Mot-clef : Femmes

La vie sous l’occupation israélienne !

La vie sous l’occupation israélienne :
Une double couche d’oppression pour les filles et les femmes palestiniennes!
Traduit par Solivr du site This week in Palestine
lorsqu’en 1967, les forces d’occupation israéliennes ont illégalement annexé Jérusalem-Est, le gouvernement israélien a imposé le statut de résident permanent à la population palestinienne qui vivait à Jérusalem-Est, statut qui peut être révoqué à tout moment par le ministère israélien de l’Intérieur. Cependant, pour conserver ce statut de résident et être autorisés à vivre à Jérusalem, les Palestiniens de Jérusalem doivent prouver que Jérusalem est «le centre de leur vie». Essentiellement, cela signifie qu’ils ne doivent vivre, travailler et résider qu’à l’intérieur des frontières de Jérusalem. Cette politique est conçue principalement pour changer les faits sur le terrain et transférer de force les Palestiniens afin de maintenir une majorité démographique des Israéliens juifs dans la ville. * 1
En raison de leur statut de résidence, les Palestiniens de Jérusalem jouissent de moins de droits que les citoyens israéliens et sont soumis à la discrimination de l’État israélien. Les conséquences ont des répercussions qui ont un impact particulier sur la vie des filles et des femmes dans la zone touchée, mais pour bien comprendre leur situation dans ce contexte, une compréhension de la nature complexe de la société palestinienne est essentielle. La société palestinienne reste patriarcale, régie par les traditions et fondée sur de faux stéréotypes sur les femmes, même si diverses organisations féministes et de défense des droits humains ont fait des efforts remarquables pour changer au cours des dernières décennies. La combinaison de l’occupation et de la nature patriarcale de leur société expose les femmes et les filles palestiniennes à un double péril.
Des recherches menées par le Centre des femmes pour l’aide juridique et le conseil (WCLAC) et la Clinique des droits de l’homme de l’Université de Yale ont révélé que les filles et les femmes palestiniennes à Jérusalem sont confrontées à de nombreuses restrictions et barrières et sont exposées à des violations, par exemple, en ce qui concerne leur l’accès à l’éducation. Premièrement, les filles et les femmes palestiniennes subissent des violences sur le chemin de l’école et à l’école, perpétrées par des colons israéliens et par les forces d’occupation israéliennes. Les femmes et les filles interrogées pour la recherche mentionnée ci-dessus ont explicitement déclaré que l’expérience d’une telle violence contribue à l’anxiété et aux traumatismes et a rendu difficile pour elles de se concentrer sur leurs études, les décourageant même de poursuivre leurs études.
Ce fut le cas de B.J., une mère de deux enfants de 21 ans qui a décidé d’abandonner l’école et s’est mariée tôt après avoir été témoin d’un incident catastrophique de violence commis par les forces d’occupation israéliennes. Elle explique: «En 2015, douze balles ont été tirées sur une élève de mon école alors qu’elle partait pour la journée. Elle était en onzième année, et son nom était M.B. Elle a été abattue suite à une fausse affirmation selon laquelle elle tentait de poignarder un colon. Même si elle a été blessée, elle a été condamnée à huit ans de prison. Après cela, mes parents et moi étions inquiets pour ma sécurité sur le chemin et à l’école. Au départ, mon père ne m’a pas permis d’aller à l’école pendant environ deux semaines. Ensuite, j’ai refusé d’aller à l’école et j’ai décidé que je voulais rester à la maison et ne pas terminer mes études. J’étais bientôt fiancée pour être mariée. Mes parents ont encouragé mon mariage parce que je n’avais pas fini l’école. »* 2

Deuxièmement, renforcés par des attitudes patriarcales durables, de nombreux parents ne permettent pas à leurs filles d’aller à l’école et de les garder à la maison lors d’affrontements avec les forces d’occupation israéliennes car ils estiment qu’ils doivent protéger davantage leurs filles contre la violence liée à l’occupation que leurs fils. Certains parents ont peur lorsque leurs filles sont obligées de franchir des postes de contrôle ou de passer à des endroits où les soldats pourraient les affronter. Les attitudes patriarcales sont ancrées dans la mesure où elles sont imposées non seulement par les hommes aux femmes mais aussi par les femmes aux autres femmes, comme elles sont devenues la tradition. Par exemple, dans les témoignages recueillis par le WCLAC, une mère d’Al-Issawiya a déclaré qu’elle autoriserait sa fille à obtenir un diplôme universitaire uniquement à l’Université hébraïque, car elle est située près du village d’Al-Issawiya. «Je m’inquiète pour sa sécurité, surtout lorsqu’elle fréquente les universités palestiniennes. Non seulement elle devrait traverser des points de contrôle et pourrait rentrer tard à la maison en raison du trafic intense que nous trouvons aux points de contrôle, mais aussi, j’ai peur que quelque chose puisse lui arriver lorsqu’elle franchit le point de contrôle. Je veux qu’elle obtienne de bonnes notes afin qu’elle puisse postuler à l’Université hébraïque, qui est plus proche. Là, son père peut venir la chercher avec la voiture si nécessaire », a-t-elle expliqué. Ces préoccupations restreignent les options et la liberté de choix des filles.

Des attitudes patriarcales profondément enracinées qui sont renforcées par des préoccupations liées à l’occupation affectent une autre mère de 50 ans du village d’Al-Issawiya qui dit: «Je veux que mes filles fréquentent une école près de chez nous, donc je n’ai pas à s’inquiète pour elles d’aller à l’école et de revenir. L’armée et la police d’occupation israéliennes sont partout et ouvrent parfois des postes de contrôle à l’entrée de notre village pour fouiller les personnes qui entrent et sortent. Mes filles ne seront pas en sécurité; Ce sont des filles. Je n’ai aucun problème si mes fils veulent étudier en dehors du village, mais les filles sont plus faibles que les garçons. » Ses fils ont été autorisés à aller à l’école à Beit Hanina et à étudier à l’Université de Bethléem, tous deux situés plus loin, même si elle s’est dite consciente que «les garçons sont plus à risque de subir des violences de la part des forces d’occupation israéliennes». Elle a expliqué: «Mais mes fils ne font aucun problème et évitent tout contact avec eux.» Néanmoins, elle a déclaré: «J’ai dit à ma fille de 17 ans qui veut obtenir un baccalauréat en histoire et géographie que je n’accepterai cela que si elle est admise à l’Université hébraïque. C’est plus sûr car il est plus proche d’Al-Issawiya. Les routes [vers les universités palestiniennes] ne sont pas sûres avec tous les points de contrôle. »

Ces cas ne sont cependant pas la règle car, en règle générale, l’éducation des filles et des femmes est très appréciée dans la société palestinienne et perçue comme le seul moyen pour une femme d’atteindre son indépendance financière. Cela est contraire à ce que certains segments de la société palestinienne attendent d’un homme, qui est considéré comme n’ayant pas besoin d’éducation pour accéder à l’indépendance économique. Un enseignant de l’école secondaire Al-Issawiya pour filles a exprimé ce point de vue en disant: «Un jeune homme peut simplement quitter l’école et travailler n’importe quoi pour obtenir de l’argent.» * 3

Malgré l’encouragement général des filles et des femmes à poursuivre leurs études, le mariage précoce reste une caractéristique importante de la société palestinienne. Comme l’explique D.A., un autre enseignant de l’école, «Le mariage précoce est un énorme problème. Certains élèves ne peuvent pas sortir l’idée de leur esprit. Je sens qu’ils sont assis dans la salle de classe à penser au mariage. Ce n’est pas toujours la faute de la famille. C’est exactement ce que la société attend des filles après un certain âge. »* 4

Ainsi, les pratiques liées à l’occupation et les violations qui y sont associées servent encore à ancrer les attitudes et les phénomènes misogynes dans la société palestinienne. De nombreuses femmes et filles rencontrent des obstacles lors de l’accès à l’éducation; ils sont soumis à de nombreux stratagèmes d’oppression qui comprennent des postes de contrôle, des fouilles humiliantes, du harcèlement de la part des colons et des soldats, et des heures de retard lorsqu’ils tentent d’atteindre l’école. Ces facteurs contribuent à rendre plus tentant pour eux de mettre fin à leur parcours éducatif et de rechercher un mariage précoce.

La situation est similaire en Cisjordanie, en particulier dans les zones rurales et les zones de couture. Par exemple, à Hébron, les femmes palestiniennes subissent des formes distinctes de discrimination et de souffrance en raison de leur statut croisé de femmes dans une société patriarcale et de Palestiniennes vivant sous une occupation israélienne violente. Ici, la violence de l’occupation israélienne est ressentie intensément, en raison de la division de la ville en zones notées H1 (sous le contrôle de l’Autorité palestinienne) et H2 (sous contrôle israélien, comprenant la majeure partie de l’ancien centre-ville). Au H2 en particulier, les forces d’occupation israéliennes imposent de sévères restrictions à la liberté de mouvement des Palestiniens même s’ils résident dans la région. L’imprévisibilité de la fermeture des postes de contrôle, combinée à la violence et au harcèlement subis aux postes de contrôle et dans le quartier par les soldats d’occupation et les colons, a accru l’isolement de nombreux habitants palestiniens de la région. Cela a l’impact le plus profond et le plus disproportionné sur les femmes et les filles. La perspective d’être fouillé par des soldats de sexe masculin, ainsi que l’humiliation et l’embarras qui en découlent suffisent à décourager certaines femmes et filles de quitter leur domicile et peuvent les conduire à abandonner leurs études. Par exemple, des témoignages recueillis par le WCLAC auprès de jeunes filles qui résident dans H2 ont révélé que pendant les menstruations, elles ne vont pas à l’école parce qu’elles veulent éviter l’embarras qu’elles ressentent lorsque des soldats masculins aux points de contrôle trouvent des produits sanitaires dans leurs sacs pendant les fouilles.

L’accès à l’éducation est l’un des domaines dans lesquels les femmes et les filles palestiniennes subissent deux couches d’oppression. Il est évident que tant que l’occupation existera avec les normes sociales d’une société patriarcale, elle aura un impact sur tous les aspects de la vie des femmes et des filles palestiniennes, à la fois directement et indirectement.

* Remerciements: Les faits et les conclusions de cet article sont extraits de recherches menées par le WCLAC en coopération avec la Human Rights Clinic de l’Université de Yale, qui devraient être publiées en mars 2020 sur www.wclac.org.

* 1 «Women of Jerusalem: On the Front-Line Facing Occupation», WCLAC, 22 décembre 2019, disponible sur http://www.wclac.org/Library/178/Women_of_Jerusalem_On_The_FrontLine_Facing_Occupation
* 2 Entretien avec B.J., un ancien lycéen d’Al-Issawiya (13 mai 2019).
* 3 Entretien avec M.X., enseignant à l’école secondaire Al-Issawiya pour filles (15 mai 2019).
* 4 Entretien avec D.A., professeur à l’école secondaire Al-Issawiya pour filles
(15 mai 2019).

Le Centre des femmes pour l’aide juridique et le conseil (WCLAC) est une organisation non gouvernementale palestinienne indépendante à but non lucratif qui cherche à contribuer au développement d’une société palestinienne démocratique fondée sur les principes d’égalité et de justice sociale entre les hommes et les femmes. Le centre utilise les mécanismes des Nations Unies pour tenir les parties responsables responsables du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Pendant deux décennies, le WCLAC a plaidé pour la nécessité de lutter contre la discrimination et la violence à l’égard des femmes dans la société palestinienne et de soutenir la lutte nationale pour la liberté et l’indépendance de l’occupation israélienne, car il considère ces questions comme interconnectées et d’égale importance.

En Cisjordanie, les femmes s’activent contre la pauvreté

Elham Sa'ah, directrice d'une coopérative de femmes à Ramallah, Cisjordanie.

“J’ai un rôle au sein de ma communauté”

Contre la pauvreté, les femmes palestiniennes ont un grand rôle à jouer. Leur savoir faire en broderie et confection n’étant plus à prouver, celles-ci se lancent désormais dans la création et le développement de coopératives agricoles.

Sous l’impulsion d’Oxfam, des groupes de femmes se fédèrent pour créer des activités génératrices de revenus, essentielles pour elles et leur famille.

C’est le cas en Cisjordanie, dans la région de Ramallah. Nous vous proposons le témoignage d’Elham Sa’ah, aujourd’hui directrice d’une coopérative pour la production de lait et de miel. Le miel étant une des nombreuses spécialités de la Palestine.

Extrait

Pour Elham Sa’ah, le miel est profondément lié aux souvenirs de son enfance. Petite, elle observait son père s’occuper des ruches familiale, un commerce transmis de génération en génération depuis quatre vingt ans. Elle se souvient: “Ma famille n’attendait pas de moi que je m’occuper des abeilles. Quel dommage que mon père soit mort avant de voir ça. Je pense qu’il aurait été heureux et surpris du changement. »

Elham Sa’ah rigole en pensant à la première réaction de son mari. « Ma famille me prenait pour une folle et pensait que les abeilles me piqueraient! Au début mon mari se moquait de moi quand je partais pour la formation. Avant, les hommes étaient très fort mais aujourd’hui, c’est nous qui leur disons ce qu’ils doivent faire ! »

Pour lire l’article complet: cliquez.

Aleesa et les savons de Bethléem

Savon de Bethléem,fabriqué par la coopérative Aleesa.

La coopérative Aseela, située près de Bethléem, est composée de 15 femmes venant de toute la région : des camps de réfugiés de Dheisheh, Aida, Azhar mais aussi de Beit Sahour, de la ville de Bethléem. Elle a été fondée en 2004 pour combattre le manque de ressources des familles vivant dans les camps de réfugiés, aider les femmes palestiniennes à améliorer leur situation et leur permettre d’acquérir des savoir-faire et connaissances.
Il s’agit également de promouvoir à travers le monde les produits traditionnels palestiniens et de construire un réseau solidaire qui diffuse l’information sur la situation en Palestine et défende les droits des palestiniens.

La coopérative Aseela a élaboré des produits de grande qualité. En Palestine, sur les rives est de la Méditerranée, on cultive des olives avec les mêmes méthodes traditionnelles depuis plus de quatre millénaires. L’utilisation de produits disponibles en abondance tels que l’huile d’olive, les fleurs, les épices et les herbes à la fois dans la nourriture, les soins pour le corps et la médecine fait partie intégrante des traditions culturelles palestiniennes telles qu’elles sont toujours pratiquées aujourd’hui. L’huile d’olive provient de fermiers de Qalqilya, de Salfit et de Naplouse. C’est une huile d’olive de qualité, pressée a froid.

Les savons naturels Aseela à l’huile d’olive sont biologiques et fabriqués entièrement à la main, reflétant intégralement les façons de faire palestiniennes à la fois par leur aspect, leur texture et leur fonction.

La coopérative manque encore de débouchés afin de vendre assez de savons et dégager des bénéfices. Les femmes de la coopérative qui le peuvent ont donc un autre emploi. Un des objectifs de la coopérative est également d’acquérir les connaissances pour pouvoir extraire les huiles essentielles de plantes et les mélanger aux savons.

Les savons sont vendus sur le marche local, au Japon, aux USA et aujourd’hui dans notre boutique en France.

Méthode de fabrication

La veille de la fabrication des savons, l’huile est mélangée à la soude caustique et l’eau. La fabrication commence le matin avec une cuisson de 2/3 heures. L’excès de soude et d’eau est éliminé et les savons, encore mous, sont placés dans des moules durant 4 ou 5 heures pour sécher. Ils sont ensuite découpés le jour même (le lendemain ils seraient trop durs) et mis sur des grilles pour finir de sécher.
Une fois le séchage terminé, ils sont polis à la main.

Pour acheter les savons de Bethléem fabriqués par cette coopérative, il suffit de vous rendre dans notre boutique, à la rubrique Bien-être.

Page suivante »