histoire urbaine de la ville qui, au premier siècle avant notre ère, fut abandonnée jusqu’à la construction d’une nouvelle ville, Naplouse (Neapolis) à l’époque romaine. Le village de Balata a été construit à la période médiévale le long de la limite sud de l’ancien tell et a été habité de manière continue jusqu’à nos jours, héritant de l’héritage de l’ancien tell. Il convient de noter que le sanctuaire de la tombe de Joseph (Maqam Nabi Yusuf) a été utilisé dans les années 1930 comme une école par le village de Balata, portant les derniers vestiges d’un système éducatif antique en Palestine qui utilisait des sites religieux pour diverses activités, dont l’enseignement.

Écriture sur tablette d’argile.

Il semble que la première forme d’école soit apparue avec l’avènement de l’écriture dans l’ancienne Mésopotamie, au début du troisième millénaire avant notre ère. Nous savons tous combien de temps il faut à une personne pour apprendre à écrire sa première phrase correcte et nous pouvons supposer en toute sécurité que par le passé, les personnes rencontraient des difficultés similaires. Même si les informations sur les premières expériences d’apprentissage et d’enseignement sont rares, certaines sources peuvent nous donner une idée des premières écoles et des premiers enseignants. Les Sumériens appelaient une école edubba, ce qui dans leur langue akkadienne désignait la maison des tablettes cunéiformes, ce qui est l’équivalent de Beit Dibi. L’étudiant était connu comme le fils de la Maison des tablettes. Le nom de l’école est clairement dérivé des tablettes d’argile et indique que celles-ci ont été utilisées pour l’écriture. Madares al-Kuttab faisait écho à de telles écoles dans la société palestinienne traditionnelle, qui utilisait des tablettes en bois avant l’apparition des écoles modernes à la fin de la domination ottomane en Palestine.
Les archéologues en Irak ont ​​trouvé un grand nombre de tablettes d’exercice. Il semble qu’à l’origine, les écoles fussent l’une des extensions du temple, centre administratif et économique de l’époque. Ce phénomène était également évident en Palestine, où l’enseignement était associé aux mosquées, aux églises et aux sanctuaires et institutions religieux. Des tablettes d’argile ont également été trouvées dans des palais et des habitations privées, ce qui indique l’existence d’une forme d’enseignement privé. En outre, et depuis le début du deuxième millénaire avant notre ère, les écoles sont devenues des institutions indépendantes, semblables à celles du système scolaire de Kattatib qui était populaire en Palestine avant l’émergence des écoles modernes.

École à Maqam Nabi Yusef (Tombeau de Joseph) (BöhlPal.1931.47).

Des sources indiquent en outre que, par le passé, les enfants allaient à l’école à l’âge de six ans, comme la coutume dans nos écoles aujourd’hui. »2 Mais à cette époque, les élèves devaient mémoriser des centaines de signes (plus de 1200 d’entre eux) au lieu des vingt lettres de l’alphabet utilisées dans les langues arabe ou anglaise d’aujourd’hui. Dans certaines de ces écoles, des bassins ont été trouvés, et on peut supposer que les élèves de l’ancien Irak devaient aussi apprendre à préparer des tablettes d’argile pour l’écriture, qui étaient utilisées comme les cahiers ou les tablettes modernes de nos jours. En Egypte et en Palestine, des fragments de papyrus, de cuir et d’argile ont été utilisés pour l’écriture; il va sans dire que le papier n’était pas connu à l’époque. Les stylos en Irak étaient faits de canne et avaient une tête en forme de clou ou de vis. L’écriture a été faite en appuyant sur la plume sur l’argile molle, raison pour laquelle les philologues ont appelé le script résultant cunéiforme. Les élèves devaient apprendre les techniques de base pour préparer leurs tablettes et stylos en argile avant de commencer à apprendre à écrire les signes. Les tablettes de formation récupérées montrent clairement que les élèves du primaire pratiquent les signes individuels, tandis que les élèves les plus avancés écrivent des phrases simples et des listes de concepts et de noms. Les étudiants avancés ont copié des textes plus longs et complexes avant de procéder à la copie de textes classiques et de passages littéraires. L’ensemble du processus s’est déroulé sous la supervision d’un enseignant, qui a vérifié et corrigé les textes avant de les retourner à ses élèves. Des tablettes d’argile portant les scripts de l’élève et du professeur ont été trouvées.
Un tel enseignement a nécessité plusieurs années de scolarité et on peut imaginer les difficultés liées à l’apprentissage de tant de signes. Finalement, les étudiants ont commencé à travailler comme écrivains dans les secteurs économique et administratif. Cependant, l’éducation ne se limitait pas à l’écriture mais à d’autres connaissances essentielles telles que les mathématiques, la musique et la danse.

L’enseignement est l’une des anciennes professions en Palestine, comme le montrent ces écrits cunéiformes. Le texte du professeur de Tell Balata constitue une preuve historique littéraire unique des écoles en Palestine il y a 3 500 ans. Il met en lumière la vie culturelle à l’époque cananéenne et montre les similitudes frappantes entre les écoles anciennes et modernes en ce qui concerne le système éducatif, le matériel enseigné, la crainte d’être en retard à l’école et les retards de paiement. L’enseignement n’était probablement pas la profession la plus privilégiée financièrement, mais c’était à coup sûr l’une des professions les plus honorables de l’histoire.

Tablette de la journée scolaire (Samuel Noah Kramer,
Journées scolaires: une composition sumérienne).

Journal d’un élève sumérien
On peut trouver des notes destinées à un élève sumérien sous la forme d’un dialogue, écrit par un enseignant inconnu sous la forme d’un journal intime d’un élève de la Maison des tablettes. Les similitudes frappantes entre les implications psychologiques de ce texte ancien et la réalité de l’école moderne sont surprenantes. Le texte suivant a été traduit par Kramer. * 3

  • O fils de la Tablet House, où es-tu parti des premiers jours?
  • Je suis allé à la Tablet House.
  • Qu’as-tu fait dans la Tablet House?
  • J’ai récité ma tablette, j’ai mangé mon déjeuner, puis j’ai préparé ma nouvelle tablette et l’ai installée, l’ai écrite, l’ai terminée et l’après-midi, elles m’ont assigné des devoirs.
    Je suis revenu ce que j’ai écrit.
    Lorsque la Tablet House a été renvoyée, je suis rentrée chez moi, je suis entrée dans la maison et j’ai trouvé mon père assis là.
    J’ai informé mon père de mes devoirs, puis lui ai récité ma tablette et mon père était ravi…
    Le lendemain, je me suis levé tôt, j’ai regardé ma mère et lui ai dit:
    Donne-moi mon déjeuner, ma mère m’a donné deux rouleaux et je suis allé à l’école.
    Dans la Tablet House, le garde m’a dit:
    Pourquoi es-tu en retard?
    J’ai eu peur et mon cœur battait.
    Puis je suis apparu devant mon professeur et j’ai fait une révérence respectueuse.

Lettre d’un enseignant cananéen
À Tell Balata, deux tablettes cunéiformes ont été trouvées par Ernest Sellin et Franz M. Bohl en 1926. Elles datent de l’âge du bronze tardif (vers 1400 avant JC). Une tablette incomplète contient une liste de noms personnels et la seconde, une tablette complète, est une lettre d’un enseignant au prince de Shikmu. Les tablettes ont été lues et publiées par l’assyriologue hollandais Bohl et plus tard commentées par l’archéologue biblique américain W. Albright. * 4 C’est une lettre d’un homme qui a probablement dirigé une école adressa sa lettre au prince de Shikmu. Il est intéressant de noter que malgré le retard dans le paiement des frais de scolarité, l’enseignant a continué à s’acquitter de sa tâche d’enseigner à ses élèves. Les frais comprenaient des biens tels que les céréales et le pétrole, similaires à ceux du système éducatif traditionnel palestinien Dar al-Kuttab.
Jusqu’à Birashshenu
Dire:
Ainsi Baniti (Ashirate)
Il y a trois ans, tu m’as fait payer
N’y a-t-il ni grain ni huile ni vin
Quelle est mon offense que tu n’as pas payé
Les enfants qui sont avec moi
Continuer à apprendre
Leur père et mère
Tous les jours
Suis-je
(……………… Interruption dans le texte)
À présent
Peu importe
À la disposition de mon -toi à moi
Et laisse-moi m’informer

Tablette de l’enseignant de Balata (Sellin1926).
  • 1 Pour plus d’informations sur ce site, veuillez consulter le Guide archéologique Tell Balata, publié par le Ministère palestinien du tourisme et de l’antiquité à l’adresse http://unesdoc.unesco.org/images/0023/002319/231930f.pdf.
  • 2 Samuel Noah Kramer, L’histoire commence à Sumer: Trente-neuf premières dans l’histoire enregistrée, University of Pennsylvania Press, 1981.
  • 3 Disponible sur https://cdli.ucla.edu/cdlitablet/showcase, pour plus de détails, visitez https://goo.gl/LSRDUL
  • 4 William F. Albright, «Un enseignant à un homme de Sichem vers 1400 av. J.-C.», Bulletin des écoles américaines de recherches orientales, n ° 86 (avril 1942), pp 2831

Dr. Hamdan Taha est chercheur indépendant et ancien sous-ministre du ministère du Tourisme et des Antiquités. Il a été directeur général du Département des antiquités et du patrimoine culturel de 1995 à 2013. Il est l’auteur d’une série de livres ainsi que de nombreux rapports de terrain et articles scientifiques.

5000€ pour planter des oliviers

Non, non, on ne vous demande pas 5000€, rassurez vous!

trees5000

On vous garantit juste que notre partenaire a bien reçu votre dernière participation au projet « Trees for Life », de plantation d’oliviers en Palestine! Et la somme est parvenue juste à temps, puisque la meilleure saison pour planter des oliviers approche.

Nous n’avions pas pour habitude de publier les reçus de vos dons mais pour la dernière, on le fait. Parce que vous nous avez posé de nombreuses questions à ce sujet, et que parfois, par manque de temps, nous répondions que l’opération de plantation s’étend sur toute l’année et que les oliviers seront plantés en une fois, en fin d’année. Puis une fois par an, nous prenions l’habitude de publier les photos de l’opération de plantation, lorsque l’association partenaire prenait le temps de nous les envoyer.

Vous nous faisiez confiance et pour cela, merci! Dans le prochain billet, nous vous montrerons qui sont les autres participants dans le monde, à cette opération de plantation d’oliviers en Palestine, durant l’année 2016, dans un rapport détaillé.

Dattes Medjoul de Palestine, impossible!

Depuis le début de notre projet, notre travail est sans cesse remis en cause à travers des soupçons infondés. « Vos produits ne sont pas de Palestine », « ils sont faux », « de vrais produits palestiniens, ça n’existent pas »… etc. Et nos dattes de Palestine n’y échappent pas.

medjoul-hand

De nombreux commerçants doutent de leur origine de part leur aspect ou son goût. Effectivement, nos dattes medjoul ne ressemblent pas à celles qu’ils proposent sur leurs étales, d’Israel en grande majorité. La datte est elle meme sait qu’elle n’est pas authentique alors elle doit forcément tirer la tronche :).

Nos dattes medjoul sont palestiniennes, et ne sont pas issues du circuit traditionnel d’approvisionnement, i.e.: produites en masse, achats en masse, congélation ou réfrigération, traitement cosmétique (nappage au glucose, nettoyage,…), MIN de Rungis, puis épiceries et grandes surfaces. Nos dattes ne sont d’ailleurs pas destinées à l’export mais au marché local palestinien! De ce fait, elles ne sont pas traitées, elles ne sont pas badigeonnées de sirop de glucose, elles ne sont pas congelées ou stockées des mois en frigo. Nos dattes sont séchées naturellement au soleil, à l’air libre,  puis stockées et vendues. De la poussière peut se coller dessus, des petites bébêtes peuvent s’y loger à l’intérieur, mais c’est la vie, « ça arrive, ce n’est pas grave ». Il arrive aussi que leur peau commence légèrement à se décoller ou que l’excès de sucre contenu dans les dattes cristallisent.

Mais elles restent extrêmement bonnes. Et ça, nos clients le savent et nous le font savoir! D’ailleurs, petite anecdote: nous avons proposé à la dégustation lors de la RAMF en avril, des dattes medjoul ayant été récoltées 18 mois auparavant en Palestine, conservées dans leur carton, au sec, des restes de la récolte 2012/2013. Les visiteurs, bien qu’ayant été avertis, n’ont pas rechigné à goûter et faire goûter leurs voisins: « je peux vous en reprendre, elle sont trop bonnes et je peux en prendre pour X ou Y, il faut qu’il goûte ça… ». Que dire dans ce cas de la dernière récolte toute fraîche :) ?

Page suivante »