Mot-clef : Trees for Life

Aidez-nous!

Nous vous faisions part de notre délicate situation dans le dernier billet et vos réponses ont été entendues.

aideznous

La fin de Solivr, vous n’en voulez pas!

Nous avons longuement cherché une solution dans laquelle tout le monde trouverait son compte. Nous, en remboursant nos dettes; et vous, en ayant une participation directe auprès des agriculteurs palestiniens en achetant nos produits made in Palestine. Mais quelle solution adopter ?

J’en ai trouvé une. « J’ai », moi, Fathi, et non « nous ». Le « nous » de modestie est parfois utile, pour camoufler l’égo, éviter de se montrer. Il fallait que vous sachiez qu’il n’y a réellement qu’une seule personne derrière ce projet, qui n’a plus les épaules assez larges pour le poursuivre seul, faute de temps et de moyens. Il est ainsi plus facile à comprendre certaines de nos difficultés passées (retard de colis, SAV saturé…)

Flash back…

Solivr a été long à bâtir; faute d’expérience dans le domaine du commerce équitable et de l’entrepreneuriat en général. S’il existe aujourd’hui, c’est grâce à beaucoup de volonté, des convictions fortes, mais aussi et surtout votre fidèle et solide soutien.

Aujourd’hui, j’ai besoin de vous, Solivr a besoin de vous pour continuer à vivre.  Le projet est né suite aux massacres à Gaza en 2008. S’en suivait un sentiment d’impuissance dont je refusai qu’il aboutisse à l’inaction. Alors j’ai lancé Solivr. L’idée était de pouvoir développer une activité économique pérenne, génératrice de revenus et d’emplois, sur les principes du commerce équitable. Donner du travail aux artisans palestiniens et éventuellement des emplois ici en France. Et après la Palestine, s’étendre à l’Afrique, le Moyen Orient, le Sud asiatique. Les laissés-pour-compte du commerce équitable!

Le statut d’association ayant ses limites, j’ai décidé de créer une société. L’auto entreprise, dans un premier temps, de 2008 à 2011. Les importations devenant de plus en plus importantes, je me suis tourné vers la SARL en 2011 et fait le choix d’arrêter mon travail pour m’y consacrer à plein temps en 2013. Je ne me suis salarié qu’à partir de 2015.

Durant ces années, j’ai écoulé plus de 23000 keffiehs, distribués plus de 5 tonnes de dattes Medjoul, des centaines de kg de Zaatar, des milliers de savons de Naplouse et planter pas loin de 6000 oliviers en Palestine.

Le début de la fin?

Les problèmes d’importation récurrents, notamment de keffiehs palestiniens, ont précipité la fin. La demande était très forte et difficile à satisfaire.

Nous avons une dette auprès de la fabrique de keffiehs à hauteur de 14000€. Elle parait énorme mais elle représente une commande trimestrielle de keffiehs. Comment en sommes-nous arrivés là? Nous étions en conflit avec la fabrique palestinienne après avoir rencontré de gros problèmes en important les keffiehs palestiniens. Conséquences : d’importantes amendes à payer aux douanes françaises d’un côté; la fabrique qui retarde la préparation de nos commandes de l’autre.

Nous avons exigé de la fabrique une façon de travailler rigoureuse qu’elle ne connaissait pas auparavant: factures, virements bancaires, suivis, amélioration de qualité…

J’ai fait connaitre la dernière fabrique de keffiehs en France et depuis, elle reçoit de nombreuses commandes, de petites quantités, payées en espèces ou mandat cash, de la part de particuliers ou d’associations. Ces commandes retardaient nos propres commandes. J’ai alors temporisé le paiement de ma dernière facture. Voyant que la situation ne se débloquait pas, j’ai stoppé l’importation de keffiehs. Mais pendant ce temps, je devais continuer à payer le loyer du local de Solivr, mon salaire et les charges habituelles.

Sans le keffieh, nous ne pouvions envisager une suite au projet. C’est le produit qui maintenait l’équilibre de la boutique car vendu toute l’année, contrairement aux autres produits palestiniens comme les dattes, le savon ou le zaatar. D’autant que nous avions fait le choix de proposer des produits à des prix bas, pour que chacun puisse participer au projet. C’était un risque, nous le constatons aujourd’hui. J’ai donc préféré tout arrêter, le temps de trouver une solution.

La solution!

La première étape consistait à stopper toutes les charges. Et c’est fait! J’ai cessé mon salariat depuis avril 2016 et repris un activité professionnelle. J’ai rendu mon local commercial, résilier mes abonnements. Il ne nous reste qu’un compte bancaire.

La seconde étape consiste maintenant à rembourser notre dette. Une fois revenue à 0, nous pourrions, ensemble, envisager la suite de Solivr.

Pour nous aider, nous avons pensé à un mélange entre plateforme participative et la vente en ligne.

Notre opération de plantation d’oliviers, devenu un élément phare du projet Solivr, est l’élément sur lequel axer les efforts. Il n’y a pas de frais d’expédition, ni de stocks à gérer et vous investissez directement dans l’économie palestinienne. Un olivier est une source précieuse de revenus pour un agriculteur et producteur palestinien d’huile d’olive. 

Hier, pour 23,90€ ttc, vous pouviez planter 4 oliviers en Palestine. Aujourd’hui, nous vous proposons d’acquérir un olivier pour 30€ ttc: 

– 5€ pour acheter l’olivier et le planter en Palestine, toujours dans le cadre de notre programme « Trees 4 Life »,

– 25€ pour rembourser la dette,

– 5€ de TVA.

 L’objectif à atteindre est de réussir à planter 700 oliviers .

Pari risqué?  

Grâce à vous, nous avons planté à ce jour presque 6000 oliviers en Palestine, aidant des centaines d’agriculteurs palestiniens, avec tous les bienfaits que cela implique, pour vous, pour eux. Aujourd’hui, avec toujours ce même objectif de contribuer au développement économique de petits villages palestiniens, vous aidez à sauver et pérenniser notre activité.

Il reste également quelques produits en stock, dont le freekeh, le savon de Naplouse et le sumac, que nous allons remettre en ligne avec le même principe. En toute transparence, nous indiquerons le nouveau prix et l’ancien prix.

Une fois l’objectif atteint, nous serons dans une situation stable et sereine pour envisager une suite au projet.

Prêt?

Je veux aider Solivr en plantant des oliviers en Palestine!

Trees for Life 2016 – Bilan

Nous venons de recevoir le rapport de l’opération Trees for Life 2016!

treesforlifebilan

Les oliviers ont été plantés, pour notre plus grande joie ! Cette année, la PFTA, l’association palestinienne partenaire et organisatrice du projet, a distribué 13542 arbres (quelques amandiers parmi le lot) à 250 agriculteurs, dans 20 villages différents de Cisjordanie!

Grâce à votre générosité, environ 2000 oliviers ont été financés et nous sommes la troisième organisation génératrice de dons, derriere la très importante fondation anglaise Zaytoun (UK et Canada).

250 agriculteurs, soit 250 familles, soit plusieurs milliers de palestiniens directement concernés par cette plantation! Un grand merci à tous! Les  certificats n’ont pas encore tous été envoyés aux participants et mais cela sera chose faite d’ici peu. Les oliviers ont été distribués et plantés, les agriculteurs bénéficiaires sont heureux alors nous le sommes.

Décembre 2015 – 124 oliviers à planter en Palestine

Avec un peu de retard, voici le nombre d’oliviers financés en décembre 2015.

TreesforlifeDec2015

Notre programme « Trees for Life » ne s’est pas arrêté en Novembre 2015, date du dernier bilan. Bien au contraire, il continue. Nous avons juste « oublié » de dresser le bilan de Décembre 2015, Janvier 2016 et Février 2016. Faute avouée à demi pardonnée, n’est-ce pas?

C’est avec grand plaisir que nous vous annonçons que 124 oliviers ont été financés durant ce mois Décembre. Des oliviers qui seront plantés en Janvier 2017, durant la prochaine période de plantation d’oliviers!

Au total, au cours de l’année 2015, votre participation à ce projet de plantation d’oliviers a permis de financer 1956 oliviers! Un grand bravo à tous!!

Nous attendons le rapport de la plantation de Janvier / Février 2016 que nous partagerons avec vous, ici sur le blog.

Novembre 2015 – 340 oliviers à planter en Palestine

Inutile d’attendre la COP21 pour agir pour la planète, il suffit de planter des oliviers en Palestine!

treesforlifenovembre2015

340 oliviers financés en Novembre 2015 permettront, en plus d’aider des agriculteurs palestiniens, d’aider à la préservation de notre planète. Et ce n’est pas une blague.

On l’a tous appris à l’école, les arbres consomment le CO2 que nous produisons. Or, c’est ce CO2 qui crée un effet de serre , et donc le réchauffement climatique. Alors plus il y a d’arbres, moins il y a de CO2 dans l’atmosphère. Donc plus on plante des oliviers en Palestine, mieux la planète se portera, mieux la Palestine se portera! CQFD. Et là, verser quelques larmes aurait un réel sens.  Un grand merci à tous ceux qui plantent des oliviers à nos côtés. :)

« Page précédente Page suivante »