Mot-clef : Planter un arbre

Abdulhakim et ses oliviers #Trees4life

Bénéficiaire du programme « Trees 4 Life », voici le récit d’un agriculteur, Abdulhakim.

abdulhakim-pfta

Abdulhakim Assa’di, un paysan d’Al Jamalah, un village situé non loin de Jénine, travaillait sur la terre familiale depuis son enfance. Pendant la ‘Nakba’, l’exode des Palestiniens en 1948, la famille d’Abdulhakim fut forcée de quitter son village (Almazar) pour se réfugier dans la région de Jénine, laissant derrière elle sa terre. Au fil des ans, Abdulhakim et sa famille ont su reprendre leurs activités agricoles dans le village d’Al Jamaleh, située à la frontière Nord de la Cisjordanie.

En 2005, la construction du mur de séparation entre la Cisjordanie et Israël a entrainé pour Abdulhakim la perte de 50% de ses terres. Accéder à sa propriété est alors devenu très difficile aussi bien pour des raisons sécuritaires que logistiques. Aussi, quand Abdulhakim a eu vent du programme « Trees for Life » via un autre paysan de son village, il était très enthousiaste. Il s’est immédiatement rendu à la PFTA  (Palestinian Fair Trade Association) et s’est inscrit au programme. Il était en effet le candidat parfait: sa terre se situe juste à côté du mur, il en a perdu la moitié au profit d’Israël, son fils est à l’université et sa terre est d’ores et déjà prête pour la plantation.

En janvier 2012, Abdulhakim plantait les 150 jeunes oliviers qu’il a reçu de la PFTA: il se rend sur sa terre tous les jours pour s’occuper de ses “nouveaux-nés”, comme il les appelle. En conduisant son vieux tracteur à travers les collines, Abdulhakim décrit son travail de la terre comme une sorte de résistance non-violente à l’occupation et un moyen de réaffirmer ses droits sur la propriété des terres, ce qui constitue un lien solide à la terre palestinienne, pour les générations encore à venir.

Traduit de l’anglais par @djouher, tiré du rapport annuel du programme « Trees for Life ».

Planter des oliviers en Cisjordanie

L’opération de plantation des oliviers en Palestine va débuter.

Nous avons reçu la dernière newsletter de l’association Muslim Hands France dans laquelle nous venons d’y lire une excellente nouvelle concernant la plantation des oliviers en Palestine.

Extrait:

MHF a lancé cette année la mise en œuvre du projet de plantation des oliviers au profit des paysans palestiniens de la Cisjordanie. Ce projet vise à offrir dans un premier temps 1000 oliviers pour un objectif total de 3000 oliviers. L’olivier est un symbole de la paix et de la solidarité servant au développement économique du territoire palestinien. Un remerciement à notre partenaire Soliv’r et à nos bénévoles pour leur forte mobilisation afin de sensibiliser le public au sujet de l’accès à l’autonomie de la population palestinienne.

C’est officiel, la plantation des oliviers est donc lancée. Nous tâcherons d’avoir de plus amples informations à vous faire partager. Ces oliviers donneront bientôt des olives et une huile d’olive des plus remarquables.

Opération « Planter un olivier en Palestine »

Notre opération Planter un olivier en Palestine arrive presque à son terme. Muslim Hands France, l’ONG à l’origine du projet, vient de nous faire part du lancement des plantations pour cet automne, plus précisément durant ce mois de Novembre. Les oliviers que nous avons pu récoltés via notre boutique , 617 oliviers en tout, seront donc tous plantés dans quelques semaines, dans la région de Jérusalem.

Il reste encore quelques certificats de plantation à faire parvenir aux derniers donateurs. Ils seront tous envoyés.

Nous vous informerons de la suite des opérations.

Crédit

Brainstorming pour un commerce vert

Chez Soliv’r, nous réfléchissons en ce moment: on dessine, on gomme, on gribouille, on re-gomme… On planche dur. Bref, on « brainstorm » quoi ;)

Nous faisons du commerce éthique, solidaire et responsable, c’est notre but premier. Le top est qu’en plus de cela, celui-ci soit certifié équitable et biologique. Mais mieux encore serait qu’il devienne écologique et respectueux de l’environnement. Pour cela, nous envisageons une compensation carbone, par le biais de plantation d’arbres. L’arbre a pour particularité d’emmagasiner le CO2 présent dans l’air et le transformer en oxygène.

Comment?

Sur la prochaine version de notre site, nous pensons mettre un outils pour comptabliser le nombre de kilomètres parcourus par nos produits, du producteur jusqu’à notre boutique, et de celle-ci jusqu’au client. Puis, par un savant calcul super complexe à deux chiffres après la virgule, nous déterminerons le nombre d’arbres qu’il faudra planter pour compenser le gaz carbonique rejeté durant le transport. C’est un premier pas vers un commerce vert. Qu’en pensez-vous?

Reste à trouver la formule gagnante pour que nous puissions rentrer dans nos frais, tout en faisant un geste pour notre environnement. D’autant que le partenaire pour compenser notre carbone est déjà tout trouvé. Suivez mon regard -> … et cliquez .

« Page précédente Page suivante »