Esprit de Noël à Bethléem Par: Muna Nassar

Décoration de l’arbre de Noël de Bethléem. Photo par Elias Halabi.

Venez, tous fidèles
Joyeux et triomphants,
Venez, venez à Bethléem.

Pour ceux qui ont grandis à Bethléem, on attendait décembre, avec beaucoup de parents et d’amis avec impatience. Le mois de décembre est et sera toujours le dimanche des mois, la crème de la crème, la Suisse à la fin du XXe siècle comme définition du laxisme et du faste. Décembre est la touche de velours, décembre est le week-end et décembre est la star au sommet du sapin de Noël.

Les gens du monde entier ont tendance à se rendre à Bethléem en décembre, lieu où tout a commencé. En tant qu’enfant vivant à Bethléem, les traditions de Noël riches et centenaires étaient et sont partout autour de nous. Il y avait la décoration dans toute la ville ou les vacances d’un mois que nous avions à l’école, car à Bethléem, Noël ne vient pas seulement une fois, ni deux fois, mais trois fois depuis la célébration de la Noël catholique le 25 décembre. Noël orthodoxe le 7 janvier et Noël arménien le 19 janvier. De nombreuses années ont passé et, en tant qu’adulte qui travaille, je n’ai pas l’occasion de prendre un mois de congé, mais je me souviens toujours de ces jours avec une tendresse qui me laisse avec des sentiments profonds de gratitude et de joie. Je me souviens clairement de Noël alors que je grandissais. C’était le mois de la joie pure: la joie de manger les délicieux biscuits de Noël alléchants que ma mère préparerait, la joie d’acheter de nouveaux vêtements pour le jour de Noël, la joie d’attendre les cadeaux du Père Noël – bien qu’après l’âge de sept ans, intelligent et impertinent, Muna savait que le père Noël n’est pas réel, qu’il est l’un de mes cousins ​​aînés vêtu d’un costume de père Noël rouge et portant une barbe blanche ressemblant à un faux, juste pour nous duper. Je savais peut-être que le Père Noël qui nous rendait visite chaque année n’était pas réel, ou j’espérais peut-être que le véritable Père Noël ne pourrait pas se rendre dans la partie occupée du monde, la Palestine, qui est troublée et occupée.

Photo par Elias Halabi

La période précédant Noël est la période la plus occupée de l’année, à Bethléem et dans le monde. De nombreux magasins prolongent leurs heures d’ouverture, des milliers de calories sont brûlées en prévision des fêtes de Noël – mais pourrais-je dire qu’elles ont été récupérées pendant les fêtes de Noël – en particulier à Bethléem, où Noël est célébré de la manière la plus palestinienne, à travers la nourriture. Les familles, les amis et les proches ont tendance à se rendre visite à Noël et les jours suivants. et quel autre moyen, meilleur ou plus satisfaisant, existe-t-il de passer un bon moment que d’associer une bonne ambiance de Noël à de délicieux plats de Noël. Les visites de vœux de Noël sont accompagnées de la célèbre hospitalité et de la générosité séculaires des Palestiniens.

Ce qui est unique à Bethléem, et ce qui distingue Bethléem d’autres endroits du monde, c’est non seulement le fait que Jésus est né dans cette petite ville, mais aussi l’authenticité et l’originalité que Bethléem tend à avoir à Noël. Comme Noël à Bethléem n’est pas seulement une fête religieuse, c’est aussi une fête sociale. Les Bethelehmites ont tendance à le célébrer ensemble, que ce soit en marchant dans Star Street pour assister aux festivités qui accueillent le patriarche, les éclaireurs jouant dans la rue comme ils l’accueillent; en regardant les petits enfants tenant des ballons; ou en assistant à la messe de minuit qui a lieu la veille de Noël, toutes les personnes habillées sous leur meilleur dimanche pour la célébration de la fête. Venez donc profiter de l’authenticité et de l’originalité de Bethléem.

Bethléem en décembre est la muse d’un artiste qui attend depuis un certain temps de s’inspirer. Bethléem en décembre est votre repas maison préféré, préparé par votre mère. C’est un derviche qui danse et tourbillonne, divertissant tout le monde autour de lui et ravissant les yeux. Bethléem est à la fois un régal pour les yeux et un aliment pour une âme douloureuse qui aspire depuis longtemps à être libérée. Bethléem est l’orchestre qui joue le Lac des cygnes de Tchaïkovski en totale harmonie et avec une perfection absolue. Les lumières de Bethléem vont vous inspirer. Bethléem vous fera sentir au chaud comme les conséquences de boire Gluhwein. La ville est un gala de lumières colorées qui brille d’amour, d’espoir et de spiritualité.

Une procession de Noël traditionnelle avec des cornemuseurs jouant pour accueillir un patriarche.

Noël ne serait pas complet sans un arbre. L’arbre de Noël de Bethléem est placé sur la place de la mangeoire. Des centaines de Palestiniens et de pèlerins se rassemblent sur la place pour célébrer le début des célébrations de Noël. L’événement, qui illumine les arbres, accueille un certain nombre de représentants palestiniens et d’éminents invités. Il est largement diffusé, car c’est le coup d’envoi de la saison de Noël. L’allumage de l’arbre ressemble au jour du couronnement de Bethléem, alors que tout le monde se réunit sur la place de la Nativité pour regarder Bethléem porter sa couronne colorée et lumineuse. Une fois l’arbre de Noël allumé, Bethléem devient la reine qui vient de porter sa couronne lumineuse et colorée qui brille à des kilomètres de distance. L’ambiance de joie et de bonheur se répand rapidement parmi les cueilleurs. Si vous êtes mécontent parce que pour de nombreuses personnes dans le monde, le sapin de Noël semble caractériser et dominer Noël – des sapins somptueux et volumineux décorés avec les derniers ornements les plus extravagants – vous serez heureux de venir à Bethléem. Pour nous, Palestiniens, Noël est représenté par la modeste petite grotte dans laquelle Jésus est né. Si Noël autour du monde est la lumière, les décorations, les cadeaux – à Bethléem, Noël est sans prétention, Noël est modeste et Noël est authentique.

Le cadre unique des activités de Noël à Bethléem est un autre élément riche à la fois sur le plan historique et culturel. Située dans la partie historique de Bethléem, juste en face de l’église de la Nativité, la place du mangeoire est la place principale de toutes les célébrations de Noël. À partir de début décembre, elle accueille le marché de Noël qui a lieu chaque saison de Noël et constitue un endroit idéal pour trouver des cadeaux magnifiques et uniques. Le marché propose un large éventail de produits d’art et d’artisanat: broderies et bijoux faits à la main par des Palestiniens, artisanat en bois d’olivier et en nacre – anciennes professions de Bethléemites – ainsi qu’une grande variété de friandises de Noël traditionnelles: spécialités locales et délices gastronomiques spéciaux. pour la table de dîner de Noël. L’événement attire des centaines de visiteurs qui viennent errer dans les vieilles rues étroites de Bethléem. Comme la place du Mangeoire est située à seulement quelques minutes de la rue de l’Etoile, flâner sur ce site unique classé au patrimoine mondial et observer le magnifique style architectural de ses bâtiments peuvent être très amusants et constituent certainement une expérience unique strictement palestinienne.

♦ Je ne crois pas à la lumière au bout du tunnel; Je crois que nous portons la lumière en nous et qu’elle nous guidera à travers les ténèbres des allées.

Ayez vous même un joyeux petit Noël, Que votre cœur soit léger!
À partir de maintenant, vos ennuis seront hors de vue.

Rue de l’Etoile à Bethléem

Un chant de Noël important et ancien souligne l’espoir que nous devrions en avoir dans nos cœurs et nos esprits, quels que soient notre religion ou nos antécédents. Noël est le temps pour nos cœurs d’être légers et sans problèmes. Par conséquent, nous aurons l’espoir en nous de nous guider à travers l’obscurité des allées, un espoir qui nous inspirera à avoir de l’amour et de la compassion dans nos cœurs même si nous vivons dans des conditions difficiles qui ne pourraient générer que de la haine et malgré l’autre . Mais nous aurons foi dans nos cœurs et nos esprits; nous aurons de l’amour et de la compassion. Pour nous Palestiniens, l’espoir est crucial pour nos vies. Il peut sembler difficile, voire impossible d’espérer dans nos cœurs alors que nous subissons chaque jour des injustices et des pratiques inhumaines. Cependant, il y a des choses qui ne peuvent être vues que par un œil qui pleure et une âme qui fait mal. L’espoir, l’amour et la foi sont essentiels et indispensables aux personnes nées sans, aux personnes qui doivent souffrir chaque jour pour survivre dans un monde dur et injuste où rien ne peut être pris pour acquis mais qui doit être gagné par la sueur. , sang innocent et grands sacrifices. Bien que la vie actuelle ne semble pas être humaine, nous, Palestiniens, luttons pour un monde juste et humain. Nous vivons maintenant dans les âges sombres, mais nous atteindrons bientôt la lumière au bout du tunnel et nous aurons notre propre renaissance. Chaque jour est une preuve que la lumière a vaincu les ténèbres; chaque lever de soleil est une preuve d’espoir et de nouveaux commencements. Il est vrai que chaque aube est une histoire de la lutte entre l’obscurité et la lumière. Mais sans l’obscurité, nous n’aurions pas pu être témoins, ni même connaître le sens de la lumière et du nouveau départ.

Décembre est le mois le plus éclairé, littéralement et métaphoriquement, valsant toute l’année. Décembre est la lumière des mois et des mois où nous éclairons nos sentiments et nos souhaits, dans l’espoir d’une année meilleure. C’est un moment merveilleux de l’année! Ce n’est peut-être pas toujours parfait, mais si Noël peut nous amener à aimer et à espérer un avenir meilleur, nous aurons toujours de l’espoir et nous ne vivrons jamais sans.

♦ “Je ne crains pas que la bougie allumée en Palestine, il y a des années, soit éteinte.” Dean William Inge, 1860-1954.

Muna Nassar est une traductrice indépendante, écrivain et passionnée de lecture. Elle passe son temps libre à lire, à écouter de la musique classique et à rêver d’un avenir meilleur. Elle est impliquée dans le domaine culturel à Bethléem, a travaillé au Centre pour la préservation du patrimoine culturel (CCHP) et travaille actuellement avec Kairos Palestine.

Article traduit de l’anglais du site This Week In Palestine

Où aller? Promenez-vous dans les souks de la vieille ville de Jérusalem

Par: avec l’aimable autorisation de VisitPalestine.ps traduit de l’anglais par Solivr du site This Week in Palestine

Jérusalem, ville sacrée et commerçante, a toujours été réputée pour ses marchés (souks). Les souks sont les assemblées de petits magasins qui suivent les ruelles de la vieille ville ou sont installés aux carrefours. Dans le passé, sur ces marchés, la spécialisation professionnelle était la règle qui obligeait les marchands du même métier à se regrouper dans des quartiers particuliers de la ville. Cette pratique a conduit à la désignation de marchés spécifiques en fonction de différentes catégories, et les noms sont généralement visibles au-dessus ou à côté de leurs entrées.

Une promenade dans les marchés de Jérusalem est une incroyable expérience de parfums, de goûts, de curiosités et de sons. Les rues et les ruelles étroites sont remplies de boutiques qui vendent divers types d’artisanat artisanal traditionnel, de vêtements, de céramiques ou d’articles de verre pour tous les goûts et tous les budgets. De nombreux petits restaurants et stands proposent des plats délicieux, des jus de fruits frais, du café fraîchement moulu ou des friandises du Moyen-Orient.

Juste derrière la porte de Damas se trouve l’une des rues commerçantes les plus animées et colorées de la vieille ville – Souq Khan al-Zeit (Caravansérail de l’huile), qui mène à la Via Dolorosa et au quartier de l’église du Saint-Sépulcre. Bien que l’on dise que les principaux marchés de Jérusalem sont situés dans cette zone depuis l’époque romaine, la plupart des magasins que nous pouvons voir maintenant ont été construits à l’époque mamelouke. La première partie de ce souk est découverte mais, plus bas, on peut voir son toit en pierre composé d’une succession de linteaux à voûtes croisées, au milieu desquels se trouvent de grandes ouvertures laissant entrer l’air et la lumière.

Le nom de Souq Khan al-Zeit indique qu’il était jadis célèbre pour ses magasins vendant de l’huile d’olive et ses usines de fabrication de savon. Aujourd’hui, cependant, les magasins contiennent une grande variété de produits. La rue animée regorge de confiseries et de magasins de noix, de souvenirs, de falafels et de kiosques à légumes, de boucheries et de restaurants.

Juste derrière le Saint-Sépulcre (côté sud) se trouve l’un des marchés les plus récemment établis de Jérusalem. Le souk Aftimos et le al-Dabbagha (le marché des tanneurs) ont été créés au début du XXe siècle par le patriarcat grec orthodoxe. Aujourd’hui, cette rue animée compte de nombreux magasins vendant des articles en cuir et de beaux souvenirs de Jérusalem. Les restaurants traditionnels abondent, proposant des repas sur le toit avec une vue imprenable sur la vieille ville environnante.

Au milieu de la vieille ville de Jérusalem, se trouve un complexe de trois souks adjacents, dont la forme actuelle remonte aux périodes mamelouke et ottomane. Ces trois rues sont couvertes de voûtes voûtées ouvertes au centre. La rue du milieu s’appelle Souq al-Attarin, spécialisée jusqu’à récemment dans les parfums et les épices orientaux. Actuellement, cependant, il n’ya que quelques boutiques le long du souk qui ont gardé cette vieille tradition. À l’ouest se trouve Suq al-Lahhamin (marché des bouchers), qui comprend un grand nombre de magasins vendant de la viande et des légumes. Récemment, le souk a été désigné sous le nom de Souk al-Nahhasin (le marché des chaudronniers), où des articles traditionnels en cuivre fabriqués à la main étaient vendus. La partie orientale du complexe était autrefois un marché d’orfèvrerie connu sous le nom de Souk al-Khawajat. À l’heure actuelle, seule la partie sud de la rue est ouverte, où les marchands vendent principalement des tapis et des textiles.

Enfin, on atteint le souk al-Qattanin (le marché du coton), qui conduit à l’une des entrées occidentales du complexe Al-Haram al-Sharif ou du complexe du sanctuaire Noble. Son nom remonte au XVe siècle, époque à laquelle il était connu pour vendre du coton et ses dérivés. La région est accessible en suivant la rue Al-Wad depuis la porte de Damas. Les magasins bordent les deux côtés de la grande rue. La partie centrale du marché contient un caravansérail mamluk appelé Khan Tankaz, qui contient deux hammams (bains publics) joliment restaurés et accessibles aux visiteurs. L’auberge a été créée au XIVe siècle pour accueillir des mystiques et des pèlerins désirant un hébergement à proximité du Haram. Au bout du souk se trouve un beau portail menant à la mosquée Al-Aqsa et au Dôme du Rocher. La porte n’est praticable que pour les musulmans. Les visiteurs non-musulmans peuvent accéder à la zone du Haram depuis la porte du Mughrabi (marocain).

Pour en savoir plus sur Jérusalem, visitez notre site Web à l’adresse www.visitpalestine.ps ou contactez le centre d’information Visit Palestine de Bethléem à l’adresse info@visitpalestine.ps ou au (02) 277-1992.

Où aller? Taybeh, la maison de la bonté

Traduit de l’anglais du site This week in Palestine

Douze kilomètres au nord-est de Ramallah, Taybeh compte environ 1 500 habitants. De son emplacement sur une colline rocheuse de 869 mètres, le village surplombe la nature sauvage, la dépression de la vallée du Jourdain, Jéricho et la mer Morte.

L’histoire de Taybeh remonte à plus de 5 000 ans, à l’époque de sa colonisation par les Cananéens. La Bible hébraïque appelle l’endroit Ophrah; cependant, à l’époque de Christ, l’endroit était déjà connu sous le nom d’Aphram, qui est censé être son nom cananéen original. Selon l’évangéliste Jean (11:54), Jésus y aurait trouvé refuge après avoir accompli le miracle de ressusciter Lazare.

Les croisés ont fortifié Aphram avec le château de St. Elias. On croit que la forteresse a été attaquée en 1187 par Saladin, qui avait son campement à Tell Al Assur, un point élevé qui dominait la région. Saladin est également considéré comme la personne qui a changé le nom du village en Taybeh. La légende locale dit que le chef a été affecté par la gentillesse et la bonté des habitants d’Aphram. Le nom, cependant, ressemblait beaucoup à «afra», ce qui a un sens négatif, «plein de poussière». Saladin pensait que le nom du village contredisait le caractère de ses habitants. À partir de ce jour, le village s’appelait Taybeh (bonté).

Taybeh vaut vraiment le détour!

Les habitants de Taybeh appartiennent à trois confessions chrétiennes: latine (catholique romaine), grecque orthodoxe et melkite (grecque catholique). Toutes les communautés célèbrent Noël selon le calendrier occidental, le 25 décembre, et Pâques est célébrée ensemble selon le calendrier oriental. Chaque dénomination a sa propre église dans le village, qui est généralement ouverte pour les offices du dimanche matin.

Il y a aussi une quatrième église… ou plus précisément, ses ruines. Le bâtiment byzantin de premier plan connu sous le nom de Al-Khader (ou Saint George) est situé à l’est de la ville. Les visiteurs peuvent toujours voir deux chapelles: un portique d’entrée, un escalier et un baptistère cruciforme bien conservé.

Un autre site intéressant est la maison de 250 ans qui se trouve dans la cour de l’église latine. La maison a été habitée jusqu’en 1974. Elle est connue sous le nom de maison palestinienne ou maison de parabole, car son mobilier domestique et agricole illustre le contexte de nombreuses paraboles bibliques et offre une configuration possible de la grotte de la Nativité à Bethléem. L’ancienne structure dispose de chambres sur trois niveaux pour accueillir la famille, les grands animaux et les animaux plus petits.

Taybeh est devenue célèbre pour abriter la première brasserie palestinienne, Taybeh Brewing Company. Depuis 2005, la ville a pris de l’importance chaque année en septembre / octobre, en accueillant la fête annuelle de la bière, qui attire de nombreux visiteurs locaux et internationaux. L’événement vise à promouvoir non seulement la célèbre bière, mais tous les produits locaux fabriqués dans le village. Cette année, le festival aura lieu les 24 et 25 septembre et comprendra divers spectacles de musique et de danse, ainsi qu’un large choix de plats locaux.

Découvrez d’autres destinations intéressantes sur www.visitpalestine.ps. Pour plus d’informations, contactez le Centre d’information de la Palestine à Bethléem à l’adresse info@visitpalestine.ps ou appelez le (02) 277-1992.

Villes, peuple et identité Patrimoine culturel inclusif

Par Ahmad Junaid Sorosh-Wali et Mohammad Abu Hammad Traduit du site This week in Palestine

Le patrimoine culturel, dans ses manifestations diverses qui vont des monuments historiques aux tissus urbains en passant par les pratiques traditionnelles et les musées, enrichit notre quotidien de différentes manières. Dans les villes, le patrimoine urbain incarne la fierté et le sentiment d’appartenance des citoyens, nourrit le sens de l’identité, favorise la cohésion sociale et peut favoriser l’ouverture et l’inclusion. En Palestine, comme dans le reste du monde, 75 pour cent de la population vit en zone urbaine Comme les villes sont devenues le foyer de la majorité de la population, l’UNESCO a fait les centrales à sa mission et a adopté des conventions culturelles qui ont tous La préservation du patrimoine urbain en tant qu’espace commun et inclusif dans lequel les citoyens ont la possibilité de choisir et d’exercer leur liberté est particulièrement nécessaire en Palestine, dans la mesure où elle renforce le sentiment d’identité auquel défis croissants résultant de l’occupation et de la mondialisation. Un patrimoine urbain inclusif et correctement préservé est un moyen puissant de transmettre l’identité nationale palestinienne aux générations futures.

Les zones urbaines en Palestine sont riches en atouts patrimoniaux. Les centres historiques de villes telles que Jérusalem, Naplouse, Hébron et Bethléem, ainsi que les nombreux sites archéologiques urbains que l’on trouve à proximité et le paysage culturel associé offrent des expériences uniques et variées pour les habitants et les visiteurs. Il est primordial de révéler le potentiel de tous ces endroits pour aider à construire une société inclusive dotée d’une identité forte et respectueuse de la diversité culturelle. Cela commence par garantir l’accès et implique en outre que la compréhension et la jouissance du patrimoine doivent être encouragées parmi tous les groupes sociaux, y compris les femmes, les hommes, les garçons et les filles, sur la base de l’égalité et de la liberté.

Le bureau national de l’UNESCO pour la Palestine, par le biais de son programme Culture et conformément aux objectifs de développement durable des Nations Unies, promeut l’inclusivité du patrimoine culturel en Palestine. Le patrimoine urbain dans les villes et agglomérations palestiniennes est le théâtre d’une expérience réussie à cet égard, en dépit de sa superficie relativement réduite dans les villes palestiniennes en expansion. Le patrimoine urbain peut offrir des lieux de créativité et répondre aux aspirations des personnes à vivre une expérience de vie distincte, car il est construit à une échelle humaine qui permet la promenade, l’interconnexion et des utilisations mixtes, et a la capacité de fournir des services dans des espaces extérieurs attrayants. En outre, les lieux patrimoniaux urbains sont des centres d’activités économiques pour les industries créatives et l’artisanat, générant des emplois grâce à des productions culturelles telles que le verre, la céramique et la poterie à Hébron, des artefacts en bois d’olivier et en nacre à Bethléem, ainsi que du savon et des friandises à Naplouse.

Vue panoramique de la veille ville de Naplouse
Photo de Junaid-Sorosh-Wali

L’expérience acquise par l’UNESCO en Palestine, acquise grâce à de nombreux types de projets relatifs au patrimoine culturel, révèle le rôle que le patrimoine urbain palestinien peut jouer dans l’application d’une société et d’une identité intégratrices dans les villes. L’UNESCO a récemment collaboré étroitement avec le gouvernement palestinien pour élaborer deux plans de conservation et de gestion des sites du patrimoine mondial «Lieu de naissance de Jésus: église de la Nativité et route du pèlerinage, Bethléem» et «Palestine: pays des oliviers et des vignes – Paysage culturel de Jérusalem méridionale, Battir. »Iii L’objectif de ces plans étant de fournir une gestion efficace des sites pour une utilisation durable, l’UNESCO a appelé à la mise au point de systèmes de gestion axés sur la population, englobant les connaissances et le savoir-faire du libre accès et utilisation des lieux patrimoniaux, et sécuriser leur conservation et leur transmission aux générations futures.

La poterie palestinienne se présente sous des formes et des motifs traditionnels et nouveaux.
Boite en nacre.
Le savon est empilé dans des tours délicates pour sécher.

Parmi les 13 sites figurant sur la liste indicative de la Palestine, la vieille ville de Naplouse et Sebastiya figurent parmi les 13 exemples figurant sur la liste indicative de la Palestine. Cette liste comprend les biens que la Palestine considère comme prioritaires. future proposition d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial. À la demande du gouvernement palestinien, l’UNESCO a fourni un appui technique en s’attaquant aux problèmes de développement urbain des sites archéologiques de l’hippodrome et de l’amphithéâtre romains, situés à proximité de la vieille ville de Naplouse et faisant partie intégrante du site la liste indicative de la Palestine en tant que «vieille ville de Naplouse et ses environs». v Un programme de développement urbain a été proposé par des promoteurs privés sur le site archéologique sans prendre en compte la valeur culturelle incontestable du site et son importance pour les habitants et l’identité de la ville. Bien qu’elles soient situées sur des propriétés privées et sans porter atteinte aux droits de leurs propriétaires, l’UNESCO a appelé le gouvernement palestinien à préserver le site en raison de ses valeurs patrimoniales uniques, en proposant de le transformer en un parc archéologique accessible à tous. Un site patrimonial au cœur de la ville peut jouer un rôle important dans l’éducation des jeunes et dans la promotion de l’inclusion sociale en organisant des réunions publiques et diverses activités communautaires.

L’UNESCO s’emploie activement à préserver le patrimoine culturel palestinien afin de créer un sentiment d’identité fort parmi les générations actuelles et futures et de créer des espaces publics propices à la cohésion sociale, fondés sur le principe de l’inclusion.

Même lorsque les sites sont dans un état dégradé, l’attention appropriée de la population et des autorités peut transformer le patrimoine urbain en lieux publics contribuant à compenser le manque d’espaces urbains inclusifs dans les villes palestiniennes d’aujourd’hui. L’UNESCO s’est rendu compte de cela en 2014 dans la région de Naplouse, lorsque le site archéologique abandonné de Tell Balata, vi identifié avec l’ancien Sichem et renfermant des vestiges uniques des âges du bronze moyen et tardif – datant d’environ 2000 à 1100 avant JC – a été transformé en site archéologique. parc qui fournit des explications et un contexte historique et dispose d’un centre des visiteurs. Construit après des recherches approfondies en matière de conservation et avec une gestion appropriée, le site a permis à la communauté locale de renouer avec le site, encourageant les individus et les groupes à interagir et à mieux comprendre le rôle important du site et du patrimoine culturel dans leur vie.

Le village de Battir. Photo par Inas Deeb.

Il en va de même pour le Forum romain de Sebastiya, qui est un espace ouvert qui attend la possibilité de reconquérir son ancien rôle central en tant qu’espace de rencontre et de lieu de négociations sociales. Le gouvernement palestinien est en train de mettre en œuvre un programme optimiste qui vise à régénérer la ville historique de Sebastiya et des villages environnants, et examine ainsi les potentiels d’un tel espace. L’UNESCO, tout en soutenant cette initiative, conseille au gouvernement palestinien sur les moyens appropriés d’appliquer des interventions physiques au forum sans porter atteinte à ses valeurs. Les principes directeurs, développés par l’UNESCO et approuvés par le gouvernement palestinien, ont été partagés avec l’architecte concepteur du projet. Ils soulignent les principes fondamentaux de la création d’un espace patrimonial commun accessible à tous les groupes sociaux sur la base de l’égalité, tout en répondant aux besoins de développement économique local.

Site archéologique de Sebastya (basilique et forum).
Photo avec l’aimable autorisation de Palestine Image Bank.

Le patrimoine urbain palestinien constituant une part importante de l’identité des villes et des peuples, les exigences en matière de préservation se multiplient de jour en jour. Les besoins socio-économiques, les pressions urbaines et la négligence, s’ils se maintiennent au rythme actuel, priveront cet héritage de ses valeurs fortes et attractives. La préservation du patrimoine urbain inclusif ne protégera pas seulement ses actifs physiques, elle transmettra également son esprit sous forme de diversité et de traits pluralistes aux générations futures, transmettant ainsi une identité intacte.

Parc archéologique de Tel Balata (au centre de l’image) Naplouse. Photo par le Dr Gerrit.

ONU Habitat: https://unhabitat.org/books/first-state-of-palestine-cities-report-recommends-national-urbanization-policy/.
ii La Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé de 1954 avec un règlement d’exécution de la Convention (adhésion le 22 mars 2012); le Protocole de 1954 à la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé (adhésion le 22 mars 2012); la Convention de 1970 sur les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites de biens culturels (ratification le 22 mars 2012); la Convention de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (ratification le 8 décembre 2011); le Deuxième Protocole à la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, 26 mars 1999 (adhésion le 22 mars 2012); la Convention de 2001 sur la protection du patrimoine culturel subaquatique (ratification le 8 décembre 2011); la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (Ratification le 8 décembre 2011); la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (ratification le 8 décembre 2011).
iii Palestine: biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial (3), UNESCO, disponibles à l’adresse https://whc.unesco.org/fr/statesparties/ps.
iv Disponible à l’adresse https://whc.unesco.org/fr/tentativelists/state=ps.
v Liste indicative: «La vieille ville de Naplouse et ses environs», UNESCO, disponible à l’adresse http://whc.unesco.org/fr/tentativelists/5714/.
vi Pour plus d’informations sur le projet et l’historique du site du parc archéologique de Tel Balata, consulter les adresses suivantes: https://www.youtube.com/watch?v=TB4vaRrHk38 et https://www.youtube.com/watch?v=2n_dbYJTxH0.

Ahmad Junaid Sorosh-Wali est à la tête de l’Unité Culture et spécialiste du programme Culture au Bureau de l’UNESCO à Ramallah. Il a travaillé pour l’UNESCO depuis 2003, d’abord à la Section du patrimoine matériel jusqu’en 2005, puis au Centre du patrimoine mondial en tant que point focal pour l’Europe occidentale, nordique, balte et sud-est de la Méditerranée avant de rejoindre le Bureau de l’UNESCO à Ramallah. M. Sorosh-Wali est titulaire d’une maîtrise en architecture et d’une autre en conservation du patrimoine.

Mohammad Abu Hammad est architecte et urbaniste. Il est titulaire d’un baccalauréat en architecture de l’université Birzeit et d’une maîtrise en études urbaines (4CITIES en études urbaines) de la Vrije Universiteit Brussel. Il a 13 ans d’expérience dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme et du patrimoine culturel en Palestine. Il travaille actuellement en tant que coordinateur de projet à l’unité culture du bureau de l’UNESCO à Ramallah.

Changements et transformation Les familles arabes dans les territoires de 1948 Par: Baker Awawdy

La communauté arabo-palestinienne des territoires de 1948 représente 17,3% de la population d’Israël, à l’exclusion de la population de Jérusalem et du plateau du Golan. On estime à près de 1,5 million le nombre de personnes, dont plus de 300 000 familles, dont près de 51% vivent dans le nord d’Israël et en Galilée * 1.

Tableau de Nabil Anani intitulé Famille Al-Raffoul 1943, 2014.
Acrylique sur toile, 115 x 122 cm.
Photo fournie par la Galerie Zawyeh, Ramallah.

Quiconque surveille de près les développements de la famille arabe en Israël constatera que des changements majeurs sont en train de se produire, résultant principalement d’influences technologiques, économiques, scientifiques et même politiques. Lorsque le modèle de la famille nucléaire moderne est devenu dominant, il a remplacé la famille élargie, qui a ainsi perdu une partie de sa centralité historique. Il ne fait aucun doute que les influences mondiales modernes, telles que l’individualisme croissant et la démocratisation au sein de la famille, ont modifié les rôles historiques et traditionnels des pères et des mères, et les changements dans les modèles qui régissent les relations entre parents et enfants ont également modifié la structure de la société. famille à la fois en forme et en substance. Ces changements se reflètent clairement dans les changements démographiques observables dans la société, tels que le déclin de la taille moyenne de la famille, l’augmentation de la participation des femmes au marché du travail, la tendance croissante au mariage retardé, le taux de divorce élevé, l’évolution des habitudes de dépense, et les priorités changeantes au sein de la famille et dans d’autres domaines de la vie. Dans notre réalité palestinienne, il y a une tendance constante à la baisse du nombre d’enfants. Parmi la population arabe en Israël, le nombre d’enfants de moins de 14 ans a diminué de près de 6% au cours de la dernière décennie, tandis que le pourcentage de personnes âgées de 65 ans et plus a augmenté de plus du tiers depuis 2007.

Plus de 50% des ménages arabes en Israël vivent sous le seuil de pauvreté.

La diminution de la taille de la famille arabe est la preuve la plus évidente des changements survenus au sein de la famille arabe au cours des dernières décennies. En 1960, la famille arabe comptait en moyenne neuf personnes, mais avec le temps, ce nombre a diminué pour atteindre cinq personnes en moyenne en 2017. Cela indique un changement important impliquant un énorme coût économique et social. changement social qui affecte directement le rôle de la famille nucléaire et les rôles au sein de la famille. Il ne fait aucun doute que les dimensions économiques de la vie et le taux élevé de femmes diplômées universitaires sont des facteurs importants qui influent sur la taille de la famille. Un autre facteur souvent négligé est le manque de terrains disponibles pour la construction de logements pour les jeunes couples. la plupart des familles n’ont pas de terre pour construire des maisons pour leurs enfants. Selon les données disponibles, 59,5% des familles auront besoin d’unités résidentielles au cours des cinq prochaines années, mais 46,4% d’entre elles n’ont pas de terrain sur lequel construire ou n’ont pas les ressources nécessaires pour acheter une unité résidentielle. * 2 Les statistiques montrent que il faudra plus de 100 000 logements au cours des cinq prochaines années *. Par conséquent, la taille réduite de la famille est également liée au potentiel de revenus de la famille pour subvenir aux besoins de ses enfants dans des domaines tels que l’éducation, les diplômes, la construction, le mariage, etc. les parents manquent de potentiel de revenu et la capacité d’aider leurs enfants est limitée; les familles de plus petite taille sont considérées comme acquises, étant donné que la plupart des familles vivent en dessous du seuil de pauvreté. À cet égard, on ne peut ignorer le rôle des différentes politiques gouvernementales ayant eu une incidence sur la taille de la famille, telles que la fin des prestations d’assurance enfant et l’ouverture de possibilités d’éducation et de facilitation de la participation des femmes dans divers secteurs de la société, en particulier les femmes qui vivent dans le Naqab (Néguev). Mais le vrai problème est qu’il n’existe pas de politique efficace pour lutter contre la pauvreté dans la société arabe.

Enfants de bédouins arabes du Néguev. Photo de Ruth Oratz.

J’ai déjà mentionné le nombre croissant de femmes sur le marché du travail aux côtés des hommes, ce qui marque le début de l’émergence d’une société de la classe moyenne dans laquelle les femmes jouent un rôle égal dans les domaines du travail, de l’éducation et du soutien de la famille. Paradoxalement, malgré la participation croissante des femmes au marché du travail, les statistiques et les données indiquent que plus de 50% des familles arabes vivent sous le seuil de pauvreté et que leurs revenus ne répondent pas à leurs besoins vitaux. Diverses données montrent que le revenu de la famille arabe moyenne est inférieur de 30% à celui de la famille juive moyenne. Ce pourcentage était le même il y a plus de dix ans. Les données montrent qu’en 2007, le revenu mensuel moyen d’une famille arabe représentait les deux tiers du revenu moyen d’une famille juive: 6 500 NIS contre 10 000 NIS. En 2017, le taux de revenu a augmenté; Cependant, l’écart est resté le même: le revenu familial moyen arabe était de 10 000 NIS, alors que le revenu familial juif était de 15 000 NIS. * 4 Cela est significatif car la participation des femmes à la population active a doublé, mais ne semble pas suffire à combler le fossé. Si nous considérons que les coûts des services publics tels que l’eau, l’électricité, les transports, les communications et la nourriture sont les mêmes pour les familles arabes et juives, nous pouvons comprendre la pénurie provoquée par cet écart de revenu et les priorités de la famille arabe. Il n’est pas surprenant que plus de 30% des familles arabes remboursent actuellement des emprunts bancaires sans lien avec des prêts au logement. * 5

En ce qui concerne les sources de revenus dans les ménages arabes, on peut voir comment la société, au fil du temps, est passée d’une société agricole à une société de main-d’œuvre professionnelle, engagée dans divers domaines de travail. Près de 57% des ménages palestiniens des territoires de 1948 dépendent des salaires et traitements comme source de revenu de base. En 2007, le nombre de ménages dépendant du secteur privé arabe comme principale source de revenu a augmenté, tandis que le nombre de ménages dépendant du secteur israélien a diminué. Au total, 73,4% des ménages palestiniens dépendent du travail comme source de revenu, tandis que 20,8% dépendent des allocations du gouvernement et 4,4% de la retraite.

Environ 50% des ménages arabes en Israël n’ont pas de terrain sur lequel construire ou n’ont pas les ressources nécessaires pour acheter une unité résidentielle.

Malgré les conditions économiques et les défis de la vie, il est important de mentionner l’un des développements les plus importants dans les familles arabes, à savoir l’investissement dans l’éducation de leurs enfants. Cette priorité est évidente dans le taux croissant de dépenses consacrées à l’éducation en général par rapport aux années précédentes, ainsi que dans l’augmentation de 2% du nombre de titulaires d’un baccalauréat au cours des dix dernières années et dans la forte proportion de femmes inscrites dans des établissements d’enseignement supérieur. Les familles arabes reconnaissent que l’éducation est l’un des ingrédients de la survie et est nécessaire pour mener une vie décente dans un monde en mutation et instable.

Les citoyens arabes d’Israël sont confrontés à une grave crise du logement.
  • 1 Ce document est basé sur la récente étude intitulée «Les Palestiniens en Israël: la cinquième enquête socio-économique 2017», réalisée par la Société Galilée pour la recherche et les services de santé, disponible à l’adresse goo.gl/pZkB9G; ainsi que d’autres données et articles officiels.
  • 2 Ibid., P. 177-188.
  • 3 Emtans Shehadeh, «La crise du logement dans les villes arabes» (en arabe), Arab 48, disponible sur goo.gl/R2rpfp; et «La crise du logement dans la société arabe: causes et solutions» (en arabe), disponible sur www.arab48.com du 14/8/2018.
  • 4 Bureau central de statistique d’Israël, données sur les revenus et les dépenses des ménages de l’enquête sur les dépenses des ménages de 2015 – Résumé général, disponibles à l’adresse goo.gl/uGUdSL.
  • 5 «Palestiniens en Israël 2017», p. 31.

Baker Awawdy est le directeur général de la Galilee Society – Association nationale arabe pour la recherche et les services de santé. L’association a pour objectif d’améliorer les conditions sanitaires et environnementales de la population arabe en Israël et de promouvoir les initiatives et actions visant à changer les politiques dans ces domaines. En outre, la Galilee Society gère la base de données Rikaz, la base de données socio-démographiques la plus importante et la plus complète sur les Palestiniens en Israël. M. Awawdy a été directeur du Centre contre le racisme et a initié la création de l’Indice du racisme. En 2009, il a reçu le prix Green Globe en reconnaissance de son travail en faveur de l’environnement. En 2013, il a lancé et dirigé l’une des plus grandes initiatives de la société arabe visant à aider les réfugiés syriens en Jordanie.

Femmes menant contre vents et marées

Par: Ola Awad paru dans This Week in Palestine

Le leadership reste le principal talent recherché au milieu de toutes les avancées technologiques des organisations et des styles de gestion. La mission d’un dirigeant est pleine de défis et de responsabilités, mais elle peut aussi être extrêmement enrichissante sur le plan personnel. Un bon leader est non seulement un gestionnaire efficace, mais aussi un membre d’une équipe humaine, un communicateur et un influenceur qui croit sincèrement aux autres et cherche à créer des relations durables et positives au sein de l’environnement de travail. Cet équilibre délicat entre fermeté et souplesse, créativité et efficacité peut être très délicat à manœuvrer, mais il s’agit d’une qualité essentielle dans le profil d’un bon leader.

Certaines études suggèrent qu’il existe effectivement des différences dans la manière dont les hommes et les femmes perçoivent le leadership, et ces différences affectent leurs styles de leadership. Certains auteurs affirment que les femmes ont tendance à mettre davantage l’accent sur la formation et la communication et sont davantage «orientées sur les personnes», tandis que les hommes ont tendance à se concentrer sur les objectifs de l’organisation et sont davantage «axés sur les tâches». * 1 D’autres études suggèrent que les styles de leadership sont pas du tout lié au genre, mais à une question de style personnel, quel que soit le sexe. * 2

Réunion de l’Union des femmes arabes à Jérusalem le 14 septembre 1944.
Source: Matson Photo Service, photographe – Bibliothèque du Congrès.

L’observation selon laquelle les postes de direction sont dominés par les hommes ne peut être faite qu’en Palestine ou dans la région, elle est applicable dans le monde entier. Même aujourd’hui, le rôle stéréotypé de la femme est encore très présent dans l’esprit des gens, et nous accomplissons inconsciemment des tâches quotidiennes fondées sur ce stéréotype. Comme il est rare de trouver des femmes aux postes de direction dans le monde, il existe un manque de données permettant de comparer leur comportement à celui d’hommes occupant de tels postes. Bien qu’il y ait eu une augmentation substantielle du nombre de femmes occupant des postes de direction au cours des dernières décennies, cela peut toujours être considéré comme un travail en cours.

Les femmes palestiniennes sont les gardiennes du patrimoine de la société. Comme nos grands-mères, ce sont les conteurs qui forment la mémoire des jeunes. Ainsi, lorsque les personnes âgées disparaîtront, les jeunes n’oublieront jamais. Et nous n’oublierons jamais!

Des changements et des progrès majeurs ont été accomplis dans le monde arabe en matière de droits des femmes, en particulier dans les communautés qui acceptent désormais les femmes aux postes de direction, mais la Palestine présente un cas unique. Malgré le fait que la Palestine se caractérise par une structure de communauté tribale et une société conservatrice et patriarcale, les femmes en Palestine ont toujours été responsables d’une grande partie du travail. Les femmes ont été et sont toujours censées assumer l’entière responsabilité de l’éducation des enfants, de la gestion des affaires domestiques et de nombreuses autres tâches. Les femmes en Palestine sont traditionnellement les gestionnaires économiques du ménage.

Les associations de femmes en Palestine ont été créées avant Al-Nakba en 1948; leur tâche principale était de soutenir les familles de la communauté en jouant un rôle caritatif. Après Al-Nakba, les déplacements de Palestiniens et la fragmentation des familles, le rôle des femmes a pris une tournure dramatique. Les priorités ont été différentes: protéger les familles, soutenir les familles qui ont perdu leur principal soutien de famille, fournir des services à l’intérieur et à l’extérieur des camps de réfugiés et aider les enfants dans le besoin à poursuivre leurs études, en plus de s’éduquer eux-mêmes en tant qu’arme et outil de survie. Cela ressort clairement des données du recensement de 2017, qui montrent que le taux d’analphabétisme en Palestine est l’un des plus bas de la région.

Deux femmes palestiniennes assises sur un balcon et faisant de la dentelle de point palestinienne. La vieille ville de Jérusalem est à l’arrière-plan.
Source: Colonie américaine (Jérusalem) – Bibliothèque du Congrès.

Les femmes palestiniennes ont été impliquées très tôt dans la vie politique, en rejoignant les hommes pour résister à l’oppression de l’occupation – où des centaines de personnes avaient été arrêtées, y compris des enfants – jusqu’à la direction de hauts postes de juge, de ministre et de femme d’affaires.
La perception qu’a la société du rôle de la femme s’est considérablement améliorée et se reflète dans la participation croissante des femmes au marché du travail, où elle est passée de 13% en 2000 à environ 19% en 2017. En Palestine, les femmes sont également très instruites par rapport aux hommes; En 2017, environ 60% des femmes étaient inscrites dans l’enseignement supérieur. Néanmoins, ces indicateurs ne sont qu’une partie de l’équation de l’autonomisation des femmes.

Malgré toutes les difficultés, le gouvernement palestinien ouvre la voie à l’autonomisation concrète des femmes, leur permettant d’exercer leurs droits légitimes. Plus récemment, des lois ont été modifiées pour permettre aux femmes de se voir délivrer un passeport, d’ouvrir un compte bancaire et de changer d’école pour leurs enfants – des droits auparavant réservés aux hommes palestiniens. La route à parcourir est longue et pleine de défis, mais notre détermination nous assure qu’il ya une lumière au bout du tunnel.

  • 1 Voir Gary N. Powell, D. Anthony Butterfield, 2003, «Genre, identité de genre et aspirations à la haute direction», Examen de la situation des femmes dans la gestion, vol. 18 Issue: 1/2, pp.88–96.
  • 2 Sabina Nielsen et M. Huse, 2010, «La contribution des femmes aux conseils d’administration: aller au-delà de la surface», Gouvernance d’entreprise: une revue internationale, 18 (2), 136–148.

Ola Awad est présidente du Bureau central des statistiques de Palestine et ancienne présidente de l’Association internationale de la statistique officielle (2015-2017). Elle est titulaire d’un doctorat en administration des affaires de l’Université de Liverpool, au Royaume-Uni. une maîtrise en administration et gestion des affaires de l’Université de Boston, aux États-Unis; une maîtrise en statistiques appliquées de l’université de Birzeit, en Palestine; et un baccalauréat en économie de l’Université de Birzeit.