Mot-clef : producteurs

Dattes medjoul soldées !

Des dattes medjoul soldées? Jamais!

dattesmedjoulsoldes

Pour ceux qui n’ont pas compris la philosophie de notre projet, nous essayons à notre petite échelle de participer à l’essor économique d’artisans palestiniens en particulier. Cela signifie que nous achetons à des prix justes des produits fabriqués en Palestine par de petits producteurs, que nous essayons de revendre à des prix justes via notre boutique en ligne.

Ainsi, lorsque les prix affichés sur la boutique vous semblent louches, trop chers, ou pas assez chers, dites vous simplement que ce sont les valeurs réelles des produits proposés. Nous ne faisons pas de marges excessives, nous ne vendons pas à perte, nous adoptons simplement le principe du commerce équitable. Cela signifie entre autre que les frais de ports ne peuvent être offerts, que des réductions ou autres promotions ne se font que très rarement et que nous devons vendre beaucoup pour pouvoir être rentable et se développer.

Si vous achetez en ligne des produits avec de gros rabais ou des frais de port proches de 0 ou offerts, posez-vous la question: mais quel est le coût réel du produit que je suis en train d’acheter?  Personne ne vous fait de cadeau. Un commerçant souhaite gagner de l’argent, pas vous en donner. Acheter un iphone à 400€, une paire de Jordan à 100€, un jean à 100€, une pizza à 13€, ça ne choque personne, mais un paquet à de dattes medjoul made in Palestine à 9€, gare à l’arnaque!

Donc Ramadan ou pas, nos dattes medjoul ne sont pas soldées, pour 500gr achetés ou 10 kg, le prix est le même, et toute l’année. Nous en profitons pour remercier tous nos clients qui achètent, toujours et encore nos produits sans rien demander en retour si ce n’est de continuer nos actions! Grâce à vous, des producteurs palestiniens continuent de vivre de leur travail! :)

Abu Adnan, producteur d’huile d’olive

A travers ce témoignage et d’autres qui suivront, nous vous faisons découvrir l’histoire des producteurs d’huile d’olive de Palestine, pour la coopérative Canaan Fair Trade, notre partenaire. Grâce à eux, nous avons la possibilité de vous proposer une huile d’olive palestinienne réputée, solidaire, naturelle et chargée d’histoire.

Abu Adnan Abed El Salam, producteur d’huile d’olive équitable Canaan à Faqu’a , né écologiste.

Abu Adnan ne fait pas partie d’un mouvement mondial pour la sauver la planète. Abu Adnan ne connait pas grand chose à Green Peace ou au protocole de Kyoto mais il sait exactement comment conserver sa terre saine et fertile et les terrasses qu’il construit pour la protéger font de cette parcelle de terre montagneuse un paradis visuel. Paysan depuis son enfance passé dans son village natal de Faqu’a, dans la région de Jénine, Abu Adnan, 78 ans, a construit plus de 60 terrasses, pierre par pierre.

Quand les gens lui parlent de la nouvelle tendance de l’agriculture biologique, il sourit: “Toutes nos vies, mon grand-père, mon père et moi avons planté des arbres sans n’avoir jamais utilisé aucun produit chimique. Je possède environ un millier d’oliviers et je retire toutes les mauvaises herbes avec mes mains nues. Je ne me fatigue jamais”, dit-il fièrement. Il sait pertinemment que pour 70 shekels, il pourrait acheter de l’herbicide et en une demi-journée le travail serait fait, mais dans son monde, cette pratique serait considérée comme un crime.

Munie d’une vieille faucille et de ses mains nues, Abu Adnan plie les mauvaises herbes et les met de côté pour ses moutons. “Mes moutons ne mangent que ce qui pousse sur ma terre. N’y a-t-il rien de plus magnifique que la terre?” Et si vous passiez ne serait-ce qu’une journée avec lui dans ses champs, vous comprendriez qu’il a raison. Abu Adnan et sa femme, Siham, considèrent le temps passé ensemble à travailler dans les champs comme une expérience des plus romantiques. Ils ne vont jamais au cinéma ou dans de grands restaurants, non, ils préfèrent aller cueillir du zaatar, de la sauge et des feuilles de vigne. Ils se rafraîchissent près de leur puits où Abu Adnan récupère de l’eau de pluie saine pour sa femme. Ils grignotent quelques raisins, un morceau de pain et du zaatar. Selon la saison, ils mangent du “chardon de lait” et du “sinari”, une écorce sauvage dotée d’une tige juteuse qui aide à conserver le corps hydraté lorsque l’on travaille sous le soleil.

Père de 6 enfants, Abu Adnan est fier d’annoncer que son fils ainé, Adnan, un temps ouvrier en Israël, est revenu à la terre, ainsi que sa fille et toute sa famille ont rejoint la coopérative d’huile d’olive Canaan où elles y plantent désormais des amandiers et oliviers.  Avant que Canaan ne commence à acheter ses récoltes, Abu en était venu à un point où, malgré une vie dédiée à ses arbres, il avait presque cesse de les aimer, car peu importe combien il prenait soin d’eux, il savait qu’à la fin de la récolte, il n’aurait personne à qui vendre son huile d’olive et ses olives. “Aujourd’hui, dit-il, j’ai retrouvé l’amour des arbres et j’en ai même planté de nouveaux car maintenant je sais que mon travail sera apprécié par des gens du monde entier. Ce sera ma récompense à la fin de la saison. Pourquoi pensez-vous que je passe toutes mes journées dans mes champs? Car je veux fournir à Canaan les mêmes olives que je mange à la maison sachant que les gens les achèteront et les mangeront”. Aujourd’hui, son fils et sa fille, qui ont grandi à l’odeur de la terre, au goût de l’eau de pluie du puits de leur père et à celui des olives naturelles, perpétuent la tradition familiale de cultures de produits naturels. Cela rend heureux Abu Adnan: “je m’en irai en paix car je sais que mes enfants prendront soin de ma terre”.

Le lien de Abu Adnan à la terre ne se réduit pas à prendre soin de ses oliviers. Ni lui ni sa femme ne possèdent de téléphone portable et n’ont pas besoin de montre pour leur dire quand le jour se lève et se couche. Le soleil est leur montre et quand il se lève, cela signifie que c’est l’heure d’aller travailler et quand il commence à se coucher, ils chargent leurs herbes sur le dos de leur âne et reviennent au village, promenade magnifique jusque leur maison où ils préparent un dîner copieux et se préparent pour leur prochaine journée de travail. Ils attribuent tous deux leur force et bonne santé à leur mode de vie […] et à leur croyance que rien n’est plus sacré qu’un modeste repas et une vie simple.

Merci à @djouher pour la traduction.

Témoignages de producteurs d’huile d’olive équitable

Olives envoyées pour être pressées, Jénine, Palestine

Ahmed Ibrahim Sa’ideh, Ingénieur en mécanique
Silat al-Harithiya

« Le fait que le commerce équitable nous a permis de commercialiser des produits palestiniens en Europe et en Amérique du Nord est une énorme source de fierté pour nous Palestiniens. Le commerce équitable nous a montré une nouvelle façon de faire du commerce: une économie durable, une nouvelle éthique de travail, une augmentation de la productivité. Le commerce équitable nous a fait comprendre que la Palestine est aussi en mesure de rivaliser avec les produits du monde entier sur le marché mondial. »

Sbeh Mahmoud, producteur d’olives équitables

«Depuis plus de quatre ans, nous avons vendu notre huile sans faire de profit. Le commerce équitable nous permet de vendre notre huile à un bon prix, ce qui motive les agriculteurs à prendre soin de leurs terres et de leurs oliviers. Par exemple, nous avons appris à ne plus utiliser des produits chimiques nocifs et des pesticides, ce qui non seulement améliore la qualité de nos produits – mais c’est également bon pour notre santé, nos terres et notre environnement. »

Nasser Abufarha, fondateur de Canaan Faire Trade et de Palestinian Fair Trade Association
Al Jalama / Wisconsin

« L’augmentation des revenus, que le commerce équitable a permis pour des milliers de famille, a été vital pour les petits agriculteurs en Palestine, mais le commerce équitable n’est pas qu’une question de prix. Nous avons donné aux agriculteurs de l’espoir. C’est un échange économique qui reconnaît les droits des agriculteurs palestiniens et respecte leur relation à leurs terres, après des années de marginalisation sous l’occupation israélienne ».

Jaber Sadiq Al-Kerem, producteur d’olives équitables
Jalqamus

« Le commerce équitable fut notre roue de secours face à la situation économique désastreuse dans notre pays. En participant à des ateliers et conférences, nous avons appris les techniques de l’agriculture biologique, qui nous permettent de produire sainement une huile naturelle, et nous avons ont eu accès à des outils d’extraction d’huile les plus avancés en Palestine. Cela nous a permis d’améliorer grandement la qualité de notre huile – et les principes du commerce équitable garantissent que nous recevons des prix équitables pour nos produits. »

Mahmoud Issa, producteur d’olives équitables
‘Anin

« Le commerce équitable a véritablement dynamisé le secteur de la production d’huile d’olive dans de nombreuses parties de la Cisjordanie en garantissant des prix aux agriculteurs et un salaire juste. Dans le passé, nous étions souvent obligés de vendre nos produits à perte en raison de la situation économique, mais le commerce équitable a pu rétablir la foi des petits agriculteurs dans le potentiel du secteur agricole en Palestine. En outre, nous avons pu établir une relation plus directe avec nos clients, qui sont assurés de la qualité et la pureté de l’huile que nous produisons ».

Source: http://imeu.net/

Equitable jusque dans vos assiettes

Restaunt Alambra, participe au déveleppement des producteurs palestiniens

C’est la nouvelle idée lancée: donner la possibilité aux restaurants de cuisiner palestinien, équitable et solidaire en proposant d’ajouter à leurs cartes des plats palestiniens, réalisés à partir de nos produits solidaires de Palestine.

Faire découvrir la culture et la tradition palestinienne au plus grand nombre tout en assistant les agriculteurs et producteurs palestiniens dans leur développement, c’est le défi que nous relevons aujourd’hui. Pour cela, nous pouvons compter sur le restaurant l’Alambra, à Stains, dont le gérant fut le premier a accepté notre proposition, ravi de donner un coup de pouce aux producteurs palestiniens. Fort de ce premier essai, nous nous sommes rendus ensuite au Platinium Café , à Saint-Denis, pour faire découvrir au chef cuisinier les nombreuses possibilités qu’offrent les produits palestiniens. Second succès!

Ainsi, ces deux grandes adresses s’associent à nous dans cette initiative en présentant dans leurs cartes de délicieux plats aux saveurs palestiniennes, élaborés avec nos produits de Palestine:

La première: L’Alambra, à Stains, est un restaurant gastronomique halal  qui propose une cuisine du monde et au grill dans une ambiance chaleureuse. Le chef y propose une délicieuse « Papillote de Ramallah », à l’huile d’olive de Palestine aux épices palestiniennes!

Pour s’y rendre: 93 Avenue Paul Vaillant Couturier 93240 Stains; et réserver: 01 48 22 57 10.

La seconde: Le Platinium Café, situé à Saint Denis, est un restaurant gastronomique halal également qui propose une cuisine traditionnelle française raffinée et élaborée dans un cadre moderne et agréable!

Pour s’y rendre: 253 Avenue du Président Wilson 93200 Saint Denis; et réserver: 01 58 69 55 39.

Faites y un tour, donnez nous vos impressions….

Nous complétons cet article en vous conseillant la lecture d’une interview réalisée par Al-Kanz, au sujet de cette opération: « Les papillotes de Ramallah, ou comment des entrepreneurs s’engagent« .

Page suivante »