Mot-clef : Prix

L’éthique ou l’étiquette

Le SAV, tout un métier.  Retour d’expérience…

sav

Notre précieux conseil à qui souhaite démarrer un e-commerce aujourd’hui: ayez un service après-vente à la hauteur ou gardez votre sang-froid!

Au lancement de notre boutique il y a 6 ans maintenant, l’achat sur internet était différent, occasionnel, réfléchi. Vous, clients, étiez indulgents quant au rapport qualité / prix des produits, les délais de livraison, les conditions de retour, le temps de réponse à vos sollicitations,…

Puis sont arrivés les gros sites de vente en ligne, et acheter sur internet est devenu un acte banal du quotidien. Alors vous, clients, avez changé vos habitudes. Plainte sur plainte, réclamation sur réclamation, retour de colis sur retour. Il n’y a plus de distinctions entre une e-boutique d’à peine 1 salarié et 0 prestataire, et des mastodontes de plusieurs centaines de salariés et autant de prestataires pour vous livrer dans les 24h un produit hyper-bon-marché-top-qualité-à-prix-incroyablement-cassé-avec-retour-gratuit. Les habitués des achats sur ASOS, Cdiscount, Amazon,… et autres, on les reconnait.

Mais par pitié, faites la distinction! Si nous devions arrêter notre projet, c’est en partie à cause de cela. Recevoir des email agressifs, sans aucune forme de politesse, des insultes, des réclamations répétées, etc…. cassent le moral, détruisent un petit commerce! Imaginez vous acheter une baguette chez le boulanger et revenir le lendemain lui faire rétorquer méchament, voire vulgairement que son pain n’était pas assez cuit? Auriez-vous juste le courage de le faire d’ailleurs? Non, certainement pas. Le prendrait-il bien? Non plus. Mais un email, c’est tellement facile.

Alors comprenez. Acheter une paire de basket chez Sarenza ou un t-shirt chez Asos, vous y mettez le prix, peu importe la réduction. Ce prix comprend une marge importante pour ne pas que vous ayez à payer les frais d’envois, les frais de retour, avec un service contentieux prêt à tout pour ne pas que vous laissiez un avis négatif trainé sur la toile. Nos prix comprennent à peine un salaire et les coûts d’achat des marchandises en Palestine, soit le strict minimum pour vous proposer un produit solidaire, à prix raisonnable.

On ne peut pas tout avoir. Acheter de l’éthique ou juste payer un prix sur une étiquette, faut faire un choix.

Les concernés se reconnaitront. Nous saluons et remercions tous les autres. Ceux qui prennent le temps de nous écrire leur satisfaction ou encouragement après chaque commande, et cela même si le keffieh est abîmé, même si le colis a pris 3 ou 4 jours de plus pour arriver, même si la datte n’est pas parfaite…. Ceux aussi qui achètent et qui ne disent rien mais soutiennent, par leurs achats, une recommandation, une pensée, une invocation. Merci.

Dattes medjoul soldées !

Des dattes medjoul soldées? Jamais!

dattesmedjoulsoldes

Pour ceux qui n’ont pas compris la philosophie de notre projet, nous essayons à notre petite échelle de participer à l’essor économique d’artisans palestiniens en particulier. Cela signifie que nous achetons à des prix justes des produits fabriqués en Palestine par de petits producteurs, que nous essayons de revendre à des prix justes via notre boutique en ligne.

Ainsi, lorsque les prix affichés sur la boutique vous semblent louches, trop chers, ou pas assez chers, dites vous simplement que ce sont les valeurs réelles des produits proposés. Nous ne faisons pas de marges excessives, nous ne vendons pas à perte, nous adoptons simplement le principe du commerce équitable. Cela signifie entre autre que les frais de ports ne peuvent être offerts, que des réductions ou autres promotions ne se font que très rarement et que nous devons vendre beaucoup pour pouvoir être rentable et se développer.

Si vous achetez en ligne des produits avec de gros rabais ou des frais de port proches de 0 ou offerts, posez-vous la question: mais quel est le coût réel du produit que je suis en train d’acheter?  Personne ne vous fait de cadeau. Un commerçant souhaite gagner de l’argent, pas vous en donner. Acheter un iphone à 400€, une paire de Jordan à 100€, un jean à 100€, une pizza à 13€, ça ne choque personne, mais un paquet à de dattes medjoul made in Palestine à 9€, gare à l’arnaque!

Donc Ramadan ou pas, nos dattes medjoul ne sont pas soldées, pour 500gr achetés ou 10 kg, le prix est le même, et toute l’année. Nous en profitons pour remercier tous nos clients qui achètent, toujours et encore nos produits sans rien demander en retour si ce n’est de continuer nos actions! Grâce à vous, des producteurs palestiniens continuent de vivre de leur travail! :)

Dattes medjoul bradées

Nous en parlions dans un billet rédigé pour Al-Kanz l’année dernière déjà, la datte medjoul se brade à qui le veut.

dattes-wholesale

Mais pas la datte medjoul palestinienne!!

Les coïncidences tombent parfois à pic. Au moment même où nous réceptionnions nos dattes medjoul certifiées palestiniennes, nous recevions un email d’un grossiste espagnole proposant des dattes medjoul d’israel. Le grossiste est habitué en affaire et indique directement ses prix en fonction de la quantité et du calibre commandés. Eh bien, nous ne vous mentions pas! Les dattes medjoul d’origine douteuses n’ont quasi aucune valeur. Par exemple, pour plus de 6 tonnes de dattes medjool de calibre moyen, le prix au kg est à moins de 8€. Sachez que c’est bien inférieur au prix payé sur place, en Palestine, sur le marché local, ou directement chez un producteur, pour des dattes palestiniennes!! Incroyable. Le grossiste inclue dans ce prix sa marge, ses charges et frais d’importation alors on vous laisse deviner le prix d’achat en israel. Comment un agriculteur palestinien peut il faire fasse à cette concurrence déloyale? Il n’a aucune tout simplement aucune chance.

Afficher les prix: bonne idée?

Afficher les prix?

Afficher les prix lors d’un salon , bonne idée ou pas?

Une question qui peut paraitre simple mais y répondre soulève bien des interrogations.

Tout d’abord, distinguons les deux raisons qui peuvent nous pousser à participer à un salon et d’y tenir un stand: communiquer, faire découvrir nos produits et disons le franchement, faire du chiffre!

En fonction de ce choix, quelles stratégies appliquées? Indiquer les prix au risque de faire fuir le client ou ne rien indiquer et saisir le moment où le client demande le prix pour communiquer sur le produit?

Les raisons qui nous poussent à participer aux salons et autres expositions ponctuelles est de pouvoir faire connaitre nos produits, la tradition et la culture palestinienne. Nous faisons du commerce équitable ce qui signifie créer un lien entre le producteur et le consommateur, qui n’existe pas pour un produit de grandes consommations. Ce n’est donc pas le prix qui doit attirer le client mais bel et bien le produit, son origine, son histoire.

Nous pensons que communiquer sur la qualité, l’origine, les conditions de fabrication du produit est un travail qui portera ses fruits sur du moyen et long terme. Changer les habitudes de consommation est aussi notre but. Ainsi, nous hésitons toujours à afficher les prix sur nos stands, à l’instar des brocantes dans lesquelles le badaud curieux et intrigué par un objet, le saisit, le contemple, le désire puis questionne pour connaitre le prix. Bonne ou mauvaise surprise à l’annonce du prix, le potentiel-futur acheteur ayant déjà apprécié le produit entre ses mains, aura de fortes chances d’acheter le produit, ou éventuellement négocier pour l’obtenir.

Les avantages sont bien évidement de pouvoir saisir l’occasion où le client intéressé par le produit demande le prix, pour communiquer sur le produit et convaincre l’acheteur hésitant. C’est l’instant très rare où le client est attentif et écoute présenter le produit, pour enfin donner le prix. Satisfait du prix, le client achète. Insatisfait, il repart mais conscient de l’existence de l’artisanat palestinien, du commerce éthique et solidaire. Sa conscience peut éventuellement lui faire changer d’avis ;-) pour revenir acheter!

Si maintenant notre but est de faire du chiffre, alors il faudrait afficher les prix, mais quels prix? Pour une grande majorité de consommateurs, le commerce équitable est une notion abstraite, sans réelles contraintes. Un produit reste un produit, le prix doit être le plus bas possible! Principe inapplicable pour des produits équitables. Afficher les prix est une chance de moins d’interpeller le visiteur: celui-ci regarde le prix au loin, fait les grands yeux, et s’en va! Sans avoir bien compris pourquoi l’huile d’olive de Palestine est si chère comparée à l’huile d’olive qu’il a l’habitude d’acheter au supermarché du coin!

Le consommateur est conditionné à distinguer clairement le prix, qu’il peut ainsi comparer du regard, étudier son budget, puis se laisser tenter en s’intéressant d’avantage au produit. C’est en fait la démarche inverse de la précédente… C’est le prix qui convainc et non le produit: c’est la démarche du consommateur dans sa forme la plus pure et dure! Tandis que le consommateur de produits équitables est un consommateur responsable.

Comment concilier les deux? Communiquer et faire du chiffre ( qui est le but de tout commerce, il ne faut pas l’oublier)?

Alors votre avis? Afficher ou ne pas afficher les prix?