Esprit de Noël à Bethléem Par: Muna Nassar

Décoration de l’arbre de Noël de Bethléem. Photo par Elias Halabi.

Venez, tous fidèles
Joyeux et triomphants,
Venez, venez à Bethléem.

Pour ceux qui ont grandis à Bethléem, on attendait décembre, avec beaucoup de parents et d’amis avec impatience. Le mois de décembre est et sera toujours le dimanche des mois, la crème de la crème, la Suisse à la fin du XXe siècle comme définition du laxisme et du faste. Décembre est la touche de velours, décembre est le week-end et décembre est la star au sommet du sapin de Noël.

Les gens du monde entier ont tendance à se rendre à Bethléem en décembre, lieu où tout a commencé. En tant qu’enfant vivant à Bethléem, les traditions de Noël riches et centenaires étaient et sont partout autour de nous. Il y avait la décoration dans toute la ville ou les vacances d’un mois que nous avions à l’école, car à Bethléem, Noël ne vient pas seulement une fois, ni deux fois, mais trois fois depuis la célébration de la Noël catholique le 25 décembre. Noël orthodoxe le 7 janvier et Noël arménien le 19 janvier. De nombreuses années ont passé et, en tant qu’adulte qui travaille, je n’ai pas l’occasion de prendre un mois de congé, mais je me souviens toujours de ces jours avec une tendresse qui me laisse avec des sentiments profonds de gratitude et de joie. Je me souviens clairement de Noël alors que je grandissais. C’était le mois de la joie pure: la joie de manger les délicieux biscuits de Noël alléchants que ma mère préparerait, la joie d’acheter de nouveaux vêtements pour le jour de Noël, la joie d’attendre les cadeaux du Père Noël – bien qu’après l’âge de sept ans, intelligent et impertinent, Muna savait que le père Noël n’est pas réel, qu’il est l’un de mes cousins ​​aînés vêtu d’un costume de père Noël rouge et portant une barbe blanche ressemblant à un faux, juste pour nous duper. Je savais peut-être que le Père Noël qui nous rendait visite chaque année n’était pas réel, ou j’espérais peut-être que le véritable Père Noël ne pourrait pas se rendre dans la partie occupée du monde, la Palestine, qui est troublée et occupée.

Photo par Elias Halabi

La période précédant Noël est la période la plus occupée de l’année, à Bethléem et dans le monde. De nombreux magasins prolongent leurs heures d’ouverture, des milliers de calories sont brûlées en prévision des fêtes de Noël – mais pourrais-je dire qu’elles ont été récupérées pendant les fêtes de Noël – en particulier à Bethléem, où Noël est célébré de la manière la plus palestinienne, à travers la nourriture. Les familles, les amis et les proches ont tendance à se rendre visite à Noël et les jours suivants. et quel autre moyen, meilleur ou plus satisfaisant, existe-t-il de passer un bon moment que d’associer une bonne ambiance de Noël à de délicieux plats de Noël. Les visites de vœux de Noël sont accompagnées de la célèbre hospitalité et de la générosité séculaires des Palestiniens.

Ce qui est unique à Bethléem, et ce qui distingue Bethléem d’autres endroits du monde, c’est non seulement le fait que Jésus est né dans cette petite ville, mais aussi l’authenticité et l’originalité que Bethléem tend à avoir à Noël. Comme Noël à Bethléem n’est pas seulement une fête religieuse, c’est aussi une fête sociale. Les Bethelehmites ont tendance à le célébrer ensemble, que ce soit en marchant dans Star Street pour assister aux festivités qui accueillent le patriarche, les éclaireurs jouant dans la rue comme ils l’accueillent; en regardant les petits enfants tenant des ballons; ou en assistant à la messe de minuit qui a lieu la veille de Noël, toutes les personnes habillées sous leur meilleur dimanche pour la célébration de la fête. Venez donc profiter de l’authenticité et de l’originalité de Bethléem.

Bethléem en décembre est la muse d’un artiste qui attend depuis un certain temps de s’inspirer. Bethléem en décembre est votre repas maison préféré, préparé par votre mère. C’est un derviche qui danse et tourbillonne, divertissant tout le monde autour de lui et ravissant les yeux. Bethléem est à la fois un régal pour les yeux et un aliment pour une âme douloureuse qui aspire depuis longtemps à être libérée. Bethléem est l’orchestre qui joue le Lac des cygnes de Tchaïkovski en totale harmonie et avec une perfection absolue. Les lumières de Bethléem vont vous inspirer. Bethléem vous fera sentir au chaud comme les conséquences de boire Gluhwein. La ville est un gala de lumières colorées qui brille d’amour, d’espoir et de spiritualité.

Une procession de Noël traditionnelle avec des cornemuseurs jouant pour accueillir un patriarche.

Noël ne serait pas complet sans un arbre. L’arbre de Noël de Bethléem est placé sur la place de la mangeoire. Des centaines de Palestiniens et de pèlerins se rassemblent sur la place pour célébrer le début des célébrations de Noël. L’événement, qui illumine les arbres, accueille un certain nombre de représentants palestiniens et d’éminents invités. Il est largement diffusé, car c’est le coup d’envoi de la saison de Noël. L’allumage de l’arbre ressemble au jour du couronnement de Bethléem, alors que tout le monde se réunit sur la place de la Nativité pour regarder Bethléem porter sa couronne colorée et lumineuse. Une fois l’arbre de Noël allumé, Bethléem devient la reine qui vient de porter sa couronne lumineuse et colorée qui brille à des kilomètres de distance. L’ambiance de joie et de bonheur se répand rapidement parmi les cueilleurs. Si vous êtes mécontent parce que pour de nombreuses personnes dans le monde, le sapin de Noël semble caractériser et dominer Noël – des sapins somptueux et volumineux décorés avec les derniers ornements les plus extravagants – vous serez heureux de venir à Bethléem. Pour nous, Palestiniens, Noël est représenté par la modeste petite grotte dans laquelle Jésus est né. Si Noël autour du monde est la lumière, les décorations, les cadeaux – à Bethléem, Noël est sans prétention, Noël est modeste et Noël est authentique.

Le cadre unique des activités de Noël à Bethléem est un autre élément riche à la fois sur le plan historique et culturel. Située dans la partie historique de Bethléem, juste en face de l’église de la Nativité, la place du mangeoire est la place principale de toutes les célébrations de Noël. À partir de début décembre, elle accueille le marché de Noël qui a lieu chaque saison de Noël et constitue un endroit idéal pour trouver des cadeaux magnifiques et uniques. Le marché propose un large éventail de produits d’art et d’artisanat: broderies et bijoux faits à la main par des Palestiniens, artisanat en bois d’olivier et en nacre – anciennes professions de Bethléemites – ainsi qu’une grande variété de friandises de Noël traditionnelles: spécialités locales et délices gastronomiques spéciaux. pour la table de dîner de Noël. L’événement attire des centaines de visiteurs qui viennent errer dans les vieilles rues étroites de Bethléem. Comme la place du Mangeoire est située à seulement quelques minutes de la rue de l’Etoile, flâner sur ce site unique classé au patrimoine mondial et observer le magnifique style architectural de ses bâtiments peuvent être très amusants et constituent certainement une expérience unique strictement palestinienne.

♦ Je ne crois pas à la lumière au bout du tunnel; Je crois que nous portons la lumière en nous et qu’elle nous guidera à travers les ténèbres des allées.

Ayez vous même un joyeux petit Noël, Que votre cœur soit léger!
À partir de maintenant, vos ennuis seront hors de vue.

Rue de l’Etoile à Bethléem

Un chant de Noël important et ancien souligne l’espoir que nous devrions en avoir dans nos cœurs et nos esprits, quels que soient notre religion ou nos antécédents. Noël est le temps pour nos cœurs d’être légers et sans problèmes. Par conséquent, nous aurons l’espoir en nous de nous guider à travers l’obscurité des allées, un espoir qui nous inspirera à avoir de l’amour et de la compassion dans nos cœurs même si nous vivons dans des conditions difficiles qui ne pourraient générer que de la haine et malgré l’autre . Mais nous aurons foi dans nos cœurs et nos esprits; nous aurons de l’amour et de la compassion. Pour nous Palestiniens, l’espoir est crucial pour nos vies. Il peut sembler difficile, voire impossible d’espérer dans nos cœurs alors que nous subissons chaque jour des injustices et des pratiques inhumaines. Cependant, il y a des choses qui ne peuvent être vues que par un œil qui pleure et une âme qui fait mal. L’espoir, l’amour et la foi sont essentiels et indispensables aux personnes nées sans, aux personnes qui doivent souffrir chaque jour pour survivre dans un monde dur et injuste où rien ne peut être pris pour acquis mais qui doit être gagné par la sueur. , sang innocent et grands sacrifices. Bien que la vie actuelle ne semble pas être humaine, nous, Palestiniens, luttons pour un monde juste et humain. Nous vivons maintenant dans les âges sombres, mais nous atteindrons bientôt la lumière au bout du tunnel et nous aurons notre propre renaissance. Chaque jour est une preuve que la lumière a vaincu les ténèbres; chaque lever de soleil est une preuve d’espoir et de nouveaux commencements. Il est vrai que chaque aube est une histoire de la lutte entre l’obscurité et la lumière. Mais sans l’obscurité, nous n’aurions pas pu être témoins, ni même connaître le sens de la lumière et du nouveau départ.

Décembre est le mois le plus éclairé, littéralement et métaphoriquement, valsant toute l’année. Décembre est la lumière des mois et des mois où nous éclairons nos sentiments et nos souhaits, dans l’espoir d’une année meilleure. C’est un moment merveilleux de l’année! Ce n’est peut-être pas toujours parfait, mais si Noël peut nous amener à aimer et à espérer un avenir meilleur, nous aurons toujours de l’espoir et nous ne vivrons jamais sans.

♦ “Je ne crains pas que la bougie allumée en Palestine, il y a des années, soit éteinte.” Dean William Inge, 1860-1954.

Muna Nassar est une traductrice indépendante, écrivain et passionnée de lecture. Elle passe son temps libre à lire, à écouter de la musique classique et à rêver d’un avenir meilleur. Elle est impliquée dans le domaine culturel à Bethléem, a travaillé au Centre pour la préservation du patrimoine culturel (CCHP) et travaille actuellement avec Kairos Palestine.

Article traduit de l’anglais du site This Week In Palestine

Où aller? Promenez-vous dans les souks de la vieille ville de Jérusalem

Par: avec l’aimable autorisation de VisitPalestine.ps traduit de l’anglais par Solivr du site This Week in Palestine

Jérusalem, ville sacrée et commerçante, a toujours été réputée pour ses marchés (souks). Les souks sont les assemblées de petits magasins qui suivent les ruelles de la vieille ville ou sont installés aux carrefours. Dans le passé, sur ces marchés, la spécialisation professionnelle était la règle qui obligeait les marchands du même métier à se regrouper dans des quartiers particuliers de la ville. Cette pratique a conduit à la désignation de marchés spécifiques en fonction de différentes catégories, et les noms sont généralement visibles au-dessus ou à côté de leurs entrées.

Une promenade dans les marchés de Jérusalem est une incroyable expérience de parfums, de goûts, de curiosités et de sons. Les rues et les ruelles étroites sont remplies de boutiques qui vendent divers types d’artisanat artisanal traditionnel, de vêtements, de céramiques ou d’articles de verre pour tous les goûts et tous les budgets. De nombreux petits restaurants et stands proposent des plats délicieux, des jus de fruits frais, du café fraîchement moulu ou des friandises du Moyen-Orient.

Juste derrière la porte de Damas se trouve l’une des rues commerçantes les plus animées et colorées de la vieille ville – Souq Khan al-Zeit (Caravansérail de l’huile), qui mène à la Via Dolorosa et au quartier de l’église du Saint-Sépulcre. Bien que l’on dise que les principaux marchés de Jérusalem sont situés dans cette zone depuis l’époque romaine, la plupart des magasins que nous pouvons voir maintenant ont été construits à l’époque mamelouke. La première partie de ce souk est découverte mais, plus bas, on peut voir son toit en pierre composé d’une succession de linteaux à voûtes croisées, au milieu desquels se trouvent de grandes ouvertures laissant entrer l’air et la lumière.

Le nom de Souq Khan al-Zeit indique qu’il était jadis célèbre pour ses magasins vendant de l’huile d’olive et ses usines de fabrication de savon. Aujourd’hui, cependant, les magasins contiennent une grande variété de produits. La rue animée regorge de confiseries et de magasins de noix, de souvenirs, de falafels et de kiosques à légumes, de boucheries et de restaurants.

Juste derrière le Saint-Sépulcre (côté sud) se trouve l’un des marchés les plus récemment établis de Jérusalem. Le souk Aftimos et le al-Dabbagha (le marché des tanneurs) ont été créés au début du XXe siècle par le patriarcat grec orthodoxe. Aujourd’hui, cette rue animée compte de nombreux magasins vendant des articles en cuir et de beaux souvenirs de Jérusalem. Les restaurants traditionnels abondent, proposant des repas sur le toit avec une vue imprenable sur la vieille ville environnante.

Au milieu de la vieille ville de Jérusalem, se trouve un complexe de trois souks adjacents, dont la forme actuelle remonte aux périodes mamelouke et ottomane. Ces trois rues sont couvertes de voûtes voûtées ouvertes au centre. La rue du milieu s’appelle Souq al-Attarin, spécialisée jusqu’à récemment dans les parfums et les épices orientaux. Actuellement, cependant, il n’ya que quelques boutiques le long du souk qui ont gardé cette vieille tradition. À l’ouest se trouve Suq al-Lahhamin (marché des bouchers), qui comprend un grand nombre de magasins vendant de la viande et des légumes. Récemment, le souk a été désigné sous le nom de Souk al-Nahhasin (le marché des chaudronniers), où des articles traditionnels en cuivre fabriqués à la main étaient vendus. La partie orientale du complexe était autrefois un marché d’orfèvrerie connu sous le nom de Souk al-Khawajat. À l’heure actuelle, seule la partie sud de la rue est ouverte, où les marchands vendent principalement des tapis et des textiles.

Enfin, on atteint le souk al-Qattanin (le marché du coton), qui conduit à l’une des entrées occidentales du complexe Al-Haram al-Sharif ou du complexe du sanctuaire Noble. Son nom remonte au XVe siècle, époque à laquelle il était connu pour vendre du coton et ses dérivés. La région est accessible en suivant la rue Al-Wad depuis la porte de Damas. Les magasins bordent les deux côtés de la grande rue. La partie centrale du marché contient un caravansérail mamluk appelé Khan Tankaz, qui contient deux hammams (bains publics) joliment restaurés et accessibles aux visiteurs. L’auberge a été créée au XIVe siècle pour accueillir des mystiques et des pèlerins désirant un hébergement à proximité du Haram. Au bout du souk se trouve un beau portail menant à la mosquée Al-Aqsa et au Dôme du Rocher. La porte n’est praticable que pour les musulmans. Les visiteurs non-musulmans peuvent accéder à la zone du Haram depuis la porte du Mughrabi (marocain).

Pour en savoir plus sur Jérusalem, visitez notre site Web à l’adresse www.visitpalestine.ps ou contactez le centre d’information Visit Palestine de Bethléem à l’adresse info@visitpalestine.ps ou au (02) 277-1992.

Redonner l’espoir à Gaza

Par: Jamie McGoldrick

Traduit par Solivr du site This Week in Palestine

La situation humanitaire à Gaza atteint un point critique, parallèlement à une économie en rapide détérioration et à une menace sans précédent pour la fourniture de services de base à la majorité de la population. Sans des efforts importants sur le terrain, près de deux millions de personnes risquent maintenant de perdre le soutien et les services limités sur lesquels elles comptent depuis plus de dix ans pour survivre.

Il y a un an, l’équipe de pays des Nations Unies dans le territoire palestinien occupé a publié un rapport intitulé «Gaza: dix ans plus tard» qui soulignait la tendance à la baisse de la situation humanitaire et socio-économique dans la bande de Gaza. Voilà maintenant onze ans que le Hamas a pris le contrôle de Gaza, le blocus subséquent d’Israël, l’aggravation de la division interne palestinienne et trois hostilités armées, tous les indicateurs de développement à Gaza diminuent avec une augmentation marquée du chômage, une baisse du pouvoir d’achat et une détérioration des services de base.

La pauvreté et le chômage ont atteint des niveaux sans précédent à Gaza.

Une assistance internationale importante a permis de maintenir une certaine stabilité à Gaza; Toutefois, cette situation est désormais menacée et les conditions de vie des deux millions de personnes à Gaza se sont rapidement dégradées. Dans le même temps, l’absence de trajectoire politique, que ce soit pour mettre fin au conflit avec Israël ou pour la réconciliation entre factions palestiniennes rivales, contribue à créer un sentiment de frustration accablant.

Au cours de l’année écoulée, les importantes réductions salariales imposées par l’Autorité palestinienne à des dizaines de milliers de fonctionnaires à Gaza, la réduction des fonds humanitaires et la diminution de l’aide à la reconstruction après le conflit de 2014, ont abouti à ce que la Banque mondiale décrit « Un effondrement rapide des conditions socio-économiques dans la bande. » I

Cinquante-trois pour cent des habitants de Gaza sont pauvres.Photo de Shareef Sarhan.

Les restrictions imposées à la capacité des Palestiniens de quitter Gaza, en particulier à des fins professionnelles, sont en augmentation constante depuis la deuxième Intifada. En conséquence, près de la moitié des deux millions d’habitants de Gaza sont nés isolés et n’ont jamais quitté Gaza.

Les services de base à Gaza sont presque effondrés

Un récent sondage du Bureau central palestinien de la statistique ii a révélé que plus de la moitié (53%) de la population de Gaza vivait dans la pauvreté, contre 40% il y a quelques années seulement. Près de la moitié (49,1%) de la population active est au chômage, un des taux les plus élevés au monde; et le PIB par habitant est en chute libre, ce qui a entraîné une réduction du pouvoir d’achat. De plus en plus, les familles vivent à crédit et s’endettent pour subvenir à leurs besoins quotidiens.

En 2017, le pourcentage d’enfants (âgés de 0 à 14 ans) à Gaza avoisinait les 45%, et les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) représentaient plus de 21%. Photo de Shareef Sarhan.

Gaza connaît un déficit chronique en électricité depuis plus de dix ans, perturbant gravement la fourniture des services de soins de santé de base, d’approvisionnement en eau et d’assainissement, ainsi que les conditions de vie. Au cours des deux dernières années, l’approvisionnement en énergie a encore diminué, du fait de la réduction des paiements et des subventions de l’Autorité palestinienne pour l’électricité et le carburant nécessaires au fonctionnement de la seule centrale électrique de Gaza. Cette querelle politique entre l’Autorité palestinienne et le Hamas et le mauvais état des infrastructures électriques dans la bande de Gaza a eu pour résultat que les Palestiniens vivant à Gaza vivent maintenant avec environ quatre heures d’électricité par jour.
Outre le fait qu’il affecte la vie quotidienne de deux millions de personnes, le manque d’énergie affecte également la fourniture de services essentiels de santé, d’eau et d’assainissement. L’approvisionnement en eau est très irrégulière et les eaux usées ne sont pas traitées. Depuis plus d’un an, ce qui correspond à plus de 40 piscines d’eaux usées brutes ou partiellement traitées de taille olympique est déversé chaque jour dans la mer Méditerranée, les installations de traitement des eaux usées ne pouvant plus fonctionner.

Les services de santé sont particulièrement sollicités. Depuis le début de la «Grande Marche du Retour» le 30 mars de cette année, plus de 100 Palestiniens ont été tués et 14 600 autres blessés lors de manifestations récurrentes le long de la barrière de périmètre avec Israël. Depuis le 30 mars, quelque 450 patients ont été évacués prématurément pour faire place à de nouvelles vagues de pertes attendues et quelque 6 000 chirurgies non urgentes ont été reportées (dont des chirurgies pour le cancer, des chirurgies cardiaques non urgentes, des chirurgies orthopédiques et de nombreuses autres chirurgies non urgentes).

Sur un total de près de 4 000 personnes blessées par des balles réelles, environ un tiers auront probablement une invalidité de longue durée. Pour de nombreuses familles, l’impact de ces manifestations se fera sentir pendant des années et s’ajoutera aux traumatismes récurrents pour les familles de la bande de Gaza. Une enquête récente a révélé que 95% des enfants à Gaza – des enfants ayant déjà connu trois phases de conflit dévastatrices – manifestent des signes de détresse psychologique.iv

Même avant le début des manifestations près de la clôture à la fin du mois de mars, de nombreux hôpitaux et cliniques avaient dû annuler ou différer de nombreux traitements et opérations non critiques en raison de la pénurie de médecins, d’électricité et de médicaments essentiels. Il existe actuellement moins de 50% des médicaments essentiels disponibles pendant un mois.

Dans le passé, une assistance internationale importante a permis d’éviter l’effondrement des services de base et de réduire les vulnérabilités humanitaires. En particulier, les services fournis par l’UNRWA aux 1,3 million de réfugiés de Gaza vivant à Gaza ont été essentiels pour garantir des niveaux relativement élevés de soins de santé de base et des normes minimales d’éducation dans la bande de Gaza. Toutefois, les faibles financements internationaux sans précédent menacent maintenant ces filets de sécurité, qui maintiennent Gaza à flot.

Malgré les généreuses promesses faites récemment, l’UNRWA a actuellement un déficit de financement de 250 millions de dollars. Sans financement supplémentaire, 275 écoles de l’UNRWA à Gaza pourraient ne pas être en mesure d’ouvrir leurs portes au début de la nouvelle année scolaire en août, laissant potentiellement 272 000 enfants sans accès à l’éducation. L’UNRWA exploite 22 centres de santé, qui fournissent des soins de santé primaires à plus d’un million de personnes. Près d’un million de réfugiés vulnérables risquent de perdre l’aide alimentaire fournie par l’UNRWA. Les services publics étant à la limite, aucune assistance ni aucun service de remplacement ne sont offerts aux réfugiés de Gaza. L’appel humanitaire conjoint pour les projets à Gaza restant financé à moins de 14%, la crise du financement a touché d’autres organisations humanitaires cruciales que celle de l’UNRWA.

L’assistance internationale, qui maintenait auparavant Gaza à flot, est maintenant menacée. Il est essentiel que la communauté internationale trouve le moyen de maintenir les services essentiels de l’UNRWA afin de maintenir l’accès des réfugiés à l’éducation, aux soins de santé et à l’assistance alimentaire à un moment où Gaza est le plus vulnérable.

Des agences humanitaires sont sur le terrain à Gaza et travaillent jour et nuit pour apporter un soutien aux prestataires de soins de santé, aux installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement et aux écoles, ainsi que pour fournir une assistance aux plus vulnérables. Quelque 13,9 millions de dollars US sont nécessaires d’urgence pour faire face aux pires conséquences des manifestations de masse qui ont eu lieu à la clôture jusqu’au 30 septembre, en fournissant des soins de santé vitaux et un soutien psychosocial aux personnes blessées ou touchées, ainsi qu’une protection et un suivi généraux.

Le financement humanitaire et l’action politique sont essentiels pour la population de Gaza.

Tout en faisant face à la crise immédiate, nous devons également trouver un moyen de redonner espoir en l’avenir aux jeunes de la population de Gaza – en leur donnant la possibilité d’obtenir un emploi, une éducation, un avenir. Cela nécessite avant tout une injection rapide d’argent dans l’économie de Gaza. L’appui aux programmes de création d’emplois et de travail contre rémunération gérés par la Banque mondiale, l’UNRWA, le PNUD et d’autres créerait des emplois et générerait des revenus pour de nombreuses familles de la bande. Deuxièmement, l’amélioration de l’approvisionnement en électricité aurait un impact positif sur la vie quotidienne de tous les habitants de Gaza. Parmi les autres mesures possibles figurent l’élargissement de la zone de pêche et l’octroi de permis de travail aux Palestiniens de Gaza pour travailler en Israël.

Les derniers mois ont été marqués par des améliorations dans la circulation et l’accès des Palestiniens à Gaza avec l’ouverture du terminal de Rafah avec l’Égypte pendant le mois de Ramadan. Il y avait également une augmentation des approbations israéliennes d’articles habituellement limités à l’importation à Gaza. Cependant, il faudra beaucoup plus pour remédier à la détérioration de la situation humanitaire à long terme.

À court et à moyen terme, il est essentiel que nous travaillions sur plusieurs fronts à la fois. En priorité, nous devons assurer un soutien suffisant à l’assistance humanitaire sur le terrain. Deuxièmement, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour veiller à ce que l’UNRWA continue de fournir ses services essentiels à la population. Troisièmement, nous devons rechercher des mesures immédiates pour renforcer l’infrastructure de Gaza afin que les systèmes d’énergie, d’eau et de santé restent intacts. Enfin, l’appui à l’économie de Gaza avec des programmes visant à créer des emplois et à re-dynamiser les secteurs industriels de Gaza devrait progresser. Sans progrès sur tous ces fronts, l’ONU ne sera pas en mesure de répondre aux besoins et de redonner espoir aux habitants de Gaza.

i Banque mondiale, Rapport de suivi économique présenté au Comité de liaison ad hoc, 19 mars 2018, paragraphe 5, disponible à l’adresse http://documents.worldbank.org/cured/en/324951520906690830/pdf/124205-WP-PUBLIC-MAR14- 17H00-2018-AHLC-Report.pdf.
ii Bureau central de statistique palestinien (PCBS), Enquête sur les dépenses et la consommation des ménages, octobre 2016 – septembre 2017, disponible à l’adresse http://www.pcbs.gov.ps/Downloads/book2368.pdf.
iii PCBS, Enquête sur les forces de travail (janvier à mars 2018), disponible à l’adresse http://www.pcbs.gov.ps/portals/_pcbs/PressRelease/Press_Fr_8-5-2018-LF-en.PDF.
iv Save the Children, la génération d’enfants à Gaza au bord d’une crise de santé mentale, selon une nouvelle étude, 1 juin 2018, disponible à l’adresse https://www.savethechildren.net/article/generation-children-gaza-brink- santé mentale-crise-nouvelle-recherche-montre.

Jamie McGoldrick a été nommé coordonnateur humanitaire et coordonnateur résident des Nations Unies pour le territoire palestinien occupé en février 2018. Au cours de ses précédentes missions, il a été nommé représentant résident du PNUD et coordonnateur régional pour le Yémen et le Népal en 2015. et 2013, respectivement, et en tant que représentant résident du PNUD et CR en Géorgie à partir de 2009.

Jéricho La plus vieille ville du monde

Par Hamdan Taha

Article traduit par Solivr du site This Week in Palestine

Jéricho. Photo par Palestine Image Bank.

Jéricho est située dans la partie inférieure de la vallée du Jourdain, à 10 kilomètres à l’ouest du Jourdain et à 12 kilomètres au nord de la mer Morte. Elle fait partie de la fracture (ghor) connue sous le nom de «vallée du grand rift», visible sur la surface de la terre, du nord de la Syrie à l’Afrique de l’Est. Jéricho est connue comme le point le plus bas de la planète (la ville est à 230 mètres au-dessous du niveau de la mer) et la plus vieille ville du monde. Elle a été mentionnée dans d’anciennes sources historiques et religieuses.

Le site de Tell es-Sultan est identifié à l’ancien Jéricho. Elle a été décrite comme la ville des palmiers, le paradis de Dieu, la ville de la lune, la ville des géants (jabareen) et la capitale du ghwar. La ville est également connue sous son nom arabe Ariha. Récemment, le nom de Jéricho (Ruha) a été découvert sur un scarabée égyptien du deuxième millénaire avant notre ère à Tell es-Sultan.

La région de Jéricho est composée d’une plaine aride arrosée par trois sources principales: Ain es-Sultan, Ain Deuk et Ain Nuweima. Au sud-ouest de Jéricho, les sources de Wadi Qelt, avec Ain el-Fawwar et Ain Fara, s’élèvent à quelques kilomètres dans le wadi à l’ouest de Jéricho. Wadi Nuweima est situé au sud de Jéricho. La combinaison du sol alluvial, des sources pérennes et du climat tropical a fait de Jéricho un lieu attrayant pour les établissements humains.

Âge du bronze moyen I-II, fortification à Tell es-Sultan.

En tant que la plus ancienne ville  du monde, Jéricho occupe une place de pionnière dans l’histoire de l’humanité avec l’émergence de la première société sédentaire fondée sur la domestication des plantes et des animaux. C’était le théâtre de la révolution néolithique dans l’histoire de l’humanité, il y a plus de 10 000 ans.

Les vestiges de la colonie néolithique primitive sont représentés à Tell es-Sultan par une petite colonie composée de maisons rectangulaires et rondes construites en briques de terre crue et entourées d’un mur et de tours. À l’ouest, une tour de pierre ronde de 8,5 mètres de diamètre et préservée à une hauteur de 7,75 mètres représente la plus ancienne pièce conservée d’un système de fortification datant du huitième millénaire avant notre ère. Un aspect culte saisissant de la vie néolithique est représenté par un certain nombre de crânes en plâtre sur lesquels les traits du visage humain ont été modelés en plâtre peint.

Au début du troisième millénaire avant notre ère, la première ville urbaine fut découverte à Tell es-Sultan, protégée par un double mur de brique en terre crue. Au cours de l’âge du bronze II, Jéricho devint un important centre urbain cananéen en Palestine. Le système de fortification de la ville consiste en un mur massif construit en pierre et en glacis, surmonté d’un mur de deux mètres d’épaisseur. Les tombes de l’âge du bronze moyen préservent un témoignage unique de la vie quotidienne à travers des objets tels que la poterie, les effets personnels et les meubles. À l’âge du bronze tardif, Jéricho est lié à une série de traditions religieuses, notamment l’histoire de la capture de Jéricho par Josué et du Printemps d’Elisée. À la fin de l’âge du fer, le centre-ville s’est déplacé vers le site de Telul Abu Alayeq,

sur les rives du Wadi Qelt, à deux kilomètres au sud de Tell es-Sultan. À partir de la période persane, Jéricho était connue comme une station d’hiver pour les dirigeants et les riches habitants de la Palestine. Au cours de la période hellénistique et des débuts de la période romaine, la région de Jéricho a été témoin de la naissance du christianisme et d’événements pertinents liés à Jean-Baptiste, Jésus-Christ et les Esséniens.

le vaisseau culte Tell-es-Sultan MB II.

La ville de Jéricho fut fortifiée pendant la période romaine et devint le centre administratif du district. Elle a été témoin de la célèbre histoire d’amour entre le général Antony et la reine Cléopâtre d’Egypte. Jéricho était la résidence du roi Hérode, qui l’a reconstruite en ville-jardin le long des rives du Wadi Qelt. Ses projets de construction comprenaient une série de palais élaborés, un théâtre et un hippodrome, ainsi qu’un système d’eau composé de canaux et d’aqueducs. En raison de son importance stratégique, toute la vallée du Jourdain était protégée par une série de forteresses construites au sommet des collines entourant la plaine. Après la mort d’Hérode, Jéricho est devenu un domaine de l’empereur romain.

Au cours de la période du Nouveau Testament, Jéricho est lié aux histoires de Jésus. Il passa par Jéricho et guérit deux aveugles. il a converti Zachée le percepteur des impôts. Ses actes miraculeux sont liés au mont de la tentation, lieu du baptême et à l’histoire du bon Samaritain. À partir du quatrième siècle de notre ère, Jéricho était une destination de choix pour les pèlerinages religieux.

Jéricho a prospéré pendant la période byzantine et son centre a de nouveau déménagé vers un site proche du centre actuel de Jéricho, comme en témoigne le grand nombre de colonies, d’églises et de monastères. Au sixième siècle de notre ère, Jéricho était représenté sur la carte en mosaïque de Madaba, montrant l’église et la ville des palmiers. Des sources historiques et archéologiques témoignent de la vie prospère de la période byzantine. Les sources littéraires, les voyageurs, les récits de pèlerins et les inscriptions fournissent des informations importantes sur divers aspects de la vie byzantine.

Jéricho a été mentionné dans le Coran comme la ville des géants (jabareen). Durant la dynastie des Omeyyades (661–750), Jéricho faisait partie de Jund Filastin. Il a prospéré durant cette période, comme en témoigne le palais des Omeyyades du VIIIe siècle à Khirbet el-Mafjer. Le site fut attribué au calife omeyyade Hisham bin Abed el-Malik (724–743 après JC) et à son héritier el-Walid II (743–744 après J.-C.).
Sur la base de certains matériaux épigraphiques. Les Omeyyades ont réparé le système d’alimentation en eau et construit de nouveaux aqueducs pour approvisionner en eau le palais de Hisham et irriguer ses champs. Le palais spectaculaire, à l’architecture somptueuse (palais, salle de bain, mosquée et fontaine complexe) et à l’art de la mosaïque, a été utilisé comme station de sports d’hiver pendant une courte période, jusqu’à ce qu’il soit détruit lors d’un grave tremblement de terre. 749 ap. Plus tard, pendant les périodes Abbasid et Ayyubid, le site était habité par un petit domaine agricole.

Mosaïque du palais de Hisham

Au cours de la période médiévale, la plantation et la production de sucre figuraient parmi les principales activités économiques de Jéricho. Le site de Tawaheen es-Sukkar présente une installation industrielle relativement bien conservée pour la fabrication du sucre de cette période.

À la fin de la période ottomane, Jéricho est tombé dans le déclin. Le manque de sécurité et la politique fiscale des Ottomans ont été les principales raisons de ce déclin.

La vie dans la ville a été relancée à la fin du XIXe siècle. La Jéricho moderne a tiré parti de ses ressources naturelles et humaines, de ses riches ressources archéologiques et culturelles, de ses terres fertiles et de son climat chaud, en plus de son emplacement stratégique à travers la Jordanie comme porte d’entrée du monde arabe. L’agriculture et le tourisme représentent les principaux atouts de la ville. Jéricho est aujourd’hui l’une des principales destinations touristiques de la Palestine.

Plats palestiniens

Verts feuillus

Les légumes verts à feuilles de la Palestine commencent à pousser au printemps sur les trottoirs, dans les petits jardins et dans les montagnes. Même si un œil non averti ne voyait que des mauvaises herbes, les Palestiniens utilisent depuis longtemps ces verts comme partie intégrante de leur régime alimentaire. Ils se trouvent principalement dans la région de Jéricho et sont gratuits pour la cueillette. Vous pouvez également les acheter au stand de légumes local. Les plantes les plus connues sont le mulukhiyah (mauve du juif), le hindbeh (pissenlit), la bette à carde (betterave), les épinards, le hwerneh (feuilles de moutarde), le jarjeer (roquette), le khubbeizeh et le vase noir. Chacun est préparé de manière différente, mais ils sont tous faciles à préparer.

Robes palestiniennes

Robe traditionnelle de Jéricho

Photo de © MahaSaca, Centre du patrimoine palestinien, Bethléem, Palestine.

C’est l’une des robes les plus anciennes de la Palestine qui provient de la plus vieille ville du monde. La robe se distingue par son motif de broderie verticale rouge. Longue de plus de dix mètres, la robe est plissée en plusieurs couches pour se protéger de la chaleur du soleil et du froid du désert.

Dr. Hamdan Taha est chercheur indépendant et ancien sous-ministre du ministère du Tourisme et des Antiquités. Il a été directeur général du département des antiquités et du patrimoine culturel de 1995 à 2013. Il est l’auteur d’une série de livres ainsi que de nombreux rapports de terrain et articles scientifiques.